Aller au contenu

Un Plan vélo pour tous les territoires de Bretagne : à Saint-Brieuc, la Région ouvre des travaux devant aboutir en 2024

Crises sanitaire et énergétique, innovations technologiques, prise de conscience de l’urgence climatique… : les mentalités ont évolué et les mobilités aussi, bousculant les codes et habitudes au profit de nouveaux usages. La pratique du vélo se développe à la ville comme à la campagne, pour aller travailler, étudier, se promener, mais, au final, les bicyclettes en tous genres ne représentent que 4% des mobilités en France. Consciente des atouts de la Bretagne en la matière, la Région a réuni à Saint-Brieuc plus de 150 partenaires institutionnels, associatifs et économiques pour échanger sur les objectifs à atteindre dans le cadre d’un futur plan régional vélo. La volonté est d’accélérer les transitions en faisant du vélo un mode de transport à part entière, seul ou combiné à d’autres.

Ouvert par le Président de Région, Loïg Chesnais-Girard, ce rendez-vous, inédit en Bretagne, a permis de partager les enjeux du développement du vélo en Bretagne, de recueillir des idées nouvelles et, surtout, de donner le coup d’envoi de l’élaboration du plan régional dédié au vélo, piloté par la collectivité, ébauché à la session de décembre 2022 et finalisé en 2024.

Crédit photo : Région Bretagne – Arrivée en vélo à la Conférence bretonne du vélo (de g. à d.) Hervé Guihard, Maire de Saint-Brieuc, le Président Chesnais-Girard, Schirel Lemonne, Conseillère départementale d’Ille-et-Vilaine déléguée au plan vélo et aux liaisons vertes, et Benjamin Flohic, Conseiller régional délégué au plan vélo

Multiplier par trois la part modale du vélo d’ici 2030

La Région inscrit son action dans le cadre de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) dont l’une des ambitions est de faire passer la part du transport à vélo de 4 à 12 % d’ici 2030 en France. Visant à tripler l’usage actuel de la bicyclette, ce défi nécessite d’en accroître sensiblement la pratique dans tous les territoires : urbains, périurbains et ruraux.

C’est pourquoi la Région a décidé de construire un plan d’actions efficaces en faveur de cette solution de mobilité décarbonée, sur ses compétences propres et en soutien aux partenaires.

Le recours au vélo, et plus largement aux mobilités dites « actives », constitue une solution dans la réduction des émissions de GES liées aux mobilités de courte distance, mais aussi pour la longue distance en combinant le vélo aux modes partagés (transports en commun et covoiturage).

En Bretagne, pour mémoire, le secteur du transport est à l’origine de 32 % des émissions de gaz à effet de serre (GES).

L’usage de la voiture individuelle génère à lui seul la moitié de ces GES et représente 94% des émissions de gaz à effet de serre de la mobilité quotidienne.

La Région Bretagne peut, au travers de ses compétences (intermodalité, lycées, tourisme, aménagement, coordination… ), apporter sa contribution au développement du vélo, partout sur le territoire, pour toutes les Bretonnes et les Bretons.

Le développement de ce mode de transport passe par le développement massif d’itinéraires cyclables sécurisés sur tout le territoire mais aussi par la mise en place d’un véritable écosystème en faveur du vélo.

Il faut pouvoir apprendre à faire du vélo, acheter, entretenir ou louer son deux-roues (et ses équipements) pour un usage du quotidien ou pour le loisir, disposer de stationnements adaptés, d’itinéraires cyclables sécurisés, de solutions intermodales et pouvoir les identifier.

« La Bretagne aime le vélo. Il peut être un recours de premier plan pour les Bretonnes et les Bretons. Aussi, nous devons aboutir à un véritable “système vélo breton”. Il s’agit d’un enjeu de décarbonation et d’équité territoriale. »
Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne

Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse complet.

En pratique

Partager :

Toutes nos actualités

Recevez nos alertes Presse