Tro Breizh maritime de Pierre Karleskind
Dernière escale à la criée de Brest

Comme il en a pris l’habitude, Pierre Karleskind, Vice-président de la Région à la mer et aux infrastructures portuaires, s’est lancé cet été dans un nouveau “tro breizh”. Après l’avoir conduit à Erquy, en Cornouaille, à Lorient et dans le Golfe du Morbihan, ce tour de Bretagne s’achève, ce mercredi, sur le port de Brest, par une visite de la criée, entièrement réaménagée depuis octobre 2015. Les investissements alors consentis ont porté leurs fruits : depuis, les transactions ne cessent d’augmenter en valeur et en volumes, et ce n’est pas fini !

Chaque année à cette période, la Région organise un « tro breizh » consacré à la mer et à l’ensemble de ses filières et métiers. Ces visites permettent à Pierre Karleskind d’aller à la rencontre des professionnels, d’échanger avec eux sur leurs projets et préoccupations et de voir comment la Région peut les accompagner dans leur développement.

Ce mercredi, le Vice-président de la Région, accueilli par Jean-Christophe Cagnard, Président de la SAS Criée de Brest,  a souhaité faire le point sur l’activité, en progression, de cet équipement, 3 ans après l’aménagement et la mise en exploitation de la nouvelle halle à marée (2 900 m²), implantée désormais au niveau du 3e éperon.

Objectif : 2 500 tonnes à horizon 2023-2025

Après avoir vu son activité baisser jusqu’en 2014, la nouvelle criée a redressé la barre avec la mise sur le marché de 1 800 t de produits/an –baudroie et araignée principalement-, correspondant à 7,8 M€ de transactions, dématérialisées à 90%.

La criée de Brest peut encore mieux faire : l’objectif est d’atteindre, d’ici 5 à 7 ans, un traitement annuel de 2 500  tonnes, sachant qu’à ce jour, les ventes s’opèrent entre un nombre d’acteurs croissant, 130 bateaux de pêche côtière et 80 acheteurs.

L’équipement (5,1 M€),  financé à 80 % par l’Union européenne, la Région et le Département, et à 30% par la CCI et la SAS gestionnaire, permet aussi de stocker en grandes quantités et en circuit fermé coquillages (10 t) et crustacés (10 t).

Des aménagements en cours (500 000 € de travaux) prévoient d’automatiser davantage les opérations de tri et d’améliorer ainsi les conditions de travail des personnels (10 CDI, 5 à 7 intérimaires et 3 postes à pourvoir). La production de glace va être également  revue et optimisée.

Enfin, cette visite a été l’occasion d’évoquer les travaux engagés par la Région pour prolonger de 15 m le quai du 3e éperon. Un investissement  (2,2 M€) qui ne peut que conforter l’activité de la criée en offrant aux pêcheurs côtiers un plus grand linéaire de débarquement.

Modifié le


Partagez ce contenu