Les décisions de la session budgétaire de février 2019

L'essentiel des décisions de la session budgétaire de février 2019 : les actions prévues au budget mission par mission.

Pour un aménagement équilibré, garant de la cohésion, de la performance et de la solidarité territoriale

Redonner de l’attractivité aux centres

Confrontés aujourd’hui à des défis en termes d’habitat, de commerces, de transports et d’aménagement urbain, les communes doivent s’adapter aux nouveaux modes de vie de leurs habitant·e·s. La démarche novatrice engagée par la Bretagne (avec l’État, la Caisse des Dépôts et l’Établissement public foncier de Bretagne) entend les aider à retrouver une dynamique. Après un premier appel à candidatures lancé en 2017 pour redonner de l’attractivité aux centres des bourgs et villes de Bretagne (60 projets d’aménagement accompagnés pour un budget de 28 M€), le deuxième lancé en fin 2018 permettra  d’accompagner de nouveaux projets dans les communes bretonnes cette année, qui devront mieux prendre en compte les enjeux d’économie de foncier et des enjeux de transition écologique.

Nouvelle étape pour le très haut débit partout en Bretagne

La Bretagne a fait du très haut débit pour tou·te·s une priorité et s'appuie sur une mutualisation des moyens de tous les acteurs publics bretons et un suivi des opérateurs privés pour construire un réseau régional désservant tout le territoire. A l’origine du déploiement de ce réseau – par le syndicat mixte Mégalis –, elle sera attentive cette année à l’accélération de ce projet : un facteur limitant de la fracture numérique entre les territoires et les citoyen·ne·s. Objectif : bâtir un résau en fibre optique (technologie la plus pérenne et évolutive, même si des solutions d’attente assurent aussi des montées en débit dans certaines zones). A l'issue de la première phase de création de ce nouveau réseau public en fibre sur 2015-2018, qui a porté notamment sur 9 villes moyennes (Châteaulin, Dinan, Dinard, Landerneau, Loudéac, Paimpol, Ploërmel, Pontivy et Quimperlé) et 90 zones rurales : près de 240 000 foyers, entreprises et sites  publics peuvent se raccorder au nouveau réseau très haut débit (qui compte déjà 30 000 abonné.e.s). La deuxième phase du projet s’est engagée début 2019 : elle prévoit le déploiement de 400 000 prises supplémentaire entre 2019 et 2023. La Région investit également, toujours dans un déploiement opéré par Mégalis, dans une dorsale ultra haut débit permettant la connexion des établissements de formation et de recherche et d’autres communautés, et visant une convergence optimale avec Bretagne Très Haut Débit.

Un égal accès aux soin

En 2019, La Région poursuivra la mise en œuvre des orientations de la politique de santé adoptées en décembre 2017, en étroite collaboration avec ses partenaires. L’enjeu :  permettre à l’ensemble de la population bretonne de bénéficier d’un égal accès aux soins et à la prévention. Face aux réelles inégalités territoriales en la matière, la Région va renforcer son partenariat avec les territoires les plus en difficulté pour apporter des réponses adaptées aux contextes locaux : centres de santé, expérimentation de nouvelles solutions techniques, aide en ingénierie adaptée aux besoins. Plus largement, la Région accompagnera les territoires dans la définition de stratégies locales de santé répondant aux problématiques de leur population (au travers de son soutien à l’Observatoire régional de santé et à l’élaboration de diagnostics locaux

Un plan pour la jeunesse 

Nouveau chef de file des politiques en faveur de la jeunesse portées par les collectivités, la Région s'impliquera dans la construction d'un plan de mobilisation pour les jeunes breton·ne·s, dans le cadre d'un « dialogue structuré régional » (institué par la loi égalité et citoyenneté de 2017, copiloté avec l’Etat.). Pour promouvoir l’engagement des jeunes en faveur de la santé de leurs pairs, la Région concrétisera la création en Bretagne d'un réseau de jeunes « capitaines santé » concernant lycéen·ne·s, jeunes en insertion...

