Les nouveaux explorateurs

Crédit photo : Franck Gazzola – Under The Pole

Tara, Under the pole, Energy observer, Elemen’Terre et la nouvelle aventure de Guirec Soudée : cinq odyssées marines du XXIe siècle pour la planète. Qu’elles soient scientifiques, technologiques ou humaines, ces expéditions ont au moins deux points communs : elles étudient les effets du changement climatique en explorant les océans ou cherchent à sensibiliser un large public à leur préservation. Le troisième, c’est que nous sommes partenaires de ces nouveaux explorateurs !

«Under the pôle» dans la twilight zone

Under the pole III

C’est avec un esprit pionnier qu’Under The Pole repousse les limites de l’exploration sous-marine. Portées par Ghislain et Emmanuelle Bardout, deux passionnés de la plongée profonde, ces expéditions sont reconnues au plan international pour leur expertise (déjà 150 équipiers et 180 entreprises et Instituts de recherche partenaires).

De 2017 à 2021, leur troisième expédition initiée à Concarneau, Under the pole III, parcourt le globe de l’Arctique à l’Antarctique sur la goélette polaire « Why », avec une nouvelle mission : explorer la twilight zone, encore très peu explorée entre 30 et 150 mètres de profondeur. Une aventure scientifique dans une capsule spéciale tout droit inspirée de l’univers de Jules Verne, au service de :

  • La science : pour mieux connaître le rôle des océans dans l’équilibre climatique mondial,
  • La recherche & développement : pour inventer de nouveaux outils pour l’exploration sous-marine
  • La pédagogique : pour transmettre la passion de l’exploration et sensibiliser au changement climatique.

A vivre via les publications des chercheurs embarqués et le webdoc de l’expédition !
Le site d’Under the pole

«Tara» sur les mers du globe

Tara Océans

Après le plancton, les coraux, le plastique : le microbiome marin ! Première fondation scientifique reconnue d’utilité publique consacrée à l’océan, Tara Océans (11 expéditions, 400 000 km parcourus, des escales dans plus de 60 pays) a été créée par Etienne Bourgeois. 

Véritable laboratoire flottant basé à Lorient, sa goélette Tara sillonne les mers depuis 2003. Cette nouvelle expédition de deux ans la mènera dans l’Atlantique Sud pour mieux comprendre et préserver le microbiome marin, ce petit peuple invisible de micro-organismes marins (micro-algues,bactéries…) qui joue un rôle clé pour la santé de l’Océan et l’équilibre de la vie sur Terre.

Ces expéditions extraordinaires pilotées par le biologiste-régatier Romain Troublé étudient les océans, en lien avec des laboratoires internationaux (CNRS, CEA,  Nasa..). Mission : mieux connaître les risques liés au changement climatique et en faire une responsabilité commune grâce à une très large sensibilisation (publications scientifiques, grandes expositions, visites du public scolaire à bord) pour :

  • Renforcer la conscience écologique du grand public et des jeunes générations
  • Inciter les décideurs politiques à agir sur le plan environnemental
  • Permettre aux pays en développement d’accéder à ce nouveau savoir sur les océans

Découvrez ou imaginez des activités pédagogiques en suivant Tara sur son site !
Le site de Tara

«Energy Observer» en autonomie autour du monde

Energy Observer

Les solutions innovantes peuvent aussi venir… de la mer. L’équipe de l’Energy Observer en est convaincue. Menée par Victorien Erussard, fondateur et capitaine de cette aventure, et Jérôme Delafosse, le chef d’expédition, ce navire du futur est investi dans une Odyssée marine en 6 ans, 50 pays et 101 escales.

Energy Observer est le tout premier navire au monde capable de produire son propre hydrogène à partir de l’eau de mer, sans émission de gaz à effet de serre ni particules fines (grâce au couplage des énergies renouvelables). Laboratoire des technologies pour les énergies de demain, il teste son autonomie énergétique en même temps qu’il optimise ces technologies en conditions extrêmes.

L’objectif est double : prouver leur viabilité et d’ouvrir le champ à des applications à grande échelle, maritimes ou terrestres. Nous sommes partenaires de cette aventure technologique pour sensibiliser le grand public et soutenir la recherche de solutions pour une transition écologique.

Un défi humain et technologique à suivre de près !
Le Site de l’expédition

«Elemen’Terre », odyssée humaine en 20 escales

Elemen’Terre

La navigatrice Marie Tabarly et son équipage sont partis de Lorient le 3 juillet 2018, pour un tour du monde de quatre ans à bord du voilier Pen Duick VI : un projet pour sensibiliser à la beauté de notre planète et à l’urgence de la préserver.

L’expédition Elemen’Terre accueille tour à tour en résidence itinérante des artistes, des sportifs, des scientifiques… : les navigateurs Franck Cammas et Titouan Lamazou, le compositeur Yann Tiersen ou encore l’astronaute Jean-François Clervoy… Ils observent, chacun à leur manière, la biodiversité environnante, en mer et lors d’une vingtaine d’escales à terre.

Tout au long de cette odyssée, la navigatrice reste connectée à sa Bretagne natale : durant l’expédition, Marie Tabarly transmet aux jeunes Breton·ne·s son ressenti et celui de ses treize co-équipiers, pour aider à prendre conscience de la fragilité du monde.

Du Groënland au Cap Horn, le regard des invités sur les océans de la planète
Le site de l’expédition Elemen’ Terre

« Guirec » en double transatlantique à la rame

Le navigateur Guirec sur son monotype avec un oiseau des mers
Crédit photo : Guirec

Un bateau, des rames, un océan à traverser en solitaire (dans un sens et dans l’autre) : c’est le nouveau défi relevé par le navigateur aventurier breton de 28 ans Guirec Soudée. Après son tour du monde de cinq ans du pôle Nord au pôle Sud avec sa poule rousse Monique (426 jours de navigation dont 130 en autarcie dans les îles arctiques du Groënland), Guirec s’est donné un nouveau défi : réussir une double transatlantique à la rame, en solitaire et sans assistance. Une aventure vécue avec une consommation minimale, à bord d’un rameur monotype exposé aux moindres vagues de surface. A l’aller, une traversée d’Est en Ouest de 5 300 km l’a mené, en 74 jours, des Canaries aux Antilles où il a posé le pied le 26 février 2021.

Reparti le 15 juin 2021 de Cap Cod au Nord des Etats-Unis (comme Gérard d’Aboville, le premier à avoir réussi cette traversée à la rame par l’Atlantique Nord en 1980), le tenace aventurier a attaqué sa difficile traversée retour, d’Ouest en Est, par l’Atlantique Nord le 15 juin. Une aventure en 107 jours de mer privé de communication suite à une tempête tropicale, pour rallier finalement la Bretagne le 30 septembre 2021. Avec le même leivmotiv : apprendre à se dépasser au contact des éléments et y puiser les ressources pour vivre ses rêves et ses projets dans le respect de la Terre et des océans. C’est aussi son message : chacun·e peut être acteur du changement et d’une transition respectueuse de la planète.

Retrouvez l’aventure humaine de Guirec pour se dépasser au contact de l’océan !
Le Carnet de bord de Guirec Soudée