Convention TER BreizhGo entre la Région et SNCF Voyageurs : la Région renouvelle sa confiance à SNCF

Après en avoir fixé les grandes lignes en juin dernier via un protocole, la Région et SNCF Voyageurs ont officialisé la nouvelle convention TER BreizhGO, le 24 janvier à Rennes. En signant cet engagement réciproque, Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne, et Jean-Pierre Farandou, Président Directeur Général de SNCF, fixent les modalités techniques et financières selon lesquelles la Région -autorité organisatrice des transports- confie à SNCF Voyageurs l’exploitation du Service public de transport régional de voyageurs. À travers ce document, la Région renouvelle sa confiance à SNCF Voyageurs et réaffirme sa volonté d’améliorer encore la qualité de service notamment via des matériels roulants performants, de mettre en œuvre une offre répondant aux besoins des Bretonnes et des Bretons, partout sur le territoire, et ainsi faire un pas de plus vers son engagement pour le climat via la BreizhCOP. Le tout, dans le cadre d’une gestion maîtrisée de l’argent public.

Crédit : DR – Jean-Pierre Farandou, P-D-G de SNCF et Loïg Chesnais-Girard, Pdt du Conseil régional, signent la convention TER BreizhGo

La Région Bretagne engage 1 milliard d’euros

Le service ferroviaire TER BreizhGo, défini et financé par la Région Bretagne, est exploité par SNCF Voyageurs, dans le cadre d’une convention pluriannuelle. Elle résulte d’échanges et négociations entre les deux parties.
Durant toute la durée de la convention, la contribution financière de la Région Bretagne s’élèvera à plus de 100 M€ par an soit au global un contrat d’1 milliard d’euros. En s’engageant sur un temps long (10 ans), sans mise en concurrence, la collectivité renouvelle sa confiance à SNCF et aux cheminots qui œuvrent au quotidien pour le TER BreizhGo.
Officialisée le 24 janvier 2020, la nouvelle convention vise à “cultiver le succès” du TER BreizhGo via des ambitions fortes : développer l’offre TER, garantir la qualité de service avec la mise en place d’un système d’évaluation renforcé, maintenir un parc roulant de qualité et contenir la contribution régionale.

Des ambitions qui se déclinent autour de plusieurs objectifs :

> Le développement de l’offre

A la mise en service de la ligne à grande vitesse (LGV), la Région a commandé une offre accrue de 11% pour le TER. Cela représente, au total, 380 trains par jour et plus de 8 millions de kilomètres parcourus par an. La nouvelle convention engage SNCF Voyageurs pour produire l’ensemble de cette offre augmentée et complémentaire de TGV.

> Une meilleure qualité de service

La qualité de service mesurée du TER Bretagne est en haut des classements nationaux mais la Région Bretagne souhaite faire encore mieux. Pour Loïg Chesnais-Girard : « La Région Bretagne fait de la qualité du TER, l’enjeu numéro 1. Le TER doit s’affirmer comme un mode de déplacement écologique, rapide, sûr, régulier et connecté avec toutes les informations en temps réel. Le système d’évaluation de la qualité va d’ailleurs être renforcé car nous voulons placer l’usager au cœur de notre action. »

> Le développement de la fréquentation

L’enjeu est bien, aujourd’hui, notamment pour répondre aux enjeux climatiques d’amener davantage de Bretons à utiliser le train pour leurs déplacements quotidiens. Sur la durée du contrat, SNCF Voyageurs s’est engagé à augmenter la fréquentation du Ter BreizhGo de près de 25%. Ce qui implique de mettre un œuvre une offre adaptée au plus grand nombre.

En effet, la performance et l’attractivité du service public de transport doit pouvoir s’apprécier au regard de la satisfaction des usagers mais aussi de la croissance de la fréquentation observée.

> Des tarifications et services adaptés à tous

La gamme tarifaire reste également une priorité pour attirer les voyageurs et rendre le TER accessible au plus grand nombre. Ainsi les abonnés, les jeunes et les personnes les plus fragiles socialement sont au cœur des préoccupations avec des tarifs adaptés. Les tarifs à l’échelle du nouveau réseau BreizhGo (car, train et bateau) feront l’objet d’une mise en cohérence via la définition d’une nouvelle gamme tarifaire.

Côté distribution, les moyens numériques sont les plus utilisés et seront encore développés. Les accueils aux guichets doivent, pour leur part, être adaptés, pour continuer à rendre un meilleur service, là où cela est nécessaire.

> Un matériel roulant optimisé

L’ensemble des rames en service sur le TER BreizhGo sont neuves ou récentes. Au total, entre 2011 et 2019, 26 Regio2N -achetés par la Région Bretagne pour un montant total de plus de 250 M€– ont été mis en circulation sur les voies bretonnes, apportant confort et sécurité aux usagers.
L’âge moyen du parc matériel TER BreizhGo est ainsi passé de 23 ans en 2002 à 8 ans en 2019. Un parc à 70% en traction électrique ou bi-mode et 30% à traction thermique.

Le Technicentre de Rennes, l’outil de maintenance, a parallèlement été redimensionné pour permettre d’entretenir l’ensemble de ce parc de manière performante et efficace.

La Bretagne a massivement investi dans les infrastructures ferroviaires, dans les gares, dans les rames. Avec un nouveau contrat de longue durée, tous les facteurs sont réunis pour que SNCF réussisse à faire aimer le train à toutes les Bretonnes et les Bretons.

Les bons chiffres du TER BreizhGo : 98% de l’offre réalisés et 96% des TER à l’heure

• La Région Bretagne a pris la compétence du transport express régional de personnes (TER) en 2002.
• Entre 2002 et 2017, la fréquentation des TER a doublé en Bretagne. Et elle continue de fortement progresser avec la nouvelle offre TER mise en place au moment de l’ouverture de la LGV en juillet 2017.
• Aujourd’hui, le réseau TER permet, chaque année, la réalisation de 11 millions de voyages.
• Chaque jour le réseau dessert 126 gares en Bretagne.
• Les trains TER parcourent chaque jour 26 500 km (en semaine, 30 000 le vendredi).
96% des trains sont à l’heure et le taux de réalisation de l’offre dépasse les 98%.
Plus de 90% de ces kilomètres sont parcourus par des trains électriques.

Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse complet, ainsi que des illustrations de la signature de la convention.

En pratique