Une meilleure qualité de vie au cœur des quartiers

Le programme national de renouvellement urbain a retenu en Bretagne 12 quartiers prioritaires de 6 intercommunalités (Rennes métropole, Brest métropole, Lorient Agglomération, Quimper Bretagne occidentale, Saint-Brieuc Armor Agglomération, Saint-Malo Agglomération) Signataire des contrats de ville pour la période 2014-2020, la Région  apportera des moyens pour des projets de renouvellement urbain dans ces quartier : 14 M€, repartis entre les territoires concernés avec des critères de fragilités. Plusieurs conventions seront signées en 2019 qui verra la concrétisation de plusieurs conventions de renouvellement urbain, permettant entre autres des aménagements d’espace public, des réhabilitations thermiques, la construction de logements sociaux ou d’équipements publics comme des pôles associatifs.

Lire le rapport

Pour une économie dynamique au service de filières fortes et créatrices d’un emploi durable

Encourager l'innovation

La Région accompagne les entreprises tout au long de leur cycle de vie, en contact avec les nombreux partenaires du territoire, publics et privés. En 2019, elle continuera de soutenir l’innovation des filières bretonnes grâce à sa gamme de dispositifs « Inno ». Parmi eux, le fond BreizhUp dont la dotation en capital augmentera au printemps pour renforcer le financement et l’accompagnement des entreprises innovantes.

Un accompagnement individuel renforcé pour les entrepreneurs

Collectivité pilote du développement économique, la Région continuera d'accompagner les projets des entreprises à travers un palette d’aides répondant à leurs besoins. Le Pass Création lancé en 2018 pour apporter un accompagnement individuel sur-mesure aux porteurs d’un projet de création ou de reprise d'entreprises sera renforcé en 2019.

La Bretagne, région leader du « bien manger »

En 2019, la Région  continuera  à accompagner la nécessaire transition de ses exploitations agricoles afin que la Bretagne soit reconnue comme une région agricole leader européen du « bien manger » (près de 1000 exploitations agricoles aidées à la conversion à l’agriculture biologique sur 2015-2018). Elle poursuivra aussi son soutien aux projets d’investissements des entreprises agroalimentaires pour gagner en compétitivité et préserver ou générer des emplois. Une charte qualité-restauration sera aussi mise en place pour que, dès 2019, les établissements veillent à introduire plus de produits de saison, achetés en circuits courts, labellisés ou bio et luttent contre le gaspillage alimentaire.

Une alimentation durable et locale dans les lycées

La démarche pour une commande publique ouverte Breizh Alim’ en faveur d’une alimentation durable et locale sera poursuivie sur le territoire breton. Le principe  : rapprocher producteurs, transformateurs, distributeurs, cuisiniers et consommateurs. Breizh Alim’, qui expérimente quatre filières  en capacité de fournir les cantines scolaires  (porc,  lait,  produits de la mer et œufs) développera l'animation d’autres filières (volaille, viande bovine, fruits & légumes) à partir de 2019. Une démarche de sensibilisation sera aussi engagée dans les lycées à la rentrée scolaire 2019.

Une réponse à l’installation des jeunes agriculteurs

L'accessibilité du foncier reste un facteur important pour sécuriser les projets d’installation en Bretagne. Cette année, le Crédit Mutuel de Bretagne et la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) créent, avec le soutien financier de la Région, une offre de portage foncier pour favoriser le renouvellement générationnel agricole breton en optimisant l’accès au foncier et son acquisition (sous la forme d'un prêt de 3 M€ pour un portage foncier de 10 ans maximum).

Une nouvelle feuille de route pour les associations

Facteurs d’innovation économique et sociale, les associations sont un élément essentiel du développement de la Bretagne et un facteur de cohésion. Avec un·e habitant·e sur 4 engagé·e dans l’une des 70 000 associations bretonnes, la Bretagne est une terre associative. La Région co-construira cette année avec le Mouvement Associatif de Bretagne une nouvelle feuille de route pour aider cette filière à relever les défis : numérique,  structuration , formation...

Lire le rapport

Pour une formation permettant à chacun de construire son propre parcours vers la compétence et l’emploi

La Région continuera en 2019 ses actions pour développer la formation tout au long de la vie en s’appuyant sur son rôle pivot. Elle fera aussi de sa compétence  en matière  d’information sur les métiers et les formations ainsi que de l'égalité professionnelle  femmes-hommes un enjeu majeur de son action.

