Aller au contenu

Rentrée 2022 : bien vivre ses «années lycée» en Bretagne !

Créer votre compte

Pour configurer votre espace et ajouter à Mes épingles, connectez-vous ou créez votre compte.

Les 78 0000 jeunes bretons scolarisés dans les 115 lycées publics sous responsabilité de la Région font leur rentrée ce jeudi 1er septembre. Rénovation des locaux, tarif équitable et produits frais locaux à la cantine, sobriété des bâtiments et des usagers pour économiser eau et énergie… : tour d’horizon de nos priorités et de nos investissements cette année pour les aider à bien vivre leurs « années lycée » partout en Bretagne.

élèves pontant quatre à quatre les marches d'un lycée
Martin Boudier

  • 110 M€/an
    C’est le budget annuel pour rénover, restructurer et agrandir les lycées bretons.
  • 10 M€
    de repas servis /an et 85 internats pour 12 500 internes.
  • 2 400
    agents à l’accueil, l’entretien et la restauration.

Qualité de l’accueil, sobriété et équité seront les mots clefs de cette rentrée 2022-2023, dans un contexte social et financier délicat pour bon nombre de familles. Une partie des lycéen·ne·s seront accueilli·e·s dans de nouveaux locaux, internats ou selfs : nous menons chaque année des rénovations (selon un plan de travaux qui fixe les priorités dans les 115 lycées publics sur plusieurs années).Tous les lycéen·ne·s, sans exception, auront accès à la cantine à des tarifs plus équitables (nouveauté de cette rentrée) et, dans l’assiette, à des repas de qualité préparés essentiellement à base de produits frais et locaux (une expérimentation étendue à l’ensemble des selfs). Alors que le coût du chauffage et de l’électricité flambe dans les établissements, tous les usagers du lycées (élèves, enseignants, agents) seront, d’autre part, sensibilisés et accompagnés cette année pour adopter des consommations plus économes en eau et en énergie (maintien d’une température à 19 ° dans les classes notamment). Une invitation à la sobriété pour réduire nos consommations dans le contexte actuel.

Visites de rentrée dans les lycées bretons

visites de lycées, Du 30 août au 6 octobre, nous visitons les lycée breton en présence du Président de Région Loïg Chesnais-Girarde et d’Isabelle Pellerin, vice-présidente en charge des lycées et de la vie lycéenne.

  • Mardi 30 août, en Ille-et-Vilaine à Rennes – Pré-rentrée auprès des agents de la Région, au lycée professionnel Bel-Air
  • Jeudi 1er septembre, dans les Côtes d’Armor à Saint-Brieuc — Lycée Eugène Freyssinet
  • Vendredi 9 septembre, dans le Finistère
    A Brest — Cité-Kerichen – Inauguration des internats mutualisés
    A Morlaix — Lycée de Suscinio
  • Jeudi 22 septembre, en Ille-et-Vilaine à Fougères — Lycée Jean Guéhenno
  • Vendredi 23 septembre, dans les Côtes d’Armor à Dinan — Lycée La Fontaine des Eaux
  • Mercredi 28 septembre, en Ille-et-Vilaine à Rennes — EREA Magda Hollander-Lafon
  • Jeudi 6 octobre, dans le Morbihan  à Gourin — Lycée agricole privé Saint-Yves et Lycée Émile-Zola.

Qualité du bâti : 110 M€ / an pour rénover les lycées

Propriétaires des murs (1500 bâtiments représentant une surface de 1,8 million de m²), nous construisons et rénovons, agrandissons et équipons les 115 lycées publics bretons pour accueillir, nourrir et loger les élèves dans des bonnes conditions. Internats et cantines, CDI, salles de classes, gymnases… : nous consacrons près de 110 M€ par an à ces travaux des lycées. Quelque 500 chantiers mobilisent tout au long de l’année scolaire de nombreuses entreprises locales du bâtiment. Avec l’appui de nos 2 400 agents techniques, nous entretenons le bâti et les espaces verts, assurons la maintenance des installations et réseaux ainsi que l’accueil, la restauration des usagers et l’hébergement des élèves internes.

Internats : un plan dans 22 sites prioritaires

Quand l’internat de l’établissement est sympa, les lycéens s’y bousculent ! Notre objectif : offrir à tous les élèves internes (12 500 jeunes) un cadre de vie agréable,  pour travailler et se détendre après les cours. Notre «Plan internats» est actuellement mis en oeuvre dans 22 sites prioritaires (sur un total de 85) et, en septembre, deux nouveaux sites d’hébergement ouvrent leurs portes, à Brest et à Lorient. Leur originalité : accueillir les élèves de plusieurs lycées voisins et y aménager des espaces communs conviviaux pour réduire investissements et dépenses de fonctionnement.

Au self : le bien-manger pour tous à tarifs accessibles et équitables

Dès septembre, tous les lycées adoptent une même grille tarifaire que la Région a voulu solidaire (Voir ci-dessous). En parallèle, le plan d’actions en faveur du bien-manger expérimenté dans trente-six lycées pilotes est étendu aux 95 selfs des lycées bretons pour faire gagner la restauration en qualité au lycée : il prévoit notamment 30 % de produits sous label, dont 20 % en bio dans les assiettes.

