Economie
Ex site de GAD : où en est la déconstruction ?

Ce jeudi, Loïg Chesnais-Girard s'est rendu à Lampaul-Guimiliau sur le site de GAD aux côtés du Préfet, du Maire et des élus locaux. L'occasion de réaffirmer sa conviction selon laquelle il existe un avenir économique sur ce site dont la déconstruction est entamée.


Région Bretagne

Six ans après le redressement judiciaire et la fermeture de l’abattoir GAD, ce point d’étape sur la déconstruction de l’abattoir a été l'occasion pour le président de la Région Bretagne de rappeler que l'on n'oublie jamais une telle histoire, mais qu’une page se tourne et qu’un autre futur économique pourra maintenant se dessiner. Car depuis la fermeture du site, l’État et les collectivités ont mis en place une stratégie visant à éviter sa transformation en friche gigantesque. Devant ce risque, les acteurs publics ont décidé de mobiliser l'EPF pour acquérir, porter et gérer le bien pour le compte de la commune. Un accord-cadre a notamment été signé en mai 2017, visant à permettre la réindustrialisation du site composé de trois bâtiments (le haut, le bas et l'Unité salé fumé). 

La déconstruction de l’abattoir n’est pas l’oubli de l’histoire mais une nouvelle étape pour l’avenir.

Le plan d’actions retenu et mis en œuvre depuis plusieurs mois vise à réaliser la déconstruction du bâtiment principal Haut, considéré comme obsolète par rapport aux standards du métier, afin de permettre la mise sur le marché du bâtiment principal Bas, plus récent. Rapidement la décision a alors été prise de désamianter et démolir le bâtiment principal, situé en continuité urbaine. Cette opération d'un coût de 835k€ est financée par l'Etat via le FNADT à hauteur de 500K€ et par la Région à hauteur de 335k€.