Un plan internat  pour le confort des lycéens

Pour offrir à tous les élèves internes un cadre de vie et d’études favorisant leur réussite scolaire, la Région a lancé en 2018 un « plan internats » pour 22 établissements. En 2019, de nouveaux internats seront concernés : après la cité Kérichen à Brest ou l'internat des sportifs au lycée Sévigné à Cesson-Sévigné en 2018, une nouvelle phase de travaux s'engage dans les lycées Dupuy-de-Lôme à Brest, Emile-James à Etel et Jean-Guéhenno à Vannes

Une offre de formation continue centrée sur l’individu

La Région a rénové en 2018 ses dispositifs pour accompagner la formation des adultes, en particulier celle des jeunes et des demandeurs d'emploi. En 2019, deux gammes de formation répondent de façon mieux ciblée aux besoins des usager·ère·s et des territoires : la gamme Prépa (en amont de la qualification pour des publics ayant besoin d’une préparation avant d’accéder à une formation qualifiante ou à l’emploi)  et la gamme Qualif (qui forme les demandeurs d’emploi à un emploi qualifié grâce à plus de 10 000 parcours de formation dans près de 15 secteurs d’activités). Nouveauté : une aide financière désormais attribuée sous certaines conditions notamment de ressources (35 M€ d'aides financières /an).

Une action structurée pour les langues de Bretagne

2019 marque une nouvelle étape de l'action régionale pour l'usage du breton et du gallo, visant à répondre aux attentes fortes que les Bretonnes et les Bretons ont exprimées dans l'enquête sociolinguistique menée en 2018. La Région va poursuivre et amplifier son action actuelle pour soutenir la transmission de la langue bretonne et sa présence dans la vie sociale, culturelle et publique. Pour le gallo, l’enjeu sera d’accroître le nombre de locuteur·trice·s pour leur offrir les moyens de se doter d’une langue de qualité et de renforcer son utilisation dans les sphères publique et privée.  

Filière sanitaire et sociale : mieux connaître les besoins des territoires

La déclinaison du schéma des formations sanitaires et sociale sera poursuivie, toujours avec l'objectif d'apporter des réponses concrètes à des territoires souffrant d’une fort déficit de professsionnel·le·s et de faire face aux besoins de la population bretonne en matière de soins et services aux personnes. La carte des formations paramédicales a été remodelée pour cinq ans en 2018, la carte des formations sociales sera arrêtée en 2019 sur la base d’un diagnostic emploi-formation fin à l’échelle du territoire. Parmi les axes de travail : l’attractivité des métiers d’aide-soignant·e, l’aide à domicile, l’alternance et l’accompagnement des étudiant·e·s handicapé·e·s...

Objectif emploi avec le PRIC

Le Pacte régional d’investissement dans les compétences (doté par l’Etat de 216,61 M€) fixe le cap de 2019 à 2022 pour faire évoluer l’offre régionale de formation professionnelle et l’accompagnement au service des personnes en recherche d’emploi les moins qualifiées. Il apportera des réponses adaptées aux besoin de compétences et des entreprises, autour de trois leviers : des parcours qualifiants vers l’emploi en phase avec les besoins de l’économie régionale ;  un accès facilité des publics les plus fragiles à la formation ;  la modernisation de leurs contenus et de leur mise en œuvre. 

Lire le rapport

Pour une Bretagne de toutes les mobilités

Garantir l’accès aux transports et à la mobilité

La gestion des déplacements est un des défis de la Bretagne de demain : celui de l’équilibre des territoires entre eux, de l’équité sociale et du dérèglement climatique.
En tant qu’autorité organisatrice des transports, la Région s’efforce de prendre en compte les besoins réels de mobilité des Bretonnes et des Bretons. Elle maintiendra le développement d’offres de transport public tout en réfléchissant à des solutions publiques et privées qui mêlent le transport collectif et l’usage de la voiture. Autre enjeu majeur pour la Bretagne : son accessibilité, auquel la Région répondra entre autre grâce à une stratégie au service de la compétitivité des ports régionaux.    

