Renforcer les centres-villes et bourgs ruraux
Les partenaires officialisent leur soutien au projet d’étude de Plougonven

En octobre dernier, dans le cadre d’une démarche novatrice, l’État, la Région Bretagne, l’Établissement public foncier de Bretagne et la Caisse des Dépôts, annonçaient les résultats de l’appel à candidatures “dynamisme des centres villes et bourgs ruraux”. Qu’ils soient à un stade d’études ou de travaux, les 60 projets innovants soutenus, portés par des communes, visent à réinventer les centres pour les adapter aux changements de mode de vie de leurs habitants et renforcer leur attractivité. Après Pipriac, Guéhenno et Jugon-les-Lacs, les partenaires signent le protocole qui fixe les modalités de leur soutien au projet de Plougonven, qui figure parmi les 25 dossiers retenus en phase “étude”. À cette occasion, Yvon Le Cousse, Maire de Plougonven, et Thierry Piriou, Président de Morlaix Communauté, ont présenté l’ambition qu’ils portent. Les partenaires étaient représentés par Gilles Quénéhervé, Sous-préfet de Morlaix, Laurence Fortin, Vice-présidente de la Région Bretagne à l’aménagement du territoire, Myriam Abassi, Directrice régionale adjointe de la Caisse des Dépôts, et Dominique Ramard, Président de l'Établissement public foncier de Bretagne.

L’État, la Région, l’Établissement public foncier (EPF) de Bretagne et la Caisse des dépôts sont convaincus du rôle moteur des centres-villes et centres-bourgs dans la cohésion territoriale et l’accompagnement des transitions, écologiques et numériques, notamment. Mais ces centres sont, pour nombre d’entre eux, confrontés à des défis multiples en termes d’habitat, de commerce, d’aménagement… Elles doivent s’adapter aux nouveaux modes de vie de leurs habitants pour se renforcer.

C’est en ce sens que les quatre partenaires ont lancé, voilà un an, 2 appels à candidatures pour soutenir les communes désireuses de réinventer leur centre par des programmes d’intervention globale : le 1er concernait les villes, le 2nd les bourgs ruraux.

Les 60 projets retenus recevront un soutien global de près de 29 M€. Parmi eux, 25 projets sont en phase études -16 pour les bourgs (456 000 €) et 9 pour les villes (315 000 €) et chacun fait l’objet d’un protocole d’une durée de 12 mois signé avec l’État, la Région, la Caisse des Dépôts et l’Établissement public foncier de Bretagne. Après Pipriac en Ille-et-Vilaine, Guéhenno dans le Morbihan et  Jugon-les-Lacs dans les Côtes-d’Armor, c’est le projet de Plougonven dans le Finistère qui est officialisé ce 15 mars.

Pour Plougonven, l’enjeu est double :

  • permettre au bourg principal de retrouver sa vocation de centre d'attraction,
  • lutter contre un développement résidentiel essentiellement fondé sur l'extension urbaine, consommatrice d'espaces agricoles.

Le projet de Plougonven

Bourg rural, Plougonven a été construit de manière resserrée autour de son enclos paroissial datant des XVe et XVIe siècles, aujourd’hui classé et très visité. Par ailleurs, des choix d’aménagements successifs - tels que la voie express, le contournement de Morlaix par le Nord…-, ont conduit à son enclavement. De plus, du fait du large territoire couvert par Plougonven et de sa proximité immédiate avec Morlaix, la population est davantage attirée par les centres commerciaux et services voisins. Le sentiment est aujourd’hui répandu dans la population que le bourg a perdu son rôle de pôle d’équilibre.

L’ambition de la commune, à travers cette étude, est donc de faire « renaître » ce bourg via une réflexion collective globale, partagée par les habitants.

L’étude devra permettre notamment de :

  • recenser les attentes et besoins des différentes catégories de la population en termes de logements, commerces, services, activités…
  • établir un diagnostic et faire des propositions de structuration du commerce de centre-bourg,
  • dresser un diagnostic et programmer la restauration de l’église de l’enclos paroissial…

Elle permettra ensuite d’engager un plan d’actions portant sur :

  • l'adaptation des espaces publics, voieries, cheminements doux, places, afin de renforcer les liaisons entre les différents pôles du bourg (logements, commerces, enclos paroissial, équipements de services et de loisirs, école),
  • la densification du cœur de bourg en logements adaptés aux familles, aux personnes âgées, aux personnels et patients du centre hospitalier de Guervénan,
  • la redynamisation du commerce (restructuration des commerces sur le périmètre de proximité),
  • la restauration de l'église classée Saint-Yves, élément essentiel de l'enclos paroissial.

Le financement du projet

Les partenaires ont prévu de soutenir l’étude -dont le montant total est estimé à près de 70 000 €- à hauteur de 59,6% (41 500 €) répartis entre la Caisse des Dépôts (34 500 €) et l’établissement public foncier (7 000 €). La commune autofinancera son projet à hauteur de 28 210 €.
La Région, pour sa part, proposera son expertise. Elle intervient financièrement sur les projets en phase travaux.

7 autres projets retenus dans le Finistère

Au côté de Plougonven, 7 autres communes (4 bourgs et 3 villes) ont vu leur candidature retenue au stade “études” :

  • Plogonnec (3 112 habitants - 13 000 €),
  • Plouezoch (1 651 habitants - 34 140 €),
  • Poulderguat (1 222 habitants - 22 000 €),
  • Tourc’h (1 027 habitants - 45 000 €),
  • Châteauneuf-du-Faou (3 704 habitants - 35 000 €),
  • Rosporden (5 778 habitants - 50 000 €),
  • Saint-Martin-des-Champs (4 609 habitants - 35 500 €).

Victoires des Acteurs Publics 2018

Le caractère novateur de cet appel à candidatures multi-partenarial a été salué par Acteurs publics : jeudi 8 février, les partenaires se sont vus remettre à l’Assemblée nationale, la Victoire des Acteurs Publics 2018 dans la catégorie "Territoires durables".

Retour sur les résultats de l’appel à candidatures :

De 415 habitants pour la plus petite (Mellionnec) à 45 200 pour la plus grande (Saint-Brieuc), 39 bourgs et 21 villes, communes urbaines, littorales ou rurales... : le profil des communes est très varié. Et les projets le sont tout autant...
Les collectivités candidates étaient invitées à élaborer des projets répondant aux usages des habitants avec des activités économiques diversifiées, des commerces, renforçant le lien social, avec une politique culturelle et patrimoniale ambitieuse, avec un habitat adapté aux parcours résidentiels, aux enjeux de mixité sociale et générationnelle, une bonne accessibilité… Il s’agit de construire des démarches croisant l’ensemble des enjeux auxquels elles sont confrontées.
Lors de l’examen des candidatures, les partenaires ont été attentifs à plusieurs éléments : la qualité du pilotage et la co-production du projet avec les acteurs du territoire (dont les habitants), son approche intégrée (transversalité, création de lien), et sa cohérence, notamment au regard des autres actions entreprises sur le territoire.
Les 4 partenaires ont également porté un regard appuyé sur le caractère innovant et expérimental des opérations. L’idée est de tester de nouveaux modèles de développement, qui puissent être utiles à tous les territoires.