Le Haut Conseil Breton pour le Climat

Crédit photo : Thomas Crabot

Dans la continuité des travaux de la Breizh Cop et de son conseil scientifique, la Région s’est mobilisée pour la création d’une instance scientifique : le Haut Conseil Breton pour le Climat (HCBC). Ce dernier éclaire la Région sur la cohérence des stratégies de territoire qu’elle porte et sur ses politiques au regard des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (atténuation) et de préparation de la Bretagne aux impacts du changement climatique (adaptation).

Instance indépendante, le Haut Conseil Breton pour le Climat apporte des éclairages scientifiques sur les politiques publiques conduites en matière de lutte et d’adaptation face au dérèglement climatique. Il a pour principale mission d’éclairer, par ses avis et ses recommandations, le Conseil régional sur la cohérence des stratégies thématiques et stratégies de territoire qu’il porte et la pertinence de ses politiques publiques au regard des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (atténuation du changement climatique), et de préparation de la Bretagne aux impacts du changement climatique (adaptation).

En cela, il s’inspire fortement du Haut Conseil pour le Climat national. Par ailleurs, et en complément, le Haut Conseil Breton pour le Climat contribue à l’information générale des élu.e.s et du grand public sur le dérèglement climatique et ses impacts en Bretagne. Sur cet aspect indispensable à une citoyenneté éclairée, il s’inspire des groupes d’experts sur le climat qui ont été installés dans d’autres régions françaises. Les travaux portés par le Haut Conseil peuvent se matérialiser par des avis écrits, des rapports, des cahiers thématiques ou tout autre support qu’il estimera pertinent pour diffuser les informations produites ou synthétisées.

En tant qu’organe consultatif, son action s’inscrit en complémentarité et en articulation très étroite avec les acteurs pouvant intervenir sur le champ du dérèglement climatique, et notamment le CESER, l’Observatoire de l’Environnement en Bretagne, l’Agence Bretonne de la Biodiversité, le Centre de Ressources et d’Expertise Scientifique sur l’Eau en Bretagne (CRESEB) et la chambre régionale d’agriculture.

La co-présidence du Haut Conseil Breton pour le Climat est assurée par une femme et un homme, représentant les sciences de la nature et les sciences humaines et sociales. Ils sont élus par les membres. Le Haut Conseil peut s’autosaisir des sujets qu’il souhaite aborder et est ainsi en mesure de questionner toute politique régionale au regard des enjeux posés par le dérèglement climatique. Dans un esprit d’indépendance et de neutralité vis-à-vis du Conseil régional, le Haut Conseil Breton pour le Climat définit ses propres modalités de décision et d’organisation.

Choix d’organisation actuel

Les décisions du Haut Conseil sont prises de manière collégiale. Les co-présidents, entourés de quatre membres élus, forment le Bureau. Celui-ci a pour rôle d’animer le Haut Conseil et de garantir la cohésion et la continuité des travaux.

Le Haut Conseil Breton pour le Climat est composé de 20 membres issus du milieu académique breton, nommés pour 6 ans par le Conseil régional. Les quatre universités bretonnes, les trois structures fédératives de recherche et plusieurs structures d’enseignement supérieur ont été sollicitées afin de constituer le Haut Conseil.

Les membres sont nommés au titre de leur expertise dans les disciplines académiques qui étudient le climat et ses conséquences, sur des critères d’excellence scientifique.

Co-présidence

Anne-Marie Tréguier

Océanographe physicienne, directrice de recherche CNRS – université de Bretagne Occidentale

Co-autrice du 6ème rapport du GIEC

Spécialisée dans la modélisation numérique du climat, des courants marins et de l’océan

Vincent Dubreuil

Professeur de géographie à Rennes 2. Spécialiste de l’impact du changement climatique sur l’agriculture et les villes, en Bretagne et en région amazonienne.

Développe régulièrement des projets avec les collectivités territoriales afin de tisser des liens entre recherche et action publique.

Membres du Bureau

Laurent Labeyrie, géochimie, changement climatique et impacts associés sur l’environnement marin et continental – Université de Bretagne Sud

Jean-Pierre Le Bourhis, sciences politiques – analyse des politiques environnementales et de santé-environnement – CNRS/Rennes 1

Béatrice Quenault, économie – vulnérabilité, adaptation, prévention des risques et résilience des territoires face au changement climatique – Rennes 2

Gérard Gruau, biogéochimie – impacts du changement climatique et des activités humaines sur la qualité de l’eau (eutrophisation, pollution) – CNRS/Rennes 1

Membres

Benjamin Bergerot, écologie – Rennes 1

Vincent Bessonneau, santé-environnement – Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP)

Valérie Bonnardot, géographie – Rennes 2

Christophe Cudennec, agronomie, hydroclimatologie – Institut Agro

Philippe Davy, géophysique, hydrologie – Rennes 1

Florence Gourlay, géographie – Université de Bretagne Sud

Marie-Hélène Hubert, économie – Rennes 1

Thibaut Lecompte, génie civil – Université de Bretagne Sud

Marion Lemoine-Schonne, droit – Rennes 1

Manuel Plantegenest, écologie – Institut Agro

Anne Roué Le Gall, santé-environnement – EHESP

Nicole Roux, sociologie – Université de Bretagne Occidentale (UBO)

Luis Tito de Morais, écologie maritime – UBO

Joan Van Baaren, écologie – Rennes 1