Le port de Brest s’étend

Le projet de développement du port de Brest engagé par la Région se  poursuivra en 2019, pour accueillir des navires de plus grandes tailles et développer de nouvelles activités industrielles dans le domaine des énergies marines renouvelables et des colis lourds. Grandes étapes en 2019 : des travaux autour du quai EMR et des travaux d’aménagements paysagers avec la construction d’une passerelle et d’un balcon sur l’eau dont l’ouverture au public est prévue en fin d’année.

BreizhGo, des services unifiés en perspective

De grands chantiers s’ouvrent en 2019 pour unifier et développer les services du réseau régional de transport public BreizhGo (150 000 voyageurs quotidiens tous modes de transports confondus sur le réseau BreizhGo): la cohérence des tarifs et des systèmes de vente, le développement de la carte bretonne des déplacements KorriGo, la création de points d'entrée communs pour l'information voyageurs et l’amélioration des outils existants pour une information multimodale en temps réel.   

Rennes et Saint-Brieuc auront bientôt leur PEM

Parallèlement à l’aménagement de la ligne à grande vitesse Le Mans – Rennes, les grandes collectivités de Bretagne modernisent les gares TGV pour en faire onze véritables pôles d’échanges multimodaux (PEM). L’enjeu : diffuser les effets de la grande vitesse à tous les territoires et faciliter la transition d'un flux croissant de voyageurs du train vers d'autres moyens de transports (réseaux de transports collectifs urbains et interurbains, voiture, vélos, piétions) mais aussi mieux intégrer la gare dans son environnement urbain. Après Guingamp, Morlaix, Redon, Lorient, Vitré, ce sont les  PEM de Rennes, porte d’entrée de la Bretagne, et Saint-Brieuc qui seront inaugurés en 2019.

L’accessibilité du Centre-Bretagne en bonne voie

La Région a fait de la mise à 2x2 voies de la RN164 un projet majeur pour le désenclavement du Centre Bretagne et l’accessibilité du Finistère. Cette route express Est-Ouest financée pour moitié par la Région Bretagne dans le cadre du Contrat de Plan État-Région 2015-2020 (236,85 millions d’euros) a deux objectifs : favoriser le développement économique du territoire et améliorer la sécurité et le confort des usager·ère·s. Elle réduira les temps de parcours des habitant·e·s du Centre-Bretagne (vers les lieux d’activité et d’emploi, les services et équipements des agglomérations bretonnes) et facilitera l’accès des entreprises, notamment agroalimentaires, aux autres régions françaises. En 2019, les travaux continuent sur la section Châteauneuf-du-Faou et débuteront pour l’importante section de Rostrenen, en Centre Bretagne.

La sécurité dans les transports scolaires, une priorité

Chaque jour, la Région dessert 25 000 points d’arrêts et permet à 112 000 élèves de rejoindre leurs établissements scolaires. Au cœur de ce service de mobilité majeur, les questions liées à la sécurité mobilisent la collectivité régionale et l’ensemble des opérateurs du réseau BreizhGo. En 2019, les actions seront accentuées :  l’accompagnement fort des collectivités locales pour l’aménagement des points d’arrêts, interventions dans les établissements scolaires, mise à disposition de vêtements retro-réfléchissants pour les familles, campagne de sensibilisation.

Lire le rapport

Pour une région engagée dans la transition écologique

Réussir les transitions

Avec la BreizhCOP, la Région entend donner une dimension transversale aux questions environnementales : en 2019, elle continuera de renforcer  cette dynamique  engagée avec les territoires et les citoyen·ne·s et confortera  son rôle d’animatrice des politiques liées à la transition énergétique, l’eau, la biodiversité ou encore l’usage des ressources. Au-delà, cette démarche pour accélérer les transitions (écologiques, économiques, numériques...) en Bretagne concerne toutes les politiques régionales.
Cette année marquera  la concrétisation des objectifs de la BreizhCOP dans le Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires et leur traduction dans les politiques régionales.

