Aller au contenu

La Région Bretagne prête à s’engager dans l’éolien flottant

L’accueil de FOWT, cette année à Saint-Malo, représente une opportunité majeure pour la Région alors que l’État vient de lancer l’appel d’offres AO5 portant sur la création, en Bretagne Sud, du premier parc éolien flottant en mer. Un projet unique en Europe (250 MW à horizon 2029) pour lequel dix candidats ont été pré-qualifiés pour un dialogue concurrentiel qui s’est ouvert en 2021. « Tous sont présents à Saint-Malo, se réjouit le Président Chesnais-Girard, ce qui va permettre aux acteurs bretons concernés d’échanger avec eux et de faire valoir leurs atouts ».

Car le porteur de projet retenu aura besoin de prendre appui sur les compétences du territoire dans les différentes phases de son installation. Dans ce contexte favorable, la Région Bretagne peut compter sur la structure d’accompagnement de la filière industrielle qu’elle a mise en place, Bretagne Ocean Power. « FOWT est l’occasion de réaffirmer nos ambitions, nos investissements mais aussi le soutien apporté aux entreprises bretonnes, précise Daniel Cueff, Vice-président à la mer. En tant que Région-hôte, nous avons à cœur de montrer la richesse de notre tissu économique, de nos infrastructures, ainsi que l’esprit de coopération, essentiel, qui prévaut entre acteurs de la filière ». Fort de plus de 150 entreprises, l’écosystème breton s’est fédéré depuis 2018 au sein de Bretagne Ocean Power. Le collectif accompagne les entreprises afin que leur offre corresponde aux besoins des donneurs d’ordre. Pour les développeurs, énergéticiens ou industriels de premier rang, c’est une porte d’entrée et un premier point de contact, en mesure de fournir des réponses à tous, quel que soit le stade d’avancement de leurs projets (fabrication, études et mesures, R&D technologique, construction, opérations en mer…) et les technologies utilisées.

Ports de Brest et Lorient : un terminal industriel et une plate-forme de services

Côté infrastructures, la Région a largement investi dans l’aménagement du port de Brest afin d’y accueillir des activités liées aux énergies marines. Maître d’ouvrage et principal financeur du projet (220 M€), l’autorité portuaire dispose désormais d’un terminal industriel de 50 ha. Un polder consolidé et viabilisé sur lequel s’est installé Navantia-Windar. Le groupement espagnol y fabrique une partie des fondations des 62 éoliennes du parc offshore posé d’Ailes Marines. Ce chantier de construction métallique, qui mobilise depuis un an quelque 250 personnes, a ouvert la voie nécessaire à l’accueil de la filière de l’éolien offshore flottant, à Brest, mais aussi à Lorient, base portuaire la plus proche de la future ferme commerciale de Bretagne-sud.

Après le débat public, la concertation se poursuit en Bretagne Sud

En Bretagne, la concertation a toujours été de mise. Elle se fait en lien étroit avec les membres de la Conférence régionale mer et littoral (CRML) qui réunit en Bretagne tous les acteurs maritimes : pêcheurs, associations, élus… Dès 2018, cette instance de consultation et d’échanges a permis de déterminer les zones propices au sud de Lorient, susceptibles d’accueillir, dans un premier temps, un site pilote. L’Etat a par la suite décidé d’un appel d’offres dans ce périmètre, qui a fait l’objet d’un débat public, du 20 juillet au 30 novembre 2020.

Parallèlement, la Bretagne œuvrait, aux côtés des autres régions maritimes françaises, pour accélérer la dynamique énergétique et industrielle, au niveau national. Pour la Région, l’enjeu, double, est de taille, en raison de la faible autonomie de la Bretagne qui ne produit que 20 % de l’électricité qu’elle consomme.

Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne, en est convaincu : « Notre territoire multiplie les atouts pour une filière solide et durable. Notre volonté politique est forte, nous devons nécessairement gagner en indépendance énergétique. L’éolien flottant permet cela, tout en répondant aux enjeux climatiques et en créant des emplois. »

L’écosystème des énergies marines en Bretagne

  • 150 entreprises, PME et TPE (construction métallique et navale, opérations maritimes, bureaux d’études…),
  • 19 établissements de formation et 5 grandes écoles (ENSTA Bretagne, Ecole navale, ISEN, Campus mondial de la mer, Telecom Bretagne) avec des formations spécifiques orientées vers les EMR,
  • 2 900 chercheurs en sciences et technologies de la mer,
  • le siège de France Energies Marines, Institut de transition énergétique, à Brest,
  • le Pôle de compétitivité Mer Bretagne Atlantique, à Brest,
  • le siège et le principal centre d’IFREMER à Brest.

Partager :

Toutes nos actualités

Recevez nos alertes Presse