La Région accueille Ti Namo, roi de Tikopia, île des Salomon
Avant la sortie du film "Nous, Tikopia" tourné par le Breton Corto Fajal

À l’occasion de la sortie nationale de « Nous, Tikopia », le 7 novembre, le roi de cette île miniature, la plus isolée de l’archipel océanien des Salomon, quittera pour la première fois son territoire, aujourd’hui menacé par les cyclones et autres bouleversements climatiques. Avant la projection du film réalisé par le breton Corto Fajal à Combourg, ce soir, puis à Brest et Rennes les 3 et 4 novembre, le Président Loïg Chesnais-Girard a souhaité accueillir le roi Ti Namo afin de lui présenter la Bretagne et d’échanger avec lui sur les solutions à mettre en œuvre pour faire face à l’urgence climatique.

Le roi Ti Namo accueilli par Loïg Chesnais-Girard Région Bretagne

Originaire de Combourg et résident de Bécherel, Corto Fajal aura consacré 6 ans à la réalisation de ce documentaire, soutenu par la Région au titre de sa politique en faveur de la création audiovisuelle.

Depuis 3 000 ans, les Tikopiens considèrent leur île comme un être vivant à part entière qui les abrite, les protège et les nourrit. Le roi, les chefs de tribu et les 2 000 habitants conversent avec elle et sollicitent son avis avant de prendre de grandes et sages décisions. C’est cette relation très particulière avec la nature reine qu’a voulu décrire le réalisateur, une relation entre une civilisation ayant subi à ce jour peu d’influences extérieures et cette terre miniscule, intacte et encore isolée du reste du monde. Un rapport organique au territoire et à l’identité auquel la Bretagne est très sensible.

Par le biais de Corto Fajal, Tikopia a noué des liens privilégiés avec la Communauté de communes de Bretagne romantique, présidée par André Lefeuvre. Après avoir été accueilli à Rennes, Ti Namo se rendra sur ce territoire pour y visiter le site des 11 écluses de Hédé-Bazouges, le jardin de granit à Lanhélin, la carrière de la SOCAL à St-Pierre de Plesguen et l’entreprise de taille de pierre, Maillard.

Quelques mots sur Tikopia

  • Une île volcanique de 5 km² appartenant aux îles Salomon (Mélanésie), la plus isolée et la plus éloignée des routes maritimes.
  • Une île peuplée de 2 000 habitants, d’origine polynésienne et parlant le tikopien. Le premier peuplement remonte à environ 3 000 ans.
  • Une île citée dans 20 000 lieues sous les mers de Jules Verne, de même que par Claude Lévy-Strauss et d’autres ethnologues du XXe siècle.
  • Une île dans l’Histoire de France : les Tikopiens sont les seuls témoins du naufrage des deux navires de la grande expédition de La Pérouse.
  • Une île sans Internet (mais avec le téléphone) et sans monnaie, sauf pour les achats extérieurs.