Enquête sociolinguistique sur le breton et le gallo
Mieux connaître la situation pour mieux aider les langues de Bretagne

Afin d’avoir un état des lieux complet sur la situation du breton et du gallo, la Région a commandé une enquête sociolinguistique approfondie. C’est l’institut TMO Régions qui l’a réalisée. Ses principaux enseignements ont été dévoilés et commentés le 4 octobre dernier par le Président Loïg Chesnais-Girard, entouré de Fañch Broudic, chercheur en sociolinguistique et Président du comité technique de l’étude*, Lena Louarn, Vice-présidente aux langues de Bretagne, Kaourintine Hulaud, Conseillère régionale déléguée au gallo, et Bernez Rouz, Président du Conseil culturel.

Région Bretagne

Du 7 juin au 3 juillet, 8 162 personnes âgées de 15 ans et plus, habitant l’un des 5 départements de la Bretagne historique, ont été sondées par téléphone. Une consultation d’une telle ampleur, portant à la fois sur le breton et le gallo n’avait encore jamais été réalisée.

Cette enquête, particulièrement fouillée, était très attendue au regard de la faiblesse des données objectives disponibles**. Plus de 40 questions ont été posées ; elles ont permis de mesurer, non seulement, le nombre de locuteurs, mais aussi leur niveau, leur usage des langues au quotidien et leurs attentes.

Un attachement fort, une reconnaissance officielle dès 2004

Complétant les préconisations formulées lors des Rencontres régionales de la langue bretonne et des Assises du gallo organisées en 2016, ce nouvel état des lieux viendra nourrir et enrichir la feuille de route de la Région dont la volonté est de développer l’usage du breton et du gallo, véritables marqueurs de l’identité bretonne.

Première collectivité à avoir mis en place une politique linguistique en 2004, la Région Bretagne la renforçait en 2012. La reconnaissance officielle du breton et du gallo comme langues de Bretagne s’est en effet accompagnée d'un plan volontariste en faveur de leur transmission et développement.
L'ambition : les revitaliser et promouvoir leur usage dans tous les domaines.

Toujours plus de 200 000 locuteurs

> Le breton : environ 207 000 locuteurs

  • 5,5% de la population parle breton, soit environ 207 000 personnes dans les 5 départements de la  Bretagne historique. L’âge moyen des locuteurs est de 70 ans. Il a augmenté de 7 ans 1/2 depuis l’enquête de 2007.
  • 3,5% de la population déclare comprendre très bien ou assez bien le breton sans le parler.
  • 31% maîtrise quelques mots ou expressions.
  • Au total, 40% de la population possède des connaissances en langue bretonne

> Le gallo : 191 000 locuteurs

  • 5% de la population parle gallo, soit environ 191 000 personnes.
  • 4% de la population déclare comprendre très bien ou assez bien le gallo sans le parler.
  • 15% maîtrise quelques mots ou expressions.
  • Au total, 24% de la population possède des connaissances en gallo.

>   Au global  : 27% de la population entend parler breton et/ou gallo au moins une fois  par mois.

* Le comité technique mis en place par la Région pour accompagner l’étude sur le plan méthodologique, est composé d’experts désignés par les universités de Rennes 2 et de Bretagne occidentale, ainsi que par l’Office public de la langue bretonne et l’Institut du gallo.

** À ce jour, seules deux études généralistes étaient disponibles : une étude réalisée en 1999 par l’INSEE,  dans le cadre du recensement, ainsi qu’une série de sondages sur la langue bretonne réalisés par TMO et Fañch Broudic en 1990, 1997 et 2007  (3 100 personnes interrogées pour cette dernière enquête). 

Les modes d’apprentissage des langues diffèrent

Concernant le breton, l’enquête confirme le rôle essentiel de l’enseignement dans la formation des jeunes : 90% des 15-24 ans et 53% des 25-39 ans ont appris la langue à l’école, ce taux étant égal ou inférieur à 7% pour les générations plus âgées.

S’agissant du gallo, l’apprentissage se fait essentiellement par les ascendants, quel que soit l’âge du répondant.

Une envie de langue, très présente chez les jeunes

De nombreuses attentes se font sentir au détour de l’enquête :

  • 73% des personnes sondées demandent plus d’enseignement du breton à l’école, 55% plus d’émissions en breton à la radio et à la télévision.
  • 32% sont favorables à plus d’enseignement du gallo dans les écoles, 30% à une plus grande présence du gallo dans les médias.
  • 33% des répondants ont envie que leurs enfants connaissent le breton et ils sont encore plus nombreux (43%) chez les 15-24 ans, ce qui représente un signal encourageant.
  • 10% aimeraient que leurs enfants connaissent le gallo.


« Au terme de 14 ans d’efforts, il nous faut poursuivre notre action avec le souci constant d’augmenter le nombre de locuteurs, a  conclu Loïg Chesnais-Girard. À l’avenir, nous devons être encore plus prospectifs,  faire preuve d’imagination pour renforcer ce qui existe, ouvrir de nouvelles perspectives, soutenir les initiatives innovantes en lien, bien évidemment, avec l'ensemble des acteurs. »

Nouvelles orientations connues en décembre

Après présentation des résultats de l’enquête au Conseil culturel ce samedi 6 octobre, ses membres seront invités à transmettre à la Région leurs recommandations, afin d’alimenter les réflexions de la collectivité. Lors de la session plénière des 13 et 14 décembre, le Président Chesnais-Girard proposera les grandes orientations d’une nouvelle politique linguistique, qui marquera une nouvelle étape dans le développement des langues de Bretagne.

Un puissant sentiment d’appartenance à la Bretagne

  • 38% de la population se sent autant française que bretonne.
  • 39% plus française que bretonne ou seulement française.
  • 18% plus bretonne que française ou seulement bretonne.

 

Retrouvez en pj le communiqué de presse, suivi de la présentation des résultats de l'étude, ainsi que les versions bretonne et gallèse du communiqué.