SIAL 2018
Des entreprises innovantes pour faire de la Bretagne le leader européen du "bien-manger"

L’économie bretonne est intimement liée à l’agriculture et à l’agro-alimentaire ; et elle doit encore l’être demain. Profondément convaincu que la Bretagne a les ressources et le potentiel pour devenir le leader européen sur le marché du “bien-manger”, Loïg Chesnais-Girard, Président de Région, est au côté des professionnels pour impulser et accompagner ces changements. Ce 23 octobre, au SIAL, il est allé à la rencontre des acteurs et entreprises bretonnes qui ont déjà pris ce virage de l’innovation et travaillent sur l’alimentation de demain. Une centaine d’entre elles sont présentes à ce rendez-vous international majeur.

Le “bien-manger”, c’est une alimentation saine en termes de qualités gustatives, de mode de production respectueux de l’homme, des animaux et de la nature mais c’est aussi une histoire dont le consommateur s’empare, une alimentation qui répond à ses valeurs. Si l’agriculture bretonne doit poursuivre et amplifier son mouvement sur la voie de la transformation, elle n’est pas le seul maillon de la chaîne. La diversification des modes de production doit s’accompagner d’une offre de qualité adaptée à tous les modes de consommation, notamment à la restauration hors-domicile, ou aux nouveaux systèmes de distribution (arrivée des GAFAs sur le marché de l’alimentaire frais)…

C’est là qu’ont un rôle à jouer tous les acteurs de l’alimentation en Bretagne. La Région Bretagne veut poursuivre et accentuer l’accompagnement des industriels de l’agroalimentaire pour faire mieux, plus vite, et ainsi s’imposer comme le leader du “bien-manger” en Europe. Le potentiel est là !

La Région soutient, de longue date, l’innovation et la R&D en Bretagne notamment le Pôle de compétitivité Valorial mais aussi les plateformes d’innovation :

  • Act-food Bretagne, créée 2016 à l’initiative de Centres d'Innovation Technologique (CIT), doit contribuer à faire de la Bretagne le leader européen de l’innovation et de la valeur ajoutée dans les filières alimentaires par un accompagnement des entreprises, le croisement des domaines technologiques, la création de synergies… La Région est son principal financeur et prévoit de lui accorder 265 000 € en 2018.  
  • Le CEA Tech est une plateforme de transfert technologique dédiée aux procédés de l’agroalimentaire et de l’agriculture du futur. Lancée en juin dernier, elle doit contribuer au renforcement de la compétitivité des IAA et accompagner la transformation des filières alimentaires bretonnes (travail sur les TMS notamment). La Région finance le CEA Tech à hauteur de 5,5 M€ au côté de Quimper Bretagne Occidentale (2,4 M€), de l’Europe (2,1 M€ de FEADER) et du Département du Finistère (750 K€).
  • Le Centre Culinaire Contemporain nouvelle génération destiné à faciliter la définition de stratégie d’innovation dans la filière alimentaire (création et diffusion de la connaissance, Ressourcement et R&D, prestations de conseil en innovation par les usages, cours de cuisine afin de diffuser les connaissances pratiques du centre…). Au titre des années 2018-2019, la Région prévoit de lui accorder 133 000 €.

La Bretagne peut s’appuyer sur tous ces outils performants et sur un tissu d’entreprises riches. Le SIAL est une vitrine de ce potentiel et du vivier des entreprises bretonnes qui font l’alimentation de demain ; 101 d’entre elles y présentent leurs produits et innovations.

La Région Bretagne soutient les investissements des indutries agro-alimentaires 

Depuis d'adoption du Programme de Développement Rural 2014-2020, 63 entreprises agro-alimentaires bretonnes ont bénéficié d’un accompagnement public total de 52,7 M€ dont 27,8 M€ de FEADER et 22,5 M€ d’aides de la Région Bretagne. La Région veut ainsi contribuer au renforcement de la filière agroalimentaire, en soutenant les investissements réalisés par les entreprises en vue d’améliorer leurs performances. Elles évoluent dans un marché extrêmement concurrentiel et doivent pouvoir répondre aux attentes de plus en plus prégnantes des consommateurs en matière de qualité et sécurité alimentaire. La Région veut les accompagner en ce sens.

De tailles diverses (30 PME, 20 ETI, 13 Grandes Entreprises), ces 63 entreprises sont réparties sur l'ensemble du territoire breton (6 dans les Côtes d'Armor, 17 dans le Finistère, 18 dans l'Ille-et-Vilaine, 22 dans le Morbihan).

