Nouvel appel à projets pour développer l’usage du cheval territorial
L’exemple de La Bouëxière, commune soutenue par la Région

Lauréate de l’appel à projets 2017, La Bouëxière vient de faire l’acquisition d’un deuxième cheval de trait et de matériels adaptés afin que l’animal puisse prochainement désherber les allées sablées de la commune et débusquer bois et branchages autour de l’étang du Chevré. Alors qu’un 6e appel à projets sera lancé le 18 décembre, cette initiative illustre la volonté de la Région de développer des services hippomobiles d’intérêt général qui permettent de valoriser l’usage du cheval breton. Un dispositif original et écologique au bénéfice d’une race menacée à laquelle les Bretons sont très attachés.

Le cheval est utilisé pour niveler le stade à La Bouëxière Région Bretagne

Transport de personnes, collecte de déchets, entretien d’espaces verts, naturels et boisés, travaux agricoles, forestiers ou de génie écologique, surveillance et sécurité… : c’est fou à quel point un cheval peut être utile dans une commune, sans compter les actions de lien social qui peuvent être associées aux services rendus, comme c’est le cas à La Bouëxière avec l’implication d’un chantier d’insertion et des jeunes en difficulté de l’institut médico-éducatif L’Espoir.

Le trait breton, nouvel agent de service public

« Le cheval de trait apparaît comme une alternative aux véhicules motorisés ; il limite les nuisances sonores et participe à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, rappelle Olivier Allain, Vice-président de la Région à l’agriculture et l’agro-alimentaire. Par sa force motrice, ce nouvel agent de service public peut être considéré comme une source d’énergie inépuisable et, donc, renouvelable. » Au-delà des usages de traction, sa présence en ville contribue à recréer du lien social entre espaces ruraux et urbains.

Sauver le trait breton, une priorité du Plan cheval

Soucieuse, via son Plan cheval adopté dès 2011, de préserver la filière équine, et en particulier le cheval de trait breton, la Région a lancé en 2013 un appel à projets auprès des collectivités et structures publiques intervenant sur des missions d’intérêt général pour aider au financement de projets :  soit au stade d’études préalables, soit pour la mise en œuvre concrète et opérationnelle d’actions (achat d’un cheval et de matériel spécifique, formation, communication…).

75 % des projets portés par des communes et EPCI

Les 5 premières éditions de cet appel à projets ont permis d’accompagner 40 initiatives portées par 33 structures différentes,  pour un financement global de 450 000 € depuis 2013, sachant que l’aide régionale est plafonnée à 25 000 € par action.

Les 2/3 des maîtres d’ouvrage sont des communes mais aussi des intercommunalités, agglomérations, syndicats mixtes et les Conseils départementaux d’Ille-et-Vilaine et du Finistère.

La Région peut aussi s’appuyer sur l’association Faire à cheval, créée en 2012, pour fédérer les initiatives, les promouvoir et faire émerger des projets dans les rangs des collectivités qu’elle peut assister, le moment venu, en maîtrise d’ouvrage. «  Notre mission consiste par ailleurs à recueillir des retours d’expériences, à dresser des bilans, précise Alice Bodet, sa Présidente, afin de coordonner et consolider cette micro-filière. »

Retrouvez ci-dessous une illustration ainsi que le communiqué complet, présentant l'utilisation et la mise en valeur du cheval de trait breton à La Bouëxière, Hennebont, Bégard et sur le canal de Nantes à Brest.

 

Tags : Agriculture

Modifié le


Partagez ce contenu