Entre traditions et modernité

Crédit : Adobe Stock

Entre ses deux langues régionales (breton et gallo) et la multitude de signes identitaires forts qui la caractérisent, la Bretagne est sans doute l’une des régions françaises à l’identité la plus forte.

Les langues régionales, patrimoine de la Bretagne

Le breton est une langue celtique du groupe brittonique, arrivée en Bretagne avec les migrations des Breton·ne·s en provenance de l’actuelle Grande-Bretagne, entre le Ve et le VIIe siècle. Il y a cent ans, plus d’un million de personnes parlaient breton, elles sont cinq fois moins nombreuses aujourd’hui : 207 000 locuteurs actifs dans les cinq départements de la Bretagne historique (sondage TMO 2018), ce qui représente 5,5 % de la population bretonne. Le gallo compte quant à lui 191 000 locuteurs en Bretagne. Sa sauvegarde et sa transmission constituent, tout comme pour le breton, une priorité dans notre action.

Des traditions perpétuées

Costumes bretons, coiffes bigoudènes et de Fouesnant, pardons religieux, Tro Breizh, Grande Troménie de Locronan, fest-noz, bagads, symboles celtiques (triskell, hermine, drapeau breton Gwenn ha Du)… Tous ces signes symbolisent avec force les traditions bretonnes ancrées dans le territoire depuis des siècles et font de la Bretagne une région unique.

Transmis de générations en générations, les costumes servaient autrefois de signes de reconnaissance entre paroisses et pays traditionnels. Portées principalement dans le Finistère et le Morbihan, les coiffes bretonnes sont quant à elles l’un des emblèmes régionaux les plus connus (la coiffe bigoudène et celle de Fouesnant étant les plus connues).

Les pardons, ces rendez-vous religieux dédiés à la Vierge, sont encore très nombreux aujourd’hui. Le plus célèbre est celui de la Saint-Yves (ou Pardon des avocats) à Tréguier. Il est, chaque année, le lieu de pèlerinage des hommes de loi venus du monde entier. Un autre pèlerinage très connu, datant du 12e siècle, est le Tro Breizh ou « Tour de Bretagne », qui honore les sept saints fondateurs du christianisme en Bretagne.

Créé en 1925 sur le modèle du drapeau américain, le Gwenn ha Du est orné de neuf bandes noires et blanches et d’un semis d’hermines. Les bandes noires représentent les cinq anciens évêchés de Haute-Bretagne et les blanches ceux de Basse-Bretagne. Symbole de la Bretagne, l’hermine a été adoptée par la famille ducale des Montfort et figure encore aujourd’hui dans les armoiries de nombreuses villes bretonnes.

Le triskell enfin, est l’un des plus anciens symboles celtes. Apparu en Bretagne dans les années 20 seulement, il représente les trois forces de la nature : la terre, l’air et l’eau. Très répandu dans les six pays celtiques, ce motif décoratif sert d’emblème de « certitude ».

Toutes nos banies

Arout'ous a notr lettr de ghiments