Aller au contenu
Revenir à la liste des aides

Innovations au sein de la filière aval des produits de la pêche et de l’aquaculture

Créer votre compte

Pour configurer votre espace et ajouter à Mes épingles, connectez-vous ou créez votre compte.

TA 2.2.2.R : Recherche et innovation transformation d’ampleur régionale

Appel à projets régional FEAMPA

array(1) { [0]=> object(WP_Term)#20612 (11) { ["term_id"]=> int(1300) ["name"]=> string(6) "FEAMPA" ["slug"]=> string(6) "feampa" ["term_group"]=> int(0) ["term_taxonomy_id"]=> int(1300) ["taxonomy"]=> string(15) "fonds-europeens" ["description"]=> string(0) "" ["parent"]=> int(0) ["count"]=> int(21) ["filter"]=> string(3) "raw" ["term_order"]=> string(1) "0" } }

Cette aide vise à soutenir le développement d’équipements, de pratiques ou de procédés innovants, nouveaux ou sensiblement améliorés, visant la transformation et la valorisation des produits de la pêche et de l’aquaculture.

Les projets d’innovation déposés à cet appel à projet doivent nécessairement s’inscrire dans l’une des thématiques ci-dessous :

  1. Transformation et valorisation des espèces commerciales et celles favorisées par les changements globaux, en vue d’une consommation humaine.
    Bien que la consommation en produits de la mer soit relativement stable ces dernières années, certaines espèces souffrent d’un déficit de connaissance et donc d’attractivité. La valorisation des produits de la pêche et de l’aquaculture est un enjeu essentiel pour l’ensemble de la filière tant d’un point de vue économique que social et environnemental. L’objectif de cet appel à projets est de financer des projets permettant de développer de nouveaux marchés par des approches marketing innovantes, des produits ou process innovants, nouveaux ou améliorés.
    En parallèle, les changements globaux actuels, qui peuvent s’accentuer dans les années à venir, ont un impact sur les aires de répartition des espèces pêchées et offrent également des possibilités d’élever de nouvelles espèces aquacoles. Pour faire de ces changement des opportunités, la filière, de l’amont à l’aval, doit s’adapter. Aussi, cet appel à projets a vocation à soutenir des projets innovants permettant de rechercher de nouvelles voies de transformation et de valorisation pour des espèces favorisées par les changements globaux ou pour des espèces prédatrices parfois problématiques pour les activités de pêche et d’aquaculture.
    L’objectif est de créer de nouvelles offres avec des produits innovants qui répondent aux attentes des consommateurs.
  2. Conditionnement des produits de la pêche et de l’aquaculture.
    Le projet peut concerner le développement d’innovation produit ou process, de systèmes d’organisation et de gestion qui soient nouveaux ou améliorés, y compris le développement d’outils informatiques innovants. L’ensemble de la chaine de mise sur le marché est concerné par cette thématique, de la débarque ou récolte au conditionnement de produits finis.
    Les améliorations peuvent être en lien avec l’augmentation de valeur ajoutée, une modification des emballages pour un allongement de la durée de vie ou une amélioration de la qualité des produits, etc.
    Il peut également s’agir du développement d’emballages biosourcés, biodégradables ou recyclables.
  3. Valorisation des co-produits et sous-produits avec des démarches à haute valeur ajoutée.
    La thématique de la valorisation des co-produits et sous-produits est prégnante pour les filières pêche et aquaculture et cet appel à projets a vocation à soutenir des projets proposant des innovations à haute valeur ajoutée. Tous les produits de la mer et dulcicoles sont concernés. L’innovation doit bénéficier aux entreprises du secteur (entreprises actives dans la production, la transformation, la commercialisation des produits de la pêche et de l’aquaculture) et présenter un intérêt collectif.

Type d'aide

Subvention

Montant de l'aide

  • Le plancher d’aide publique par projet est fixé à : 15 000 €
  • Le plafond d’aide publique par projet est fixé à : 500 000 €

Le montant d’aide publique sollicité pour un projet varie selon les types d’organismes et d’entreprises bénéficiaires. Ainsi, le taux d’aide pourra être différent d’un partenaire à l’autre, sans que celui-ci ne puisse être supérieur à 80 % du montant des dépenses éligibles.
Le tableau des taux d’intensité d’aide publique en fonction des critères liés à l’opération et aux bénéficiaires est présenté dans le cahier des charges de l’appel à projets.