Vers l’installation d’un Parlement régional de l’eau

Chargée de l’animation et de la concertation de la politique de l’eau, la Région pilote, avec l’Etat, la Conférence bretonne de l'eau et des milieux aquatiques. En 2019, la Région propose de faire évoluer cette instance de débat vers un « Parlement régional de l'eau » avec une meilleure représentativité et plus d’associations notamment, une dimension à la fois plus politique et démocratique, une approche transversale avec les opérateurs économiques et les EPCI.

La BreizhCOP au cœur des politiques régionales

Démarche inspirée des principes de la COP 21 des Nations Unie, la BreizhCOP a pour objectif d'imaginer un projet de transition pour la Bretagne répondant à l’obligation législative d’élaborer d’un Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalités des territoires. Les élu·e·s régionaux·ales ont approuvé les 38 engagements de la BreizhCOP déjà partagés par de nombreux élu·e·s, associatifs et citoyens bretons (à l’issue d'une concertation menée sur le territoire breton en 2018). En 2019, ces 38 engagement ont vocation à susciter le débat et servir de socle pour établir des règles générales, des engagements et des évolutions concrètes dans les politiques publiques. L’idée est de s’inscrire dans une forme de « rupture » pour repenser et faire évoluer les dispositifs d’aménagement du territoire, des transports, de l’environnement, sur l’énergie et l’habitat… Pour engager la plus large mobilisation possible, la Région montrera l’exemple en réinterrogeant l’ensemble de ses politiques régionales, dont celles liées à la transition écologique, afin de les rendre plus efficaces au regard des objectifs de la BreizhCOP et plus réactives et à l’écoute des usager·ère·s.

Développer l'économie circulaire : une utilisation responsable des ressources

La gestion optimisée des ressources et des matières premières est un des objectifs de la BreizhCOP. En 2019, la Région se doter d’une feuille de route pour développer l’économie circulaire à l’échelle de la Bretagne. Ainsi elle soutiendra la consolidation et le déploiement de filières bretonnes de valorisation des déchets, encouragera le développement du réemploi, préconisera le déploiement d’outils de valorisation énergétiques des déchets non recyclables en complément ou substitution de ceux existants. Les matériaux écologiques y trouveront une place confortée à la fois pour l’intérêt de leurs filières de production, leur utilisation locale ou encore leur place dans la construction neuve et la rénovation de bâtiments.

La création de l’agence bretonne de la biodiversité

La démarche d’expérimentation d’une Agence bretonne de la biodiversité engagée l’an dernier permet de développer des actions concrètes en faveur des territoires et des acteurs concernés par les enjeux de la biodiversité. Son objectif est de tester et définir une organisation collective au service de la biodiversité terrestre, aquatique et marine. Cette dynamique se poursuit en 2019 avec en ligne de mire la création d'une agence bretonne de la biodiversité.
Les deux projets pilotes amorcés en 2018 (accompagnement collectif des projets de territoires et développement des aires marines éducatives) pour tester des modalités  d’accompagnement des acteurs de la biodiversité et expérimenter les services et la plus-value d’une future Agence bretonne de la biodiversité seront aussi poursuivis.

Le réseau des Réserves naturelles régionales s’élargit 

La Bretagne possède un réseau d'espaces préservés particulièrement dense, dont font partie les neuf réserves naturelles régionales qui bénéficient du label « Espace remarquable de Bretagne ». À travers ce label, la collectivité participe à la protection, la conversation voire la restauration de la diversité biologique des milieux à forte valeur patrimoniale et représentatifs du patrimoine écologique régional. Il s'agit aussi d'en faire des sites de sensibilisation à la préservation de la biodiversité, à travers des programmes d'animation et d'éducation à l'environnement. Une réflexion sera lancée en 2019 sur l'extension du réseau des réserves régionales, pour contribuer au maintien de la biodiversité, et s’inscrivre dans les objectifs de la BreizhCOP relatifs au développement des aires protégées en Bretagne.

