Covoiturage du quotidien, de proximité et solidaire
La nouvelle plateforme Ouestgo entre en action

Si le covoiturage longue distance, s’appuyant sur des opérateurs privés, connaît un franc succès, l’offre de covoiturage de proximité, pour des déplacements domicile/travail ou à caractère social, est très fractionnée et ne connaît pas le développement escompté. Imaginé par l’État, la Région, le Département du Finistère, les métropoles de Brest, Rennes, Nantes et La Carène Saint-Nazaire Agglomération, en partenariat avec l’ADEME et Mégalis Bretagne, la plateforme ouestgo vient pallier ce manque. Elle a été présentée le 23 mai à Rennes par l'ensemble des partenaires.

Créateur d'image (Caen)

Si le covoiturage longue distance, s’appuyant sur des opérateurs privés, connaît un franc succès, l’offre de covoiturage de proximité, pour des déplacements domicile/travail ou à caractère social, est très fractionnée et ne connaît pas le développement escompté. Parallèlement, une personne en insertion sur deux déclare avoir déjà refusé un travail ou une formation en raison de difficulté de mobilité et 59%
des entreprises ont déjà vu un candidat refuser un poste pour des questions de mobilité(1).

Aussi, depuis juin 2016, la Région Bretagne, le Département du Finistère, Rennes Métropole, Nantes Métropole, Brest Métropole, la CARENE St-Nazaire Agglomération et l’Etat (DREAL Bretagne), soutenus par l’ADEME, portent-ils collectivement le projet Ouestgo. L’enjeu est ici de développer le covoiturage de proximité à l’échelle de leur territoire dans des perspectives d’aménagement du territoire, de développement durable et de cohésion sociale en :

  • fournissant une offre de transport complémentaire là où les réseaux de transports collectifs ne peuvent pas être développés pour les déplacements de proximité,
  • agissant pour un aménagement et un développement durable du territoire (attractivité du territoire) en favorisant la pratique du covoiturage à l’échelle locale et sur la part essentielle des déplacements (déplacements du quotidien et déplacements aux heures de pointe),
  • agissant pour la cohésion sociale en proposant des solutions de mobilité inclusives (gratuité, visibilité) qui offrent des solutions de déplacements aux personnes éloignées de la mobilité (personnes âgées, personnes en situation d’exclusion, jeunes, clientèle non solvable pour les services marchands).

La plateforme Ouestgo est :

  • publique, en l’absence d’un modèle économique pour le covoiturage quotidien, en lien avec les politiques publiques de transport et d’aménagement pour l’optimisation des infrastructures, mais aussi des politiques d’insertion, pour le retour à l’emploi via la mobilité,
  • mutualisée sur le Grand-Ouest afin de partager les coûts de développement et de gestion et faisant appel à une base de données unique pour atteindre une masse critique pertinente et éviter la fragmentation des offres,
  • gratuite pour les utilisateurs afin de développer le covoiturage au quotidien, courte distance ou pour les publics en insertion,
  • conçue autour de fonctionnalités de réseau social pour que les utilisateurs puissent constituer des communautés et faire leur propre animation et communication en réseau,
  • pensée comme un outil d’animation pour les collectivités afin qu’elles puissent promouvoir la pratique, inciter au covoiturage selon leurs compétences et enjeux, et proposer la possibilité d’un service d’accompagnement personnalisé et humanisé à leur citoyens,
  • développée sous licence libre (opensource) pour qu’elle soit évolutive, collaborative, s’adapte aux nouvelles demandes et puisse être essaimée sur d’autres territoires,
  • interopérable avec les outils de transports publics pour permettre l’usage combiné des différents modes de transport et la complémentarité de l’offre.

Modifié le


Partagez ce contenu