Focus sur 3 entreprises ayant bénéficié d'une aide à l'investissement et présentent sur le SIAL :

Ardo à Gourin (56)
La société ARDO, fabriquant de légumes surgelés et de plats cuisinés, conditionne 70 000 tonnes de légumes par an issus de 337 exploitations agricoles. Elle emploie 360 salariés pour un chiffre d’affaire de 100 M€ par an. Afin d’augmenter ses capacités de production, ARDO a investi plus de 13 M€ pour faire l’acquisition de système de convoyage/stockage/destockage, d’installations frigorifiques, de rayonnages métalliques, d’équipements de logistique et de traçabilité. Elle a bénéficié de 1,2 M€ de FEADER et de 1,1 M€ d’aide de la Région Bretagne.

Guyader Terroir et Création à St-Agathon (22) (Groupe Guyader Gastronomie)
La société GUYADER Gastronomie créée en 1930 par Yves GUYADER est aujourd’hui une marque référente dans les domaines de la Charcuterie et des Produits de la mer. Elle réalise plus de 8% de son chiffre d’affaires à l’étranger. Sa filiale GUYADER Terroir et Création est spécialisée dans les produits tel que les pâtés de campagnes, les confits ou mousse de foie, les saucissons et jambons cuits, les rôtis. Les atouts de la société résident dans sa capacité à innover face à la concurrence, sur le marché de la salaison, des produits à marque distributeur.

Le site de Saint-Agathon est dédié à la mise au point et à la production de recettes charcutières alliant la gastronomie moderne et les savoir-faire traditionnels. Plus d’1,5 M€ ont été investis pour étendre le développement et la modernisation des gammes de produits fabriqués (entremets, viandes cuites, saucissons précuits, terrines cuisinées, timbales, conserves de viande). L'entreprise a pu bénéficier d'une subvention de 245 000 € au titre du FEADER et de 217 000 € de la part de la Région Bretagne.

Loste Grand Saloir à Breteil (35)
L’entreprise Grand Saloir Saint Nicolas est leader sur le marché des artisans commerçants des métiers de bouche (charcutiers, bouchers, traiteur frais, boulangers, distributeurs indépendants), une activité représentant 80% de son chiffre d’affaires. Son site de Montfort sur Meu se consacre à la charcuterie traditionnelle. La construction d’une nouvelle usine à Breteil permet à l’entreprise d’élargir les références proposées et d’accentuer sa place en GMS et RHF. Le projet portant sur un montant de 5,2 M€ a bénéficié d’une aide FEADER (827 000 €) et e la Région Bretagne (733 000 €).

En quelques chiffres : les signes d’identification de la qualité et de l’origine SIQO en Bretagne

Les chiffres ci-dessous sont issus de « l’ABC Agriculture et Agroalimentaire de Bretagne 2018 – chiffres 2017 » – Document édité par la Chambre d’agriculture de Bretagne.

Agriculture Biologique (AB) – en 2017, près de 2 800 exploitations agricoles bretonnes sont en AB. 75 669 hectares sont certifiés et 31 095 hectares sont en conversion pour un total de 106 764 ha engagés en bio soit une augmentation de 12% par rapport à 2016. Plus de 720 exploitations vaches laitières, 350 en vaches allaitantes, 250 en pondeuses… près de 1 300 en céréales, de 800 en légumes, de 2 200 en cultures fourragères… toutes les productions ont une part en bio, y compris l’apiculture et les plantes aromatiques.

La croissance de la consommation en produit bio et de productions alternatives se poursuit : +17% en un an avec un chiffre d’affaire de 8,3 Milliards en 2017. La balance commerciale de ce secteur alimentaire repose pour plus de 30% sur les importations.

Label Rouge – Près de 1 800 exploitations ont une production sous Label rouge. Plusieurs productions sont présentes sur ce marché par différentes organisations de producteurs ou coopératives : porcs ; bovins Blonde d’Aquitaine, Charolais, Boeuf Limousin ; volailles fermières ; lapins ; œufs. Ces productions Label rouge permettent la transformation de produits élaborés Label rouge bretons : jambons ; pâtés ; farine ; conserves, cidre (Royal Guillevic)…

Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) - Appellation d’Origine Protégée (AOP) – Indication géographique protégée (IGP) 408 exploitations bretonnes produisent sous AOC/AOP en 2017. 688 exploitations et entreprises bretonnes sous IGP en 2017 : 24 producteurs sous IGP Cidre de Bretagne produisent 221 000 hectolitres ; 170 producteurs sous IGP Volailles de Janzé produisent 4 617 000 volailles ; 146 producteurs sous IGP Volailles de Bretagne produisent 3 728 652 volailles ; 307 producteurs sont habilités dans le cadre de l’IGP Farine de Blé Noir Tradition et produisent 1 340 tonnes de farine ; 41 entreprises agroalimentaires sous IGP Pâté de campagne breton produisent 1 600 tonnes de pâté.

Retrouvez le communiqué complet ci-dessous suivi de la présentation des 101 entreprises bretonnes présentes au SIAL 2018.

 

Tags : Agroalimentaire

Modifié le


Partagez ce contenu