Cumul d’aides publiques

Les projets de recherche et innovation sont soumis à la réglementation des aides d’Etat.
Les projets ne doivent pas avoir démarré avant que la demande d’aide soit déposée sur le portail des aides.
Le cumul de subventions publiques (fonds européens, plan de relance, etc.) n’est pas autorisé sur les mêmes dépenses d’un même projet.

Structures éligibles

  • Entreprises des filières pêche, aquaculture, commercialisation et transformation des produits de la mer et dulcicoles
  • Associations de la filière de dimension régionale
  • Organismes scientifiques ou techniques
  • Pôles de compétitivité
  • Gestionnaires portuaires et leurs groupements
  • Organisations de producteurs
  • Structures professionnelles
  • Syndicat conchylicole
  • Autres organismes ou entreprises dont la participation est pertinente pour le projet

Dépenses éligibles

  • Les frais de personnel directement liés à l’opération.
  • Les dépenses d’investissement matériel et immatériel directement liées à l’opération dans la mesure où et aussi longtemps qu’ils sont utilisés pour le projet. Lorsque ces biens ne sont pas utilisés pendant toute leur durée de vie dans le cadre du projet, seuls sont éligibles les coûts d’amortissement correspondant à la durée du projet, calculés conformément aux principes comptables généralement admis. Ces dépenses concernent notamment :
    • Les équipements, instruments, matériels, dans la mesure où et aussi longtemps qu’ils sont utilisés pour le projet ;
    • Les achats de consommables directement liés à l’opération ;
    • Les coûts de la recherche contractuelle, des connaissances et des brevets achetés ou pris sous licence auprès de sources extérieures à des conditions de pleine concurrence ;
    • Les prestations de service en lien avec le projet.
  • Les frais indirects, pris en compte uniquement de manière forfaitaire à hauteur de 15% des dépenses directes de personnel.
  • Les frais de missions directement liés à l’opération, pris en compte de manière forfaitaire à hauteur de 6,3 % des dépenses directes de personnel.

Critères d’éligibilité

  • Caractère novateur des projets
    Les opérations financées doivent présenter un caractère innovant. Les caractéristiques innovantes se définissent de la manière suivante :

    • Une innovation de procédé nouveau ou sensiblement amélioré (ou une combinaison des deux) qui diffère significativement de ce qui existe déjà et qui a été introduit sur le marché.
    • Une innovation de produit nouveau ou sensiblement amélioré qui diffère significativement de ce qui existe déjà et qui a été introduit sur le marché.
    • Une innovation marketing permettant de développer de nouveaux marchés.
  • Degré de maturité technologique des projets
    Les projets doivent se situer en fin de cycle innovation et viser une mise sur le marché ou une utilisation dans les 3 ans après la fin du projet. Ce dernier doit ainsi revêtir un degré de maturité technologique suffisant qui lui permet de s’inscrire à partir du niveau 4 de l’échelle de degré de maturité technologique dite échelle TRL (Technology Readiness Level) en annexe du cahier des charges de l’appel à projets. Un projet qui comporte plusieurs niveaux de l’échelle TRL est éligible dès lors que la majorité du projet se situe au-delà du niveau 4 de l’échelle TRL.
    Les projets qui seraient uniquement dédiés à de l’acquisition de connaissances ou à de la collecte de données sans objectif de développement d’un nouveau produit, procédé, technologie ou organisation, ne sont pas considérés comme des projets innovants au titre de cette mesure.
    Néanmoins, si une partie du projet est dédiée au développement d’un équipement et/ou d’une pratique innovante, l’acquisition de connaissances permettant de calibrer ou mettre au point cet équipement et/ou cette pratique innovante ou en lien direct avec l’évaluation de l’efficacité de cet équipement et/ou de cette pratique peut constituer une partie du projet.

 

  • Collaboration effective
    Le projet doit être mené en collaboration avec a minima :

    • Un organisme scientifique ou technique qui valide a minima les résultats de l’opération.
    • Un acteur professionnel (opérateur de la filière commercialisation et transformation).
  • Eligibilité géographique
    Les projets déposés doivent répondre aux caractéristiques suivantes :

    • Le projet est porté par un chef de file dont l’activité relative au projet se situe en Bretagne,
    • et le projet est au bénéfice de la filière aval des produits de la pêche et de l’aquaculture bretonne,
    • et la majorité du consortium (le chef de file et ses partenaires) a son activité liée au projet en Bretagne
      Les prestataires ne sont pas considérés comme des partenaires. Il s’agit d’une externalisation.
  • Eligibilité temporelle
    La durée du projet doit être inférieure ou égale à 3 ans avec une mise sur le marché prévisionnelle, à destination des opérateurs des filières halieutiques, dans les trois ans après son achèvement.
    Le projet ne doit pas avoir démarré au moment du dépôt de la demande d’aide.
    Le caractère incitatif de l’aide versée dans le cadre de cet appel à projets doit être caractérisé et impose au bénéficiaire de déposer son dossier de candidature concerné avant le début des travaux et actions liés au projet (les devis réalisés dans le cadre du projet ne doivent pas être engagés et signés au moment du dépôt du dossier).

