Aller au contenu

En 2023, un bâtiment amiral sobre, bien intégré dans la ville : la Région construit la nouvelle gare maritime de Quiberon

Responsable de la gestion de nombreux ports bretons, la Région Bretagne va investir 7,3 M€ dans la construction d’une nouvelle gare maritime à Quiberon. Une gare en plein cœur de ville qui voit passer chaque année 1 million de passagers en partance ou en provenance des îles de Houat, Hoëdic et Belle-Île-en-Mer. Après obtention, ces jours-ci, du permis de construire, la Région, maître d’ouvrage, engagera les premiers travaux en février 2021 pour une durée de 2 ans. Ouvert au public début 2023, ce nouvel équipement offrira des services adaptés aux voyageurs, qu’ils soient îliens ou vacanciers, tout en s’intégrant dans l’urbanisme de la cité balnéaire et dans son environnement maritime.

Crédit photo : Agence DDL – vue des futurs aménagements de la gare maritime de Quiberon

Construite en 1972, à une époque où le trafic vers les îles était bien moins important, la gare maritime de Quiberon nécessite aujourd’hui d’être reconfigurée pour devenir un équipement moderne, modulable et accessible à tous. Le projet retenu apportera, toute l’année, confort et services aux voyageurs tout en répondant aux besoins des entreprises et aux enjeux de continuité territoriale, côté marchandises.

La nouvelle gare sera construite à côté du bâtiment actuel qui restera en fonction jusqu’à la fin des travaux, afin d’assurer la continuité de service. Il sera ensuite démoli, fin 2022.

Calendrier des travaux

Février 2021 > travaux préparatoires

Printemps 2021 à été 2022 > construction du bâtiment

Septembre à décembre 2022 > démolition de l’ancien bâtiment

1er trimestre 2023 > aménagement du parvis

Un site en cohérence avec son environnement maritime

Port, gare maritime, criée, infrastructures touristiques et commerces : le site de Port-Maria concentre un grand nombre de services. En 2018, la Région et la Ville ont d’abord analysé l’organisation de toutes ces activités, les flux qu’elles génèrent et leurs interactions. L’enjeu majeur du projet résidait dans sa cohérence avec les futurs aménagements urbains portés en parallèle par la Ville, notamment une nouvelle promenade, circulation douce qui mettra tout à la fois en valeur le patrimoine, les commerces, le front de mer et les activités liées à la pêche.

La Région Bretagne a par ailleurs consulté les usagers pour mieux connaître leurs habitudes et leurs besoins. Elle a également échangé avec les riverains, commerçants, personnels de la gare et élus locaux. Cette démarche participative a permis de définir les services susceptibles de répondre à la diversité des usages, suivant les variations de fréquentation et en maintenant du lien avec la ville.

La prise en compte du contexte urbain et des attentes de tous a conduit à un projet architectural porté par l’agence DDL de Lorient qui privilégie la sobriété.

La nouvelle gare maritime est conçue comme une grande ombrière portée par de fins poteaux en béton. Le bâtiment, dont le hall est entièrement vitré, s’efface au profit de son environnement maritime, pour mieux mettre en scène le plan d’eau, les bateaux et le quartier.

Autre caractéristique du projet : il réunit la gare voyageurs et le hangar fret sous une seule et unique couverture. Côté passagers, l’espace est divisé en deux : le hall d’accueil et une zone regroupant bureaux et locaux des personnels. Le hangar fret se compose lui aussi de deux parties, l’une dédiée au stockage des marchandises, l’autre aux bureaux et locaux techniques.

Espaces extérieurs fluides et ouverts sur Quiberon

À l’extérieur, le parvis Nord est une place, à la fois minérale et végétale, dans laquelle cohabitent circulations douces et circulations des véhicules.
Les finitions des sols permettent une lecture claire des espaces réservés, les uns, aux piétons, les autres aux véhicules (stationnements des cars et taxis, dépose minute…). Les espèces plantées sont locales, dans la continuité de celles déjà en place dans la Ville.

L’espace logistique Sud est, quant à lui, séparé en deux zones : le secteur Ouest correspond à la zone de fret et le secteur Est au pré-embarquement et débarquement des véhicules et piétons.

L’organisation entre ces différents espaces est fluide, avec la nouvelle gare située au centre du terre-plein.

Matériaux durables et éco-gestion

À l’issue de la consultation auprès des usagers et riverains, a aussi été retenu le principe d’un projet engagé dans une démarche environnementale forte, en matière de santé et confort des usagers, gestion de l’énergie, de l’eau et des déchets.

A l’intérieur de la gare, les meubles et habillages sont en bois et les peintures d’origine naturelle.

Comment accéder à la gare pendant les travaux ?

C’est une question légitime qui préoccupe les usagers. Tout sera mis en œuvre pour que l’embarquement des passagers et l’ensemble des activités de la gare maritime continuent d’être assurés sur place dans les meilleures conditions.

Les voyageurs, personnels et riverains de la gare seront informés en amont des modifications d’accès, de circulation et de stationnement engendrées par les différentes phases des travaux.

Un équipement à vocation régionale intégré au réseau BreizhGo

Depuis 2017, la Région est responsable de la gestion de 22 ports bretons et organise aussi, toute l’année, les liaisons entre les 10 îles bretonnes et le continent, au départ de 13 gares maritimes, ce qui représente 2,7 millions de passagers transportés chaque année. Ce service public de transport, essentiel à la vie quotidienne des îliens, est le garant de la continuité territoriale.
Les 16 navires exploités dans ce cadre par la Région en font le 2e armateur public de France.

Avec une fréquentation de 1 M de passagers/an, la gare maritime de Quiberon figure donc parmi les infrastructures de mobilité majeures en Bretagne. Intégré au réseau régional de transports publics BreizhGo qui couvre tout le territoire (trains TER, cars interurbains, circuits scolaires et dessertes des îles), ce nouvel équipement devient un véritable pôle d’échanges multimodal (PEM) permettant de transiter des bateaux vers le train, le car ou la voiture vers la gare d’Auray où des TER et TGV assurent des liaisons quotidiennes avec Quimper, Lorient, Vannes, Rennes et Paris.

En pratique

En pratique

Hon holl geleier