Aller au contenu

Face à la crise énergétique et la flambée des coûts : la Région aide les lycées bretons à gérer leurs installations et dépenses

Comme annoncé par le Président Chesnais-Girard à la rentrée, les 115 lycées publics bretons vont être accompagnés cet hiver par des techniciens-conseil et les équipes mobiles d’assistance technique (EMAT) qui les aideront à réguler et réduire leurs consommations de gaz et d’électricité. Illustration au lycée agricole de l’Aulne où l’on se prépare à « mettre en chauffe » les installations pour que les élèves puissent être accueillis, au retour des vacances, dans des locaux où la température n’excèdera pas 19°C dans les classes et 16°C ailleurs. Loïc Hénaff, conseiller régional président du Conseil d’administration, et Christophe Matrat, directeur du lycée, ont présenté, le 19 octobre dernier, les solutions mises en œuvre.

Crédit photo : Région Bretagne – visite de la chaufferie du lycée de l’Aulne à Châteaulin

Comme dans les autres établissements bretons, la facture de chauffage, eau et électricité, représentait jusqu’ici environ 55 % des dépenses de fonctionnement du lycée de l’Aulne. Depuis quelques mois, le coût de l’énergie s’est envolé et les factures ont augmenté de 70% pour le gaz et de 480% pour l’électricité… Une hausse sans précédent qui, conjuguée à la nécessité de lutter contre le dérèglement climatique, impose de maîtriser les consommations.

Chauffer
comme il faut,
quand il faut,
au 1/4 h près

Réviser et superviser les installations, déployer des équipements économes

Responsable du bâti des lycées publics et de leurs équipes de maintenance, la Région a mis en place, depuis la rentrée, toute une organisation pour aider les établissements à faire face à la situation*. Au lycée de l’Aulne, des solutions concrètes mises en œuvre à court terme, devraient permettre de réduire les consommations de 20% :

  • refonte de la production d’eau chaude, indépendamment des chaudières ;
  • déploiement d’un logiciel facilitant un réglage fin du chauffage qui permet de réduire les heures de chauffe (déjà 140h économisées en 2022) ;
  • installation de limiteurs de débits dans les douches de l’internat ;
  • pose de 2 000 têtes thermostatiques sur les radiateurs bloquant les températures à 19°C en classe et à 16°C dans les couloirs et sanitaires, suppression de l’eau chaude dans les toilettes.

Sur le plan humain, toutes les compétences en présence travaillent ensemble : David Chéret, technicien-conseil de la Région, accompagne les 29 lycées du Finistère pour les former et aller vers des pratiques plus sobres. L’EMAT de Carhaix, piloté par Richard Arnal, intervient, elle, dans l’analyse des factures et le déploiement d’équipements économes (50 000 € dans cet établissement). Enfin, Damien Mary, encadrant de service général, veille, avec les agents du lycée, à la mise en œuvre des préconisations de la Région pour faire évoluer les usages, sensibiliser les élèves, chauffer raisonnablement, uniquement en période d’occupation dans les locaux à usage intermittent (amphi, gymnase…), baisser les chaudières le soir et les mettre à l’arrêt le week-end, limiter, enfin, les éclairages extérieurs.

Travaux : isolation des façades et chaudière bois

L’ensemble de ces interventions s’inscrit dans le Plan Énergie Lycées lancé par la Région dès 2019. C’est dans ce cadre aussi que sont programmés dans l’établissement une opération d’isolation thermique par l’extérieur sur le bâtiment central, l’installation d’une centrale photovoltaïque en toiture et l’aménagement d’une nouvelle chaufferie bois. Des travaux d’un montant de 3,6 M€ qui débuteront en 2024.

* La Région a par ailleurs voté, jeudi 13 octobre, 10 M€ de crédits complémentaires en faveur des lycées publics bretons afin de les aider à faire face à la hausse de leurs factures.

En pratique

Partager :

Toutes nos actualités

Recevez nos alertes Presse