Lire le rapport

Pour le rayonnement de la Bretagne et sa vitalité culturelle

Favoriser l’attractivité et la vitalité culturelle et sportive

Les politiques régionales en faveur de la culture, du tourisme, du sport ou des patrimoines contribuent largement au rayonnement de la Bretagne. Elles mettent surtout en partage ce qui chaque jour fait le territoire et construit une capacité à vivre ensemble. En droite ligne des orientations de la BreizhCOP, la Région veillera, dans la mise en œuvre de son action, à ce que les territoires restent accueillants et attractifs sans nuire à un développement durable des activités touristiques ou culturelles.

Culture : Une ambition pour la filière cinéma

La Bretagne se singularise par la richesse de son secteur cinématographique et audiovisuel. Depuis plus de dix ans, la Région soutient la diversité de ses créations (3 M€/an pour soutenir la création cinématographique et audiovisuelle régionale) tout en veillant à renforcer la structuration de cette filière. Un nouveau dispositif sera lancé au printemps prochain pour conformer une filière audiovisuelle bretonne de haut niveau et des leviers seront identifiés pour favoriser le co-développement et la co-production de projets avec des partenaires européens. Il s’agit aussi d’attirer davantage de projets et d’emplois, et d’étoffer les compétences du secteur afin de rendre la Bretagne plus attractive.

Tourisme : valoriser canaux et voies navigables de Bretagne

La Bretagne est, au niveau national, la seule Région gestionnaire de ses voies navigables : un domaine fluvial régional sur plus de 570 km.  Elle mettra en oeuvre  cette année une stratégie en quatre axes :  

  • développer la navigation fluviale, la randonnée et les activités tertiaires ;
  • encourager les pratiques durables, respectueuses de l’environnement et de la préservation du patrimoine bâti ;
  • rendre les voies navigables  accessibles au plus grand nombre et ouvertes à de multiples activités ;
  • les promouvoir comme levier de développement économique et touristique.   

Des « contrats de canal » seront mis en place pour mutualiser  les moyens d’actions en matière d'équipements de service et d' installations liés à l’accueil local des usagers

Plans d'actions pour développer les 10 destinations touristiques

Brest terres océanes, Cœur de Bretagne ou Côtes de granit rose… : la Bretagne touristique se promeut à travers dix univers géographiques en correspondance avec les déambulations des vacanciers. Ces dix « Destinations touristiques » sont appelées à construire progressivement une offre (en créant notamment des courts séjours et des formules clefs en main pour répondre aux nouvelles attentes des touristes). D’ici l’été, chacune d’elle présentera sa stratégie de développement et son plan d’action. La Région les accompagnera dans la mise en œuvre de leurs stratégies, en privilégiant les opérations menées en partenariat public-privé et qui encouragent la construction de nouveaux modèles économiques.

Solidarité internationale : les valeurs du nouveau réseau

Les acteurs bretons de la solidarité se sont réunis en fin d’année 2018 pour créer un nouveau réseau réunissant à la fois les associations investies dans la solidarité internationale (1 000 associations en Bretagne) et des collectivités locales et partenaires universitaires. Leur socle commun : être à l’écoute des acteurs, valoriser les dynamiques existantes et favoriser l’expression des pays du Sud. L’année 2019 sera l’occasion pour ce nouveau réseau, baptisé Réseau Bretagne Solidaire, d’élargir son audience auprès du monde économique et de la santé. L’enjeu est d’obtenir le label national « Réseau Régional Multi Acteurs » délivré par le Ministère des Affaires Etrangères aux structures les plus engagées.

Le patrimoine, ressource d’identité

Partie tangible d’une identité régionale forte, le patrimoine fait l'objet d'une stratégie régionale ambitieuse de valorisation et d’inventaire. La capacité d’innovation et la volonté de travailler avec les Breton·ne·s sont les fils conducteurs de cette démarche.
Elle s’illustrera notamment en 2019 par :

  • la relance des appels à projets dédiés aux fonds iconographiques du patrimoine, au mégalithisme et à l’archéologie sous-marine.
  • Un nouveau projet autour du patrimoine portuaire verra aussi le jour.
  • Un nouveau portail numérique sera mis en ligne : il facilitera l’accès au fonds documentaire de l’Inventaire, à une actualité éditorialisée et à des focus sur des initiatives portées par des acteurs du territoire.

Lire le rapport

Et aussi

Les vœux


Modifié le


Partagez ce contenu