Bilan d’étape du site d’essais hydrolien de Paimpol-Bréhat : pérenniser le site et y accueillir de nouveaux opérateurs

Un an après une première rencontre, le groupe de liaison, constitué de représentants de la Région, d’EDF et des parties prenantes du territoire, s’est réuni ce jour à Ploubazlanec, pour faire le point sur les expérimentations en cours et les projets à venir sur le site d’essais de Paimpol-Bréhat, dont EDF est concessionnaire. L’ambition de tous est de faire de ces fonds marins, propices à l’hydrolien, une zone d’essais pérenne. À l’initiative de la dynamique de relance, la Région participera au fonctionnement du site.

Crédit : Région Bretagne – site Paimpol-Bréhat, visite du 8 octobre 2020

Différents points d’actualité ont été abordés ce jour :

> Un an après : bilan positif pour l’hydrolienne HQ-OCEAN

L’hydrolienne des Constructions Mécaniques de Normandie (CMN) et d’HydroQuest, immergée en avril 2019 et raccordée au réseau électrique, affiche, après 18 mois de tests en continu, un bilan prometteur sur le plan technique et environnemental, sans aucune avarie à signaler ! Malgré la crise sanitaire, plusieurs opérations ont pu être menées cette année : des mesures acoustiques puis un programme de tests qui a permis de valider la courbe de puissance de la turbine de 1 MW, étape essentielle avant la certification. Les essais d’HydroQuest seront prolongés jusqu’à l’été 2021.

> La poursuite du projet européen TIGER, lancé il y a un an

Cofinancé par l’Europe dans le cadre d’un programme InterReg Manche sur 5 sites, TIGER (Tidal Stream Industry Energiser) est porté principalement en Bretagne par la Région, l’association Bretagne Ocean Power, SEENEOH et EDF. Son objectif est de fédérer les initiatives en matière d’hydrolien et d’intégrer différents opérateurs industriels au projet, dont les turbiniers. Depuis l’approbation du projet par Bruxelles en octobre 2019, la reconversion de Paimpol-Bréhat en site d’essais pérenne se concrétise.

Les enjeux communs sont de capitaliser et partager les données acquises au cours des essais, de travailler avec la recherche universitaire, de s’unir pour assouplir les procédures administratives et de préparer l’arrivée de nouveaux opérateurs pour tester des technologies innovantes.

> Les perspectives d’essais pour le suédois MINESTO

Le turbinier, déjà présent en Irlande et au Pays de Galles avec Deep green, une technologie très innovante et des engins légers de petite taille, sera accueilli sur site en 2022, dans le cadre de TIGER. CMN et HydroQuest avec leur hydrolienne HQ-Océan, intègrent aussi le projet européen.

> Des projets de R&D avec France Energies Marines (FEM)

D’autres utilisations sont possibles sur le site : des projets de R&D, sous pilotage de l’institut France Energies Marines, pourraient y être conduits en marge des expérimentations pour mieux connaître, par exemple, les impacts –a priori faibles- de l’hydrolien sur le milieu marin.

> Les enjeux : fiabiliser les technologies et baisser les coûts

In fine, l’enjeu de ce site d’essais, soutenu par la Région, est d’y réaliser des tests de turbines à échelle 1 et en conditions maritimes réelles qui s’appuient sur les infrastructures électriques terrestres et sous-marines mises en place par EDF en 2009.

Présentation du film réalisé sur le site d’essais dédié à l’hydrolien en mer : l’un des 3 sites d’essais de Bretagne pour tester les technologies d’énergies marineshttps://www.youtube.com/watch?v=HXkThbTvESI&feature=youtu.be

Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse complet, la présentation par Bretagne Ocean Power du site d’essais et une illustration de la journée du 8 octobre 2020.

En pratique