Les jeunes imaginent le musée du futur !

Hors du cadre scolaire, les jeunes font encore partie des publics difficiles à capter, à séduire, et avouent aller rarement au musée. C’est ce sur quoi les jeunes du CRJ ont travaillé dans le cadre du projet « Imaginons ensemble le musée de demain », lancé par le ministère de la culture en 2016. L’objectif : Attirer les 15-25 ans dans nos musées.

Depuis 2017, la Région s’est rapprochée de deux partenaires, la Direction régionale des Affaires culturelles de Bretagne (DRAC) et l’Association Bretagne Musées, pour réfléchir aux évolutions des musées du 21ème siècle, sous l’impulsion de la consultation citoyenne baptisée « Imaginons ensemble le musée de demain », lancée en 2016 par le Ministère de la Culture.

Celle-ci a révélé et ouvert la voie à trois ambitions majeures : ouvrir les musées aux jeunes générations, s’adresser à tous les publics, penser le musée sur un mode plus collaboratif. En Bretagne, la Région a associé le Conseil régional des jeunes afin de mieux cerner leur vision des choses et de la partager avec les professionnels et acteurs du territoire.

Découvrir le projet

Après deux temps préalables de découverte et d’échanges avec les professionnels du musée des Beaux-arts de Quimper et du musée d’Art et d’Histoire de Saint-Brieuc, les membres de la commission Patrimoine du CRJ ont proposé leur vision du “musée idéal”. Le dénominateur commun à ces trois propositions ? Devenir acteur de sa découverte :

  • le musée immersif : dans un monde de plus en plus connecté, pourquoi ne pas ajouter cette dimension lors d’une visite au musée ?
  • l’escape-musée : un mode de visite plus rythmé pour découvrir le musée de manière plus ludique et sociale.
  • le musée en apesanteur : une proposition légère et ludique pour éveiller la curiosité et envisager le musée autrement

Le mercredi 10 juin dernier, pendant l’AG de l’ANACEJ (Asso Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes), le projet a reçu le 1e prix ANACEJ des jeunes citoyens 2020 dans la catégorie « Conseils régionaux ».

Le musée idéal du XXIème siècle