Prise de participation dans une entreprise privée par la Région Bretagne
La Région Bretagne entre au capital du groupe d’aucy

Ce jeudi 10 janvier 2019, à Ploërmel, Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne, et Serge Le Bartz, Président du groupe d’aucy, ont officialisé la prise de participation de 5 M€ de la Région Bretagne au capital du groupe d’aucy Holding (GDH). Cette deuxième prise de participation dans une entreprise privée par la Région Bretagne traduit ses convictions et celles de son Président : le projet du groupe d’aucy est porteur de développement pour le territoire breton, dont l’avenir repose, notamment, sur une agriculture et une industrie agroalimentaire fortes. Cette annonce s’est faite à proximité de la future nouvelle usine Cocotine du groupe d’aucy.

Groupe d'aucy

Créé en 1968, le groupe d’aucy est un groupe majeur de l’alimentation bretonne qui s’articule autour de deux coopératives mères, la CECAB et la COOP de Broons. Il rassemble quelque 9 000 agriculteurs et dispose d’un maillage territorial important avec 19 sites de production dont 12 en Bretagne (17 en France, 1 en Hongrie, 1 en Espagne).

Quatre types d’activités intégrées y sont développées : Amont (production d’œufs, légumes, céréales, volaille de chair et bovins), d’aucy long life (production de légumes en conserve, de légumes surgelés et de plats cuisinés), Œufs-food (œufs coquilles et œufs élaborés) et une division viande (lardons).

Le groupe, qui jouit d’une très forte notoriété en France et à l’étranger (produits distribués dans 50 pays), a regroupé ses activités d’aucy long life et Œufs dans la nouvelle société Groupe d’aucy Holding (GDH) ouverte aux investisseurs souhaitant accompagner son développement.

La Région Bretagne avait déjà encouragé cette démarche, en 2016, en accordant au groupe une avance remboursable de 5 millions d’euros pour financer ses investissements et en se portant garante, à 50%, d’un emprunt de 10 M€. Deux ans après, l’avance et l’emprunt ayant été remboursés de manière anticipée, la Région a souhaité convertir cette avance remboursable en prise de participation au capital du groupe d'aucy Holding.

2,72% du capital et une place au comité stratégique

Cette prise de participation de 5 M€ conduit la Région à détenir désormais 2,72% du capital de GDH. L’opération n’engendre pas de dépense supplémentaire de la part de la Région.

En devenant actionnaire, la Région sera membre du comité stratégique et aura un poste de censeur au conseil d’administration (participation au CA avec voix consultative). Elle bénéficiera ainsi d’un droit d’information sur l’activité et les décisions du groupe et pourra faire connaître sa vision stratégique. Alors que la Région ambitionne de faire de la Bretagne le leader du bien-manger en Europe, cette nouvelle place constituera un atout de plus vers cet objectif.

Pourquoi un tel engagement ?

Après une première prise de participation en juillet 2018 dans le groupe YerBreizh (2 M€), c’est la deuxième fois que la Région Bretagne saisit l’opportunité récemment offerte par la loi d’entrer au capital d’une entreprise privée (elle reste à ce jour, la seule à avoir franchi le pas). Pour le Président Loïg Chesnais-Girard, “la Région doit être un acteur majeur de l’économie sur son territoire. Devenir actionnaire permet de construire des liens forts avec les acteurs économiques, de partager les risques mais aussi les réussites et de pouvoir porter sa vision auprès des actionnaires et des salariés. Si la Région se doit d’être au côté des entreprises lors de phases difficiles, “son rôle est aussi de les accompagner dans leur développement, lorsqu’elles se montrent offensives et ambitieuses.

Pour Serge le Bartz, Président du groupe d’aucy, “la nature et la qualité de l'engagement de la Région Bretagne dépassent largement le simple cadre financier. La confiance renouvelée de la Région symbolise l'union des forces vives bretonnes autour du développement de filières agricoles et agro-alimentaires créatrices de valeur.”

La notoriété des marques du groupe d’aucy, le virage stratégique amorcé et ses perspectives de croissance encourage la Région Bretagne à s’engager à ses côtés. Au-delà de ses convictions, la collectivité s’est appuyée sur les conclusions d’un audit réalisé par un cabinet indépendant pour prendre cette décision, validée par la commission des participations et des transferts.

Vers une Bretagne, leader du bien-manger

Le groupe d’aucy holding appuie son développement, d’une part, sur une innovation forte et la recherche de nouveaux produits élaborés, et d’autre part, sur une montée en gamme avec une recherche de qualité et de traçabilité croissantes. Il s’est notamment engagé à sortir du modèle de l’œuf de poules en cage d’ici 2025 et à développer des productions alternatives (plein air, bio, label).

Ces dynamiques s’inscrivent pleinement dans l’ambition de la Région de faire de la Bretagne, le leader européen du bien-manger en Europe. Car si l’histoire de la Bretagne économique est intimement liée à l’agriculture et l’agro-alimentaire, Loïg Chesnais-Girard en est convaincu, son développement futur le sera également. La Bretagne doit prendre toute sa part dans la révolution alimentaire qui se dessine. C’est en ce sens que la Région veut poursuivre et accentuer l’accompagnement des acteurs de l’alimentation en Bretagne et des industriels de l’agroalimentaire, pour faire mieux et plus vite.

Une nouvelle usine à Ploërmel

L’officialisation de la prise de participation de la Région Bretagne au capital du groupe d’audy Holding, sur le site de la future casserie d’œufs Cocotine (PEP) de Ploërmel, est révélatrice. Cet investissement, soutenu par la Région à hauteur de 2,4 M€ -dont 50% de fonds européens– permet au groupe d’aucy de poursuivre son développement vers les productions alternatives d'œufs (poule plein air, bio...). Une démarche qui s’inscrit pleinement dans l’ambition de la Région qui se traduit, notamment, par des montées en gamme sur le marché de la restauration hors domicile. Pour Loïg Chesnais-Girard, c’est aussi l’occasion de montrer que des nouvelles usines se créent en Bretagne.

Le Groupe d’aucy ouvre, par ailleurs, une nouvelle page de son histoire en bâtissant avec Triskalia un nouveau projet agroalimentaire coopératif breton. Ce rapprochement est, entre autres, fondé sur la convergence des métiers et des moyens industriels, le positionnement stratégique des marques fortes, telles que d’aucy, Globus ou Paysan Breton, et le renforcement des activités sur le plan international.

Sous réserve de l’Autorité De La Concurrence, l’Union sera effective au 1er juillet 2019, étape majeure avant la fusion de ces Groupes coopératifs en 2020.

(Ci-dessous des photos illustrant la visite du jeudi 10 janvier - crédit photo : DR)

Tags : Agroalimentaire

Modifié le


Partagez ce contenu