Les films bretons ont la cote dans les festivals !
Après Annecy, la Région a souhaité saluer réalisateurs et producteurs

Déjà sélectionné à Cannes dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs, le film d’animation Ce magnifique gâteau ! vient d’être primé au festival international d’Annecy. Une nouvelle distinction pour le cinéma d’animation breton et la maison de production Vivement Lundi !. Déjà, en mars dernier, lors des César 2018, Les Bigorneaux, écrit et réalisé par Alice Vial dans le nord Finistère, remportait le César du meilleur court métrage. Et il y a eu aussi d’autres sélections à Berlin, Clermont-Ferrand, Cannes et Annecy. Ces mises en lumière témoignent, une nouvelle fois, de la vitalité de la filière que le Conseil régional accompagne dans ses projets, à différents stades. C’est pour saluer cette créativité et ce savoir-faire que le Président Loïg Chesnais-Girard et Jean-Michel Le Boulanger, son Vice-président à la culture, ont invité producteurs et réalisateurs à un temps d’échanges convivial. L’occasion aussi de rappeler l’engagement de la Région au côté des professionnels de la filière (6,5 M€/an).

Région Bretagne

2018 restera, à n’en pas douter, un bon cru pour le cinéma breton, tant par la diversité de sa production, ses récompenses, que par le bon fonctionnement de son écosystème. La Région y est très attentive : tous les films sélectionnés cette année dans les festivals ont bénéficié de son appui financier, via le fonds d’aide à la création cinématographique et audiovisuelle (FACCA).

Plus de 100 projets de création aidés par an

Par ce biais, et en lien avec le Centre national du cinéma et de l’image animée, la collectivité peut accompagner tous types de projets, du scénario jusqu’à la post-production, sur le principe du 2€ Région/1€ CNC). En 2017, ce soutien à la création s’est traduit par une dotation de 3 M€, répartie entre 26 aides à l’écriture, 20 au développement et 66 à la réalisation.

Le dispositif s’adresse aux professionnels bretons et à tous ceux qui souhaitent tourner en Bretagne, sous certaines conditions (embauche de techniciens et comédiens bretons, retombées économiques sur le territoire). La fourchette des aides varie de 3 000 €, pour l’écriture d’un documentaire, à 200 000 €, pour la réalisation d’un long-métrage.

Cette belle année résonne aussi auprès de l’ensemble des professionnels de la filière, réunis au sein de l’association Films en Bretagne (plus de 200 membres), car de nombreux techniciens et comédiens bretons ont travaillé sur ces réalisations.

Parmi une quinzaine de sélections des festivals

> Aux Etoiles du documentaire de la SCAM  (Paris)
- Sur le rebord du monde de Hervé Drezen
- La belle vie de Marion Gervais
- L’affaire du sous-marin rouge d’Hubert Béasse

> À Berlin
- Trois jours à Quiberon d’Emily Atef—Tita B

> À Cannes  
- Plaire, aimer et courir vite, dernier long-métrage de Christophe Honoré, tourné à Rennes et Binic.
- Ultra Pulpe, court-métrage de Bertrand Mandico - Ecce Films, programmé à la Semaine de la Critique

> À Annecy  
- La série TV Le Quatuor à cornes - Vivement Lundi !
- Raymonde ou l’évasion verticale - JPL Films

Tags : Culture

Modifié le


Partagez ce contenu