Les métiers d’art sont partout en Bretagne
Un potentiel fort qui reste à structurer

Combien les métiers d’art comptent-ils de professionnels en Bretagne, quels sont leurs besoins en matière d’accompagnement, comment mieux assurer leur visibilité et leur notoriété ? Voici tout l’enjeu de la convention actée par la Région et la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat de Bretagne en 2017. C’est à La Gacilly, commune connue pour accueillir de nombreux artisans d’art, que Loïg-Chesnais Girard, Président de la Région Bretagne, et Louis Noël, Président de la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat, ont présenté l’une des premières actions mises en œuvre dans ce cadre : une étude pour mieux identifier les professionnels et connaître leurs besoins. Étaient présents à leur côté Jean-Michel Le Boulanger, Vice-président de la Région à la culture et la démocratie régionale, Catherine Saint-James, Conseillère régionale en charge des métiers d’art, et Jacques Rocher, Maire de La Gacilly.

Région Bretagne

En Bretagne, les métiers d’art disposent d’un fort potentiel avec une offre de qualité susceptible de répondre à des aspirations très contemporaines (objets uniques, fabrication locale, de qualité). Malgré un nombre croissant de personnes attirées par ces professions, en particulier dans le cadre de reconversion, le secteur souffre d’un manque de structuration et de visibilité, avec des artisans souvent isolés, difficiles à identifier.

En vue de développer et coordonner leurs actions au profit de la profession, la Région et la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat se sont rapprochées. Elles ont acté, en décembre 2017, une convention et créé une cellule régionale dédiée à la structuration collective de la filière(1), destinée à accompagner les professionnels du secteur en Bretagne.

Un recensement des professionnels

Le premier objectif assigné à la cellule est de parvenir à identifier les professionnels et les problématiques auxquelles ils sont confrontés. Un recensement qui s’avère complexe compte tenu de la diversité des statuts pour lesquels ils optent (artiste, artisan, micro-entreprise, profession libérale…).

Pour lancer cette enquête, le 17 mai à La Gacilly, la Région Bretagne et la CRMA s’associent aux Ateliers d’Art de France (syndicat professionnel de la filière créé en 1868), l’INMA (Institut National des Métiers d'Art), des professionnels de Bretagne, et l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne. L’idée est de mobiliser en nombre en répertoriant les professionnels présents en Bretagne, leur répartition sur le territoire, l’existence de dynamiques territoriales, les manifestations dédiées aux métiers d’art…

L'enquête est en ligne sur le site de la CRMA Bretagne. Tous les professionnels des métiers d'art en Bretagne sont invités à y répondre et à se faire connaître.
Les résultats de cette enquête, attendus pour septembre prochain, devront être établis de manière pérenne avec une mise à jour régulière.

Les premiers dispositifs d’aide
Présence renforcée dans les salons et événements

La convention résulte des réflexions menées, depuis 2016, au sein d’un groupe de  travail piloté par Jean-Michel Le Boulanger, Vice-président de la Région à la culture et la démocratie régionale, Catherine Saint-James, Conseillère régionale en charge des métiers d’art.
Très vite sont apparus des besoins et la Région a souhaité y apporter une première réponse avec la mise en place de deux dispositifs d’aide :
  • soutien aux manifestations dédiées aux métiers d'art en Bretagne ;
  • Soutien aux déplacements collectifs des professionnels vers des manifestations ailleurs en France.

Structuration de la filière en Bretagne

À compter de 2019, sur la base des premiers résultats obtenus via l’enquête, la cellule de préfiguration poursuivra de nouveaux objectifs :
  • Renforcer la structuration du secteur en Bretagne et sa capacité d’action collective : il s’agira de mettre en réseau les professionnels, à l’échelle locale et régionale, d’appuyer les démarches déjà initiées autour d’associations, manifestations, savoir-faire… (et identifiées grâce à l’enquête). Construite en concertation avec les professionnels, cette structuration devra permettre d’envisager le secteur dans une logique globale de filière : depuis les enjeux de formation initiale, d’entrée dans les métiers, de production jusqu’à la commercialisation et la transmission de savoirs.
  • Améliorer la notoriété des savoir-faire et des professionnels : il s’agit ici de renforcer la notoriété des métiers d’art, des professionnels et de leurs offres mais aussi, d’informer les professionnels, eux-mêmes, des initiatives engagées en leur faveur via la mise en œuvre d’une stratégie et d’outils de promotion,
  • Encourager les coopérations entre professionnels : nombre d’artistes et artisans des métiers d’art travaillent déjà avec les professionnels du patrimoine et de la culture ou avec des designers. Ces coopérations doivent être encouragées pour favoriser les innovations artistiques & techniques ainsi que la promotion et la transmission des savoir-faire.

Les contours de la convention

Établie en décembre 2017 pour 18 mois entre la Région et la CRMA, la convention est dotée d’une subvention régionale de 50 000 € pour l’année 2018. La CRMA financera pour sa part l’enquête à hauteur de 12 500 €. La CRMA a créé un emploi équivalent temps plein à cette mission en janvier pour assurer les mission de la cellule de préfiguration. Un comité de pilotage a également été mis en place. Composé de la Chambre de métiers & de l’artisanat, de la Région Bretagne, de professionnels des métiers d’art, d’organisations représentatives du secteur, il constitue le lieu d’échanges des orientations à prendre par la cellule régionale et de suivi des travaux en cours. Il s’est réuni pour la première fois le 18 avril dernier.


(1) à l’image du cluster initié par le Département à l’échelle du Morbihan mais abandonné suite à la fin de la clause générale de compétences apportée par la loi NOTRe.