Journée quimpéroise pour Loïg Chesnais-Girard et ses Vice-présidents
Étape au lycée Brizeux le matin, Commission permanente l’après-midi

Le Président de Région a instauré cette année une nouvelle pratique : organiser, avec son exécutif, des réunions, non pas seulement à Rennes, mais aussi dans d’autres villes de Bretagne, comme au printemps dernier à Brest puis Châteaulin. Cette fois-ci, Loïg Chesnais-Girard et son équipe ont choisi, quelques semaines après la rentrée scolaire, de se rendre au lycée Brizeux où la Région, responsable des 115 lycées publics du territoire, investit 17,5 M€ dans la construction d’un nouvel espace dédié aux sciences puis dans la restructuration du bâtiment historique de l’établissement. En début d’après-midi, le Président réunit par ailleurs au Conseil départemental du Finistère les 27 membres de la Commission permanente, qui, chaque mois, affectent les crédits et mettent en œuvre les décisions prises par la Région, dans le cadre de ses politiques publiques votées en session plénière.

Bâtiment scientifique : première pierre début 2019

Au lycée Brizeux (750 élèves), la Région engage sur 2 257 m² la construction d'un bâtiment qui regroupera l'ensemble des locaux d'enseignement scientifique, y compris ceux des classes préparatoires. La consultation des entreprises sera lancée cet automne pour que le chantier puisse démarrer en 2019 et être livré avant l’été 2020.

Cette opération, dont la maîtrise d’œuvre a été confiée à SABA Architectes (Saint-Brieuc), sera suivie d’une autre, tout aussi importante : la restructuration et la mise aux normes du bâtiment historique (4 300  m²) qui abrite à la fois des salles des classes, l’espace enseignants,    l’administration et les logements de fonction.

Ce deuxième chantier s’étalera sur deux ans, entre 2020 et 2022.  
Ces deux opérations successives impliquent par ailleurs des travaux annexes : réalisation d’une chaufferie intégrant les besoins énergétiques de la nouvelle construction, aménagements extérieurs périphériques, traitement de l’entrée sur le site, de la cour et des accès au gymnase.
En présence de Rozenn Le Gall, proviseure, la visite de ce jour a permis à l’architecte Dominique Bonnot de présenter au Président de Région, accompagné d’Isabelle Pellerin, Vice-présidente aux lycées, et de Gaël Le Meur, Présidente de la commission éducation et formation, les grandes lignes et étapes de ce projet.

Présence de radon au lycée Brizeux
Diagnostic et mesures correctives mises en œuvre par la Région

La visite de ce jour a aussi été l’occasion de faire le point sur la présence de radon en sous-sol de l’établissement et sur les mesures de ventilation mises en place dès cet été et depuis la rentrée, dans les pièces concernées en rez-de-chaussée.

Le Code de la Santé Publique et le Code du Travail demandent aux propriétaires de bâtiments de limiter l’exposition de leurs occupants au radon, gaz radioactif d’origine naturelle présent dans les sous-sols granitiques et singulièrement en Bretagne où nombre de locaux publics et privés sont concernés par cette problématique.

Conformément à la réglementation, la Région a donc procédé au cours de l’hiver 2017-2018  à une campagne de mesures dans les bâtiments des lycées dont elle est propriétaire en Finistère et Côtes d’Armor. Une campagne de dépistage suivra cet hiver dans les lycées d’Ille-et-Vilaine et du Morbihan, a priori moins exposés. 

En cas de dépassement du seuil de 1 000 becquerel/m3 d’air, le propriétaire est tenu de réaliser un diagnostic technique puis des travaux dits de remédiation pour ramener cette activité au niveau le plus bas possible, et sous 400 Bq/m3.

La Région a reçu en juin les rapports concernant le Finistère et les Côtes d’Armor. Le lycée Brizeux fait partie des 7 établissements présentant, dan quelques zones, un taux supérieur à 1 000 Bq/m3.

En attendant la réalisation d’un diagnostic réglementaire et de travaux de fond, tout propriétaire doit mettre en place des actions simples pour réduire l’exposition dans ses bâtiments. C’est ce qu’a fait la Région au lycée Brizeux : des mesures immédiates de ventilation ont été prises dans les 7 zones concernées, suivies d’une nouvelle séries de mesures pendant l’été.

Dépistage réglementaire en hiver, en période de chauffe

Si les bons résultats des mesures estivales prouvent l’efficacité des actions entreprises, elles ne constituent pas des valeurs de référence car les dépistages réglementaires doivent se faire en hiver, dans les périodes de chauffe des locaux.

Afin de continuer à exploiter les bâtiments concernés, une procédure d’aération quotidienne, avec plusieurs niveaux de renouvellement d’air, a été transmise aux établissements touchés à la rentrée. C’est le chef d’établissement qui organise sa mise en œuvre en lien avec les personnels concernés. Les services de la Région vérifieront cet automne l’efficacité de l’action et son ajustement, si besoin.

Des investigations complémentaires et réglementaires (recherche des voies d’entrée et de sortie du gaz) seront menées cet hiver par un organisme agréé afin que les travaux de remédiation sur les dalles des bâtiments concernés puissent être programmés au printemps 2019,  si nécessaire : ventilation, dépression et étanchéité.

Par précaution, et parce que la campagne estivale n’est qu’indicative et non règlementaire, il a été décidé, au lycée Brizeux, de ne pas utiliser cette année un logement de fonction, utilisé ponctuellement comme logement d’astreinte.

Tags : lycées

Modifié le


Partagez ce contenu