Aller au contenu

Port de construction et de réparation navales de Concarneau : la Région confie la gestion à CARENCO pour 15 ans

Propriétaire du port de réparation et construction navales de Concarneau, la Région a engagé, fin 2018, une consultation en vue de renouveler le contrat de concession actuel qui arrive à son terme le 31 décembre prochain. À l’issue de la procédure légale qui a donné lieu à plusieurs mois de travail et négociation, l’offre de CARENCO -qui associe la filiale de CCIMBO (INSFO) et SEMCAR– a été acceptée par la Commission permanente de la Région réunie, ce jour, à Rennes. Une offre qui répond aux ambitions portées par la Région, en particulier sur les volets économiques et environnementaux.

La Région est devenue propriétaire du port de construction et de réparation navales de Concarneau en janvier 2017, en pleine période de travaux de modernisation de l’aire de carénage (à laquelle elle a d’ailleurs participé financièrement à hauteur de 30%). Dans ce contexte, elle a souhaité confirmé la CCI dans sa mission d’exploitation du port en prolongeant le contrat de concession de 3 ans, le temps de mener à bien la procédure légale de renouvellement.

La société CARENCO vient d’être désignée nouveau concessionnaire du port, pendant 15 ans, à compter du 1er janvier 2021. Retour sur la procédure et les points forts de sa candidature.

Des critères de sélection exigeants

Au vu des caractéristiques du port et des ambitions qu’elle lui porte, la Région avait bâti un cahier des charges exigeant autour de 5 critères sur lesquels elle s’est appuyée pour analyser les offres :
> Performance économique : stratégie de développement des trafics et de la qualité des services rendus aux usagers (politique commerciale, investissements proposés, politique tarifaire, nombre d’emplois créés / maintenus) ;
> Performance financière de la concession : robustesse du modèle économique, participation du concédant sollicitée, retours financiers au concédant, diversification des recettes… ;
> Performance environnementale appréciée au regard de la pertinence des investissements et certifications proposés, de leurs délais de mise en œuvre, du respect et de l’appropriation des objectifs environnementaux fixés par la Région ;
> Performance sociale : performance de la politique sociale et de gestion des ressources humaines (respect des principes de la Charte bretonne de partenariat pour la qualité de l’emploi) ;
> Niveau des garanties proposées quant aux capacités juridiques et financières à exécuter le Contrat à ses risques et périls.

Le choix de INSFO-SEMCAR

La Région a reçu une candidature : celle du Groupement Chambre de commerce et d’industrie Métropolitaine Bretagne Ouest (CCIMBO) et SEMCAR.

Après plusieurs mois d’échanges et de négociations (cf. « rappel de la procédure », page 3 du Communiqué en pj), la Région a retenu cette offre qui répond à ses ambitions et aux critères préalablement définis :
> Conscient que ce port constitue un outil industriel intégré dans la ville, le concessionnaire porte l’ambition d’une gestion raisonnée. Son offre est ainsi basée sur l’optimisation des outillages existants et repose sur un programme d’investissements cohérent avec cette stratégie.
> Il propose un niveau d’activité prudent, qui tient compte à la fois des capacités des outillages et de l’évolution récente de leurs taux d’utilisation.
> Son offre permet de restructurer deux des trois outillages majeurs, la cale sèche et l’ascenseur, qui sont plébiscités par les usagers. Le troisième outillage, l’aire de rénovation et l’élévateur de 400 tonnes, livrés fin 2017, ne nécessitent pas d’investissement. Le concessionnaire prévoit ainsi de réaliser 25,5 M€ d’investissements sur 15 ans, dont 10 M€ pour la couverture de la cale sèche et 9,6 M€ pour la rénovation de l’ascenseur à bateaux.
> Des investissements conséquents sont prévus pour la voirie et la sécurité des personnes (1,8 M€ sur la durée du contrat) avec notamment 1,4 M€ dédiés à sécurisation de la voirie qui inclut les modes de déplacements doux, 230 000 € pour le barriérage de la cale, 75 000 € pour l’éclairage public ou encore 140 000 € pour la vidéosurveillance de la cale 140 K€.
> Le remorquage sera subdélégué à une société fiable et  solide, les Lamaneurs de Brest, qui a affrété un remorqueur à la mission concarnoise et intervient dans des délais amenés à se réduire encore sur la durée du contrat.
> Le modèle financier prévoit un taux d’intervention de la Région plafonné à 80% les investissements, sur la durée du contrat (soit une subvention maximale de 20 M€ pour le programme d’investissements prévus).
> Le soumissionnaire intègre et s’approprie les objectifs de la Région en matière environnementale. La certification demandée sur l’ISO 14001 sera mise en œuvre dans les 5 premières années du contrat. Les dépenses et investissements environnementaux reposent essentiellement sur la pose de compteurs électriques intelligents, pour 330 000 €, et sur la couverture de la cale sèche, pour 10 M€, qui doit permettre de réduire les projections issues des opérations de peinture, sablage ou hydroblasting ainsi que les émissions sonores.

Qui est CARENCO ?

Pour exécuter ce contrat, le groupement candidat crée la SAS CARENCO, au capital de 500 000 €, et composée de :
– la SARL SEMCAR (actuel subdélégataire de la concession) à hauteur de 51% du capital social ;
– la SAS INSFO (filiale de la CCIMBO), à hauteur de 49% du capital social.

En pratique

Partager :

Toutes nos actualités

Recevez nos alertes Presse