45es Olympiades des métiers en Bretagne
Zoom sur 4 candidats en préparation

Alors que les sélections régionales des 45es Olympiades des métiers débuteront dans 3 semaines à Saint-Brieuc, nous vous proposons de faire connaissance avec 4 candidats, qui nous parlent de leur parcours et de leur préparation. Ils s’appellent Camille, Marie, Morgan, Thibault, et participeront pour la première fois à ces deux jours et demi de concours et de découverte des métiers, au cours desquels 200 jeunes apprentis, lycéens, salariés ou demandeurs d’emploi bretons de moins de 21 ans mettront en compétition leurs talents.

Camille, Marie, Morgan et Thibault participent tous les 4 aux sélections régionales des 45es Olympiades des métiers - DR

Marie, 19 ans, Landivisiau / Châteaulin

Née à Landerneau le 2 février 1999, Marie aura tout juste 19 