Aéroport de Rennes-Bretagne
L’amélioration des conditions d’accueil est engagée

Quelques mois après la signature du Pacte d’accessibilité et de mobilité pour la Bretagne, les premiers aménagements visant à améliorer les capacités d’accueil de l’aéroport de Rennes-Bretagne vont être opérationnels avant la fin juillet. Le 21 juin, Michèle Kirry, Préfète de la Région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne et Emmanuel Couet, Maire de Saint-Jacques-de-la-Lande et Président de Rennes Métropole, ont visité le chantier.

Anticiper les fortes hausses de fréquentation 

Avec une croissance annuelle supérieure à 15 % depuis 2015, l’aéroport de Rennes a passé le cap des 850 000 passagers commerciaux en 2018. Initialement dimensionnée pour accueillir 700 000 passagers, la plateforme atteint ses capacités maximales.

La Région Bretagne -propriétaire de l’aéroport-, l’État et Rennes Métropole sont attachés au développement de l'aéroport de Rennes, outil indispensable au développement économique et touristique de la métropole et de la région Bretagne.

L’enjeu est ici de garantir la capacité d'accueil et d’adaptation de l’aéroport à long terme, alors même que les prévisions de fréquentation atteignent les 2 millions de passagers annuels, à l’horizon 2035.

Les études en cours, menées par la Région dans le cadre de l’actualisation du Plan de composition générale, en concertation avec ses partenaires, permettront, d’une part, de définir les investissements nécessaires pour améliorer les conditions d’accueil et, d’autre part, de préserver des espaces afin de n’exclure aucune des perspectives d’évolution sur le long terme.

En lien avec l'exploitant actuel de l'aéroport, l’étude de l’agrandissement de l'aérogare est d’ores et déjà à l’étude et se poursuivra dans le cadre du prochain contrat de concession (renouvelé au plus tard en 2024). Une meilleure insertion de l’aéroport sera également recherchée par l'amélioration de l'actuel accès, dans un premier temps, et un traitement urbain de ses limites avec la Ville.

650 Stationnements supplémentaires et des transports en commun renforcés

Sans attendre le transfert en pleine propriété des 10 ha prévu dans le cadre du Pacte d’accessibilité, l’État a transféré à la Région Bretagne, dès le 21 mars dernier, une première parcelle de 1,2 ha. Celle-ci permet à la SEARD (Société d’exploitation des aéroports de Rennes et Dinard), concessionnaire de l’aéroport, d’aménager 650 places de stationnement supplémentaires, soit 70% de plus que les 925 places existantes (soit près de 1 600 places au total) : 200 places seront livrées avant la fin juillet et 450 emplacements supplémentaires seront mis en service avant la fin de l’année 2019.

Ces aménagements ont nécessité, au préalable, de détruire et désamianter d’anciens hangars présents sur le site. Au total, l’opération a coûté 2,1 M€, pris en charge par l’aéroport.

Parallèlement, l'offre de transports en commun, depuis et vers le centre-ville de Rennes, a été développée par Rennes Métropole, à partir d’avril dernier. La ligne C6 du réseau STAR a été prolongée jusqu’à l’aérogare avec une amplitude et une fréquence renforcées. Ainsi, les jours de semaine, un bus dessert l’aéroport toutes les 10 à 12 minutes entre 7h et 19h et les plages de dessertes s’étendent désormais de 5h17 (du lundi au vendredi) à 1h35 (du jeudi au samedi).

Accueillir des avions de plus grande capacité

Enfin, avec cette même volonté d’augmenter les capacités d’accueil de l’aéroport, des travaux de réfection et de mise aux normes de la piste vont être engagés, à partir de mars 2020 par la SEARD. Sa longueur est suffisante pour garantir un trafic à 2 millions de passagers à horizon 2035.

Sans augmenter le nombre d’avions accueillis, l’objectif est ici d’être en capacité de voir atterrir à Rennes-Saint-Jacques des avions de plus grande capacité. Après les travaux de re-surfaçage de la piste et la reconfiguration des raquettes de retournement, l’aéroport pourrait accueillir des avions de type A350-1000 ou B777X de 350 sièges(1). Financés dans le cadre du contrat de concession conclu (jusqu’en 2024) entre la Région Bretagne et la SEARD, ces travaux s’élèvent à 9,6 M€.

(1) Les avions accueillis aujourd'hui comptent moins de 200 places.

Des engagements inscrits dans le Pacte d’accessibilité et de mobilité pour la Bretagne

Le 8 février dernier, en présence du Premier ministre Édouard Philippe, la Préfète de la région Bretagne, Michèle Kirry, et le Président de la Région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, signaient le Pacte qui formalise l’ambition partagée avec les collectivités bretonnes pour le développement de l’accessibilité et l’amélioration des mobilités quotidiennes en Bretagne.

Parmi 18 engagements, l’Etat confirmait la mise en œuvre de tous les moyens permettant d’aboutir au transfert en pleine propriété du foncier disponible autour de l’aéroport à la Région pour permettre le développement des activités aéroportuaires civiles. Près de 10 hectares permettront à la Région, en lien étroit avec Rennes Métropole, d’anticiper et de maîtriser le développement de l’aéroport à l’horizon 2035, dans une logique de complémentarité avec les autres moyens de transports, pour une desserte efficace de l’est de la Bretagne.

Ce transfert de propriété devrait être effectif début 2021. 

Tags : Aéroports

Modifié le


Partagez ce contenu