Economie sociale et solidaire
« L’éthique en actes » : 2ème conférence régionale de l’Economie sociale et solidaire

La loi de juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire prévoit la réunion, une fois tous les deux ans, de conférences régionales coprésidées par l'État et les Régions. Elles ont pour objet de faire le point et d’échanger sur les orientations, les moyens et les résultats des politiques locales de développement de l'ESS. En Bretagne, cette instance a réuni quelque 200 acteurs de l’ESS ce jeudi à Ploemeur, après une première rencontre qui s’était tenue en décembre 2016 à Rennes. Anne Patault, Vice-Présidente en charge de l’égalité, de l’innovation sociale et de la vie associative, assistait aux échanges.

Parmi les grandes priorités de la stratégie régionale en faveur d’une économie sociale et solidaire, adoptée il y a deux ans pour la période 2017-2020, figure celle de maintenir un lien de cause à effet entre les principes énoncés et les pratiques de l’ESS. C’est sur cet enjeu précis, de « l’éthique en actes », que l’accent a été mis au cours de cette conférence qui a réuni des représentants des mutuelles, associations, fondations, incubateurs et pôles locaux ESS.

Après l’intervention du sociologue Guy Groux du Centre de recherches politiques de Sciences po (CEVIPOF), autour des questions centrales de la place des salariés dans l’entreprise, de l’égalité femmes-hommes ou encore des conditions de travail, les participants ont poursuivi  leurs travaux à travers sept ateliers. Ces groupes ont débattu sur les grandes thématiques de l’ESS telles que la qualité de l’emploi dans les petites structures, la transmission d’un projet collectif après le départ des dirigeants historiques, la manière dont on peut s’impliquer dans la lutte contre le réchauffement climatique ou encore la répartition des excédents.

En novembre, 11ème mois de l’ESS, plus de 200 évènements sont organisés à travers le territoire breton où 650 000 bénévoles s’activent et où l’on compte 150 000 salariés dans ce modèle d’entreprenariat (19% de l’emploi privé). Un large éventail de manifestations (portes ouvertes, visites d’entreprises, conférences, formations) permettent de valoriser ces démarches qui favorisent davantage l’humain et le collaboratif que la compétition.

OPTIM-ISM : une association morbihannaise Lauréate du prix régional de l’ESS 2018.

Chaque année depuis 2015, les entreprises de l’Economie sociale et solidaire qui savent concilier activité économique et intérêt général peuvent candidater pour espérer remporter le prix régional. En Bretagne, le lauréat 2018 est l’association d’insertion « Optim-Ism » qui salarie une cinquantaine de personnes en contrat aidé sur ses deux sites de maraîchage bio. Cette structure, dirigée par Max Schaffer et basée à Riantec, est exemplaire parmi deux des critères essentiels de l’ESS : l’utilité sociale du projet ainsi que son engagement en faveur de la transition écologique puisqu'elle entend rendre le bio accessible à tous grâce à la vente directe ou la livraison à vélo.