Maupertuis, un lycée économe en énergie
La Région soutient l’expérimentation menée par l’établissement

Alors que la Région élabore actuellement un « Plan énergie » pour ses lycées, Isabelle Pellerin, Vice-présidente aux lycées, et André Crocq, délégué à la transition énergétique, ont souhaité se rendre au lycée professionnel Maupertuis pour évaluer les effets de l’action innovante engagée depuis le printemps 2018 pour mesurer et réduire les consommations d’électricité et chauffage au sein de l’établissement. Très attentive aux expérimentations conduites en la matière, la Région Bretagne pourrait s’en inspirer pour maîtriser ses dépenses, et contribuer ainsi directement à la transition énergétique du territoire.

13,4 M€, c’est le montant annuel de la facture énergétique des 115 lycées publics bretons, à la charge de la Région. Ces dépenses correspondent aux consommations relevées au sein d’un patrimoine disparate, constitué de 1 500 bâtiments de taille, d’époque et d’usage variables, représentant un total de 1,8 M de m² de planchers. 

À l’initiative de la Breizh COP, projet d’avenir qu’elle porte pour une Bretagne plus durable et plus sobre, la collectivité se doit d’être exemplaire et économe dans la gestion de ses lycées.

Son futur « Plan énergie » prévoit notamment de développer des « opérations d’usages » impliquant élèves, enseignants et agents techniques de la Région, pour que chacun puisse être acteur et réduire ses consommations.

Des capteurs intelligents pour des données en temps réel

Dirigé par M-Noëlle Le Bras, Proviseure, le lycée Maupertuis conduit avec la société Sensing Vision (Chevaigné-35) une expérimentation sur 18 mois soutenue par la Région, au titre de sa politique en faveur de l’innovation. Le principe consiste à poser, en différents points de l’établissement, des capteurs d’énergies ainsi que des capteurs environnementaux (luminosité, Co2, particules). Autant d’éléments intelligents, non intrusifs, juste posés sur les sous-compteurs d’eau, gaz et électricité.

Autonome et sans fil, ce réseau d’objets connectés envoie toutes les données recueillies à une passerelle LoRaWAN (télécommunications bas débit). L’ensemble des informations transmises  permet alors de donner en temps réel, non seulement les consommations, mais aussi des préconisations d’usage, d’identifier divers problèmes (fuites d’eau, par exemple) et surtout d’anticiper, en fonction des prévisions météo et de l’occupation des lieux.

Constitué de plusieurs bâtiments neufs, rénovés ou vieillissants, l’établissement malouin est un terrain d’expérimentation idéal, d’autant que l’action associe les élèves des différentes filières professionnelles (BTS électrotechnique, BP métiers de l’électricité, BAC STI2D et BAC S SI).

Autre intérêt de cette action pilote : les données collectées par ce biais pourraient aider la Région à déterminer les rénovations énergétiques à traiter en priorité. Dans son Schéma directeur immobilier (SDI) voté en 2016, toute opération lourde de construction ou modernisation de bâtiments intègre désormais des objectifs de maîtrise des consommations. Le futur « Plan énergie »  devrait aller plus loin avec, dans le viseur, une réduction notoire de la facture énergétique à horizon 2025, conformément aux enjeux du SRCAE (schéma régional climat, air, énergie).

Tags : lycées

Modifié le


Partagez ce contenu