 

  • Intérêt collectif
    Les projets déposés doivent être d’intérêt collectif et répondre à un ou plusieurs enjeux des filières halieutiques bretonnes. L’intérêt collectif fait référence à l’intérêt des membres de l’organisation, d’un groupe de parties prenantes ou du grand public. Les actions soutenues doivent donc englober plus que la somme des intérêts individuels des membres d’un bénéficiaire collectif. Elles ont une portée plus large que celles normalement entreprises par les entreprises privées.
    L’intérêt collectif du projet peut notamment être évalué par l’importance socio-économique des entreprises concernées par l’innovation au regard du nombre total d’entreprises bretonnes de la filière aval des produits de la mer et dulcicoles.
    Les innovations développées devront être au service des professionnels de la filière et utilisables par les entreprises du secteur.

 

  • Communication et diffusion des résultats
    La méthodologie prévue et les outils à mettre en place pour diffuser les résultats du projet auprès du public cible professionnel doivent être intégrés au projet. Ils feront l’objet d’une attention particulière lors de l’instruction des projets déposés. Les résultats des projets doivent être largement diffusés au moyen de conférences, de publications, de dépôts en libre accès, de logiciels gratuits ou libres, etc.

Critères de sélection

Les projets qui répondent aux critères d’éligibilité sont analysés selon la grille de sélection présentée en annexe 1 du cahier des charges de l’appel à projets. La qualité du consortium, la cohérence du projet, la pertinence et l’étendue de l’innovation proposée et les retombées prévisionnelles du projet pour la filière et sur les piliers du développement durable sont les critères d’appréciation des projets.

Si le projet obtient une note inférieure à 50, celui-ci ne pourra pas être sélectionné à l’appel à projets. Si le projet obtient une note supérieure à 50, celui-ci sera présenté en Commission Régionale Stratégique et de Sélection Innovation (CORSSI) pour avis et sélection le cas échéant.

Arrêté

468 Ko Télécharger

Cahier des charges

461 Ko Télécharger

Région Bretagne
Direction de la mer
Courriel : [email protected]

Laëtitia GAULIER – Chargée de l’innovation des filières pêche et aquaculture, en charge de la coordination du guichet régional et du guichet national innovation FEAMPA
Tel : 02 99 87 43 46

Yohan BULTEAU – Instructeur des dossiers Innovation FEAMPA
Tel : 02 99 87 43 08

Sandy CATTEZ : Instructrice des dossiers Innovation FEAMPA
Tel : 02 22 51 60 18

Engagement de communication européenne

En tant que bénéficiaire de fonds européens, vous êtes tenu.e de respecter certaines obligations de publicité. Pour vous accompagner dans cette démarche, des outils de communication spécifiques vous seront communiqués par la Région une fois votre projet sélectionné. Ces supports seront disponibles en ligne prochainement. Dans cette attente, nous vous invitons à contacter la Région pour connaitre les obligations concernant votre projet.

Région Bretagne
Direction des Affaires Européennes et Internationales
Christophe Jamet – Chargé du pilotage de l’information et de l’animation des programmes européens
Tel : 02 22 51 60 08
Courriel : [email protected]

Modalités de dépôt de la demande européenne.

Le dossier complet de réponse à l’appel à projets est à renseigner, par le partenaire « Chef de file », directement en ligne en cliquant sur “demande d’aide européenne” au plus tard le 14 septembre 2024, date de clôture de l’appel à projets.

Le dossier de candidature à l’appel à projets est entièrement dématérialisé et comprend :

  • Un dossier administratif à renseigner directement sur le Portail des Aides (Aiden) de la Région Bretagne. Une procédure d’aide à la saisie ainsi que la liste des pièces nécessaires à la constitution du dossier sont à votre disposition ci-dessous.
  • Un dossier technique détaillant le projet dans son ensemble à télécharger ci-dessous.
  • Une annexe financière de l’opération à télécharger ci-dessous.

Cette aide a retenu votre attention ?

Retrouvez cette page dans votre espace

Partager :

Toutes nos actualités

Votre localisation a bien été enregistrée.

Abonnez-vous à notre newsletter