Les Parcs naturels régionaux, des espaces pour préserver et innover

En Bretagne, les Parcs naturels régionaux sont au nombre de 2, bientôt 3. Ils constituent des espaces habités, reconnus pour la qualité de leur patrimoine, naturel ou culturel. Leur vocation est de protéger et de valoriser ces richesses locales, mais aussi d’assurer le développement durable, économique et social des territoires


Vue panoramique sur les Landes de Cragou, dans le Parc naturel régional d’Armorique © CRTB – Alexandre Lamoureux

On compte 56 Parcs naturels régionaux en France, qui couvrent 15% de la surface du pays. Deux d’entre eux sont situés en Bretagne. Au coeur du Finistère, le Parc naturel régional d’Armorique s’étend des monts d’Arrée à la vallée de l’Aulne, en passant par la presqu’île de Crozon et les îles de la mer d’Iroise. Deuxième PNR créé en France, en 1969, il continue de jouer un rôle majeur dans le développement du territoire et sa préservation.

Sur la façade sud du département du Morbihan, le Parc naturel régional du Golfe du Morbihan a quant à lui été labellisé en 2014. Il regroupe un ensemble complexe d’îles, d’îlots et d’espaces maritimes ainsi que la quasi-totalité du bassin versant du golfe. Un territoire remarquable par la richesse de ses paysages, sa biodiversité et son patrimoine culturel, mais aussi par le dynamisme de son économie. Un troisième parc, celui de la Vallée de la Rance – Côte d’Emeraude, devrait voir le jour prochainement

La Carte des Parcs naturels régionaux et des Réserves naturelles régionales de Bretagne

La préservation au coeur

Maintien de la biodiversité, préservation des paysages, mise en valeur des sites géologiques aussi bien que du patrimoine bâti, recensement des savoirs-faire locaux… Les Parcs de Bretagne mènent une multiplicité d’actions pour préserver et gérer les richesses locales, qu’elles soient naturelles, paysagères ou culturelles. Ils constituent également des structures décisives pour la mise en oeuvre des orientations de la Région, et notamment dans la lutte contre le changement climatique et la protection des écosystèmes. Et les actions d’éducation et de sensibilisation à l’environnement font pleinement partie de leurs missions.

Un outil d’animation locale et d’expérimentation

En Bretagne, les deux Parcs existants et le 3ème projet en cours réunissent entre 33 et 74 communes. Une taille relativement modeste, en comparaison de la moyenne nationale (86 communes), mais la bonne échelle pour construire et partager les initiatives. Car les Parcs naturels régionaux ne sont pas des territoires mis sous cloche. Au contraire, les activités sociales et économiques y sont préservées et même souhaitées tout en cherchant à limiter l’impact environnemental. Ils peuvent également apporter conseil aux collectivités pour les projets d’aménagement et sont de véritables laboratoires à ciel ouvert pour expérimenter de nouvelles voies d’aménagement et de développement (lutte contre l’artificialisation des sols et maîtrise de l’urbanisation, transitions écologiques et alimentaires, adaptation au changement climatique, à la submersion marine…) profitables à tous.

Pour en savoir plus sur les Parcs naturels régionaux de Bretagne et leurs missions, découvrez la publication Les Parcs naturels régionaux de Bretagne

En images

Bientôt un nouveau Parc naturel régional

La Région accompagne aujourd’hui le projet de création d’un troisième Parc naturel régional, en vallée de la Rance et sur la côte d’Émeraude et concernant 74 communes. Exceptionnelle à bien des égards, la vallée de la Rance – Côte d’Émeraude fait donc partie du club très fermé des territoires pouvant prétendre à ce label. Une nouvelle étape sera franchie fin 2020 : une consultation est en cours localement afin de créer le futur syndicat mixte chargé de finaliser le projet de territoire sous la forme d’une « Charte ». Celle-ci sera ensuite soumise à l’ensemble des collectivités du périmètre d’étude pour adoption. Grâce à l’implication déjà très active des habitant.e.s, des associations, des acteurs économiques et des collectivités, la création officielle du Parc pourrait être effective fin 2022.

En pratique