La même grille de tarifs dans tous les lycées

Accès de tous à table, au juste prix, et toute l’année ! L’an dernier, cohabitaient encore, sur le territoire breton, quelque 600 tarifs, instaurés au fil des ans par les conseils d’administration des différents lycées. Pour mettre fin à ces disparités, la priorité de la Région a été de déterminer la juste contribution des familles. À partir de cette rentrée 2022, il n’y aura plus qu’une seule grille tarifaire, garantissant l’égalité d’accès à tous les demi-pensionnaires et internes des lycées publics. Les tarifs sont ansi harmonisés partout en Bretagne, avec des tarifs sociaux prenant en compte 6 tranches de revenus, sur la base du quotient familial CAF. Le prix du repas est donc compris entre 2,70 € et 4,60 €, pour un coût de revient global de 8 €.

Sensibiliser à la sobriété énergétique

Les établissements sont incités à consommer modérément électricité, chauffage et eau. La collectivité les accompagnera dans le suivi et la régulation de leurs dépenses énergétiques. tous les usagers du lycée (jeunes, enseignants, agents) seront cette année sensibilisés pour adopter des gestes responsables et économes.

Des bâtiments économes en énergie

En parallèle des opérations d’extension et de modernisation de locaux, nous avons lancé en 2019 un Plan Énergie visant à réduire l’empreinte carbone du patrimoine immobilier conséquent de nos 115 lycées : 20 M€ chaque année pour rénover et isoler les façades, fenêtres et toitures des nombreux établissements construits dans les années 50 et 60, mais aussi agir sur les usages et encourager élèves, enseignants et agents à réduire leurs consommations au quotidien. L’urgence aujourd’hui : aider chaque lycée à maîtriser ses dépenses de fonctionnement, dont 55 % sont consacrées au chauffage.

Et toujours la priorité au numérique…
et l’aide aux équipements professionnels

L’usage des outils numériques s’intensifie grâce à une offre de contenus de plus en plus riche pour les apprentissages. En charge de l’équipement des lycées, nous les dotons en matériels informatiques et nos équipes assurent au quotidien l’administration des réseaux et la maintenance des tablettes et autres ressources digitales (une aide de 15 € par élève est versé à chacun des 115 établissements publics). La collectivité participe aussi à l’achat des équipements professionnels, souvent coûteux, dont doivent se doter les élèves entrant en CAP ou Bac pro. Un coup de pouce aux familles toujours bienvenu en cette période !

Initiatives : inciter les jeunes à s’exprimer et à s’engager

  • Election d’un nouveau Conseil régional des Jeunes à la rentrée Au sein du Conseil régional des Jeunes (CRJ), 166 lycéens s’engagent pour 18 mois dans un exercice concret de citoyenneté. Au cours de leur mandat, ils sont amenés à donner leurs avis et à construire des projets utiles aux jeunes générations. Un appel à candidatures sera lancé dès la rentrée pour élire une nouvelle assemblée en novembre !
  • Le dispositif Karta offre aux élèves une autre possibilité de s’exprimer en dehors des cours : nous les incitons incite à bâtir, avec leurs professeurs, des projets éducatifs dans 5 domaines prioritaires.
  • Budget participatif : une année test dans 8 lycées – En parallèle, une expérimentation, sous forme de budget participatif, sera lancée cette année dans 8 lycées sur la thématique de l’adaptation climatique.

Le transport scolaire, service public indispensable

Via le réseau régional BreizhGo, nous véhiculons (en car, train et bateau) les élèves (100 000 jeunes, collégiens et lycéens principalement) qui ont besoin d’un transport collectif pour se rendre à l’école, hors zone urbaine : chaque jour de la semaine, 2 500 cars scolaires desservent 25 000 points d’arrêt routiers (dont 22 000 uniquement scolaires) dans plus de 1 000 communes. En cette rentrée 2022, marquée par une pénurie de conducteurs dans toute la France, nous sommes mobilisé·e·s pour garantir la continuité de ce service public de première nécessité :  campagne de recrutement dès janvier, financement de formations pour passer le titre professionnel de conducteur de transport en commun (280 parcours proposés en 2021-2022), engagement à contribuer à la revalorisation salariale du métier de conducteur de car (par la création d’une « indemnité complémentaire d’attractivité » de 150 € par mois et un 13e mois dès l’embauche).

Un tarif unifié

Le tarif unifié dans les quatre départements demeure à 120 €/an (50 €/ an dès le 3e enfant transporté et gratuit à partir du 4e enfant). Et pour 80 € de plus par an (soit 200 €/an au total), la carte Scolaire + permet aux scolaires utilisant les transports BreizhGo d’accéder librement à l’ensemble des cars et trains TER tout au long de l’année, petites vacances et week-ends compris !
Toute l’info sur www.breizhgo.bzh

Cette actualité vous a plu ?

Retrouvez cette page dans votre espace

Partager :

Notre actualité

Votre localisation a bien été enregistrée.

Abonnez-vous à notre newsletter

[sibwp_form id=6]