Aller au contenu

Stratégie régionale de transition et plan de relocalisation : la rentrée économique offensive de Loïg Chesnais-Girard

À la veille de l’ouverture du Forum Economique Breton (FEB) à Saint-Malo, le Président de la Région Bretagne a présenté ce mardi les priorités de la rentrée 2023 en matière d’économie. Deux grands axes à retenir : le plan d’actions pour une relocalisation décarbonée en Bretagne et la cartographie des vulnérabilités et opportunités de l’économie bretonne.

Préparer l’avenir des Bretonnes, des Bretons et de leurs entreprises dans une démarche résolument participative : c’est le « discours de la méthode » du Président de Région pour ancrer la Bretagne dans la « Société de la vie », à quelques heures de l’ouverture du Forum Économique Breton, rendez-vous de la rentrée devenu incontournable !

Crédit photo : Région Bretagne – (de g. à d.) Loic Henaff, conseiller régional en charge de la relocalisation, Laurence Fortin, VP Economie, Territoires et Habitat, Christian Pousset, secrétaire général du FEB et le Président Chesnais-Girard

Anticiper les transitions en Bretagne

Loïg Chesnais-Girard a annoncé le lancement du premier grand chantier de la Stratégie régionale de transition économique et sociale (SRTES) votée en avril : dresser la cartographie des vulnérabilités et opportunités de l’économie bretonne. Une première en France, pour anticiper les métiers de demain.

Le réchauffement à 2°, l’acidification des océans, la montée du niveau des mers sont des défis qui rendent impérative la décarbonation de l’économie régionale.

C’est un fait : certaines activités sont porteuses de solutions pour les transitions. D’autres devront se réorienter : économiser l’eau, la terre, l’énergie et consommer moins de carbone.

D’autres activités, enfin, sont amenées à profondément se réinventer.

Plutôt que de sombrer dans l’éco-anxiété, la Région Bretagne préfère prendre le sujet à bras le corps et anticiper les transitions des entreprises et des métiers.

Encore faut-il pour cela bien identifier ses activités et leur bilan carbone : c’est l’objet de ce premier chantier.

C’est une démarche inédite, que la Région Bretagne veut collective. L’ambition doit être partagée par toutes et tous, condition sine qua non de sa réussite. Une première réunion vient d’avoir lieu en présence des représentants des salariés, des entreprises et des chambres consulaires.

La Région va mobiliser, par ailleurs les meilleurs experts pour faire un « état des lieux du carbone » : la collectivité participera ainsi au financement d’un travail mené sur un an par le Shift Project, présidé par Jean-Marc Jancovici.
L’ingénieur, enseignant et conférencier interviendra au FEB jeudi 7 septembre.

Relocalisation : agir sur les achats des entreprises

Le plan d’actions pour une relocalisation décarbonée en Bretagne se veut pragmatique. Initié par Loïc Hénaff, conseiller régional référent sur ce dossier, il est détaillé ce mercredi lors d’une table ronde au FEB.

Loïg Chesnais-Girard en a rappelé les enjeux : créer ou préserver des emplois locaux directs ou indirects, réduire la pollution due au transport, sécuriser les approvisionnements et tout simplement décarboner la production.

Pour la Région, « le XXIème siècle sera celui de la transition réussie de la société bretonne de production qui agira en responsabilité : par ses achats, sa frugalité, pour sa souveraineté et en renforçant ses écosystèmes locaux et la formation ».

Le plan d’actions, comprenant 16 propositions, s’appuie sur le levier des achats des entreprises : pourquoi acheter à l’autre bout du monde des produits disponibles en Bretagne, dans le Grand-Ouest ou ailleurs en France ?

Les premiers rendez-vous de la relocalisation, en juin, à Douarnenez, à l’initiative de la Région et de son agence Bretagne développement innovation (BDI), ont démontré un fort intérêt des décideurs. Une étude de la CCI indique que 80 % des entreprises bretonnes sont prêtes à s’engager dans une démarche d’achat local.

Après une étape de sensibilisation, via une Breizh Relok Akademy, le plan favorisera la création de nouvelles relations acheteurs/fournisseurs dans une logique B2B (« business to business », entre entreprises) : identifier les fournisseurs, accompagner les entreprises dans leurs plans d’achats locaux responsables, développer de nouvelles manières d’acheter.

Un « indice de l’achat local » sera créé d’ici la fin de l’année pour qu’une entreprise puisse savoir où elle en est en la matière, et se fixe ainsi des objectifs ambitieux.

Enfin, l’étape suivante permettra d’identifier et d’accompagner la (re)localisation d’activités, en développant notamment une politique d’attractivité en faveur des secteurs « relocalisables » en Bretagne.

Plusieurs rendez-vous sont prévus dans les prochaines semaines pour la mise en œuvre de ce plan de relocalisation, à commencer par Bretagne achats responsables, organisé par le Centre national des acheteurs le 22 septembre à Rennes.

Une « boite à outils » destinée aux entreprises sera en ligne sur le site Internet dédié relocalisons.bzh.

Partager :

Toutes nos actualités

Votre localisation a bien été enregistrée

Recevez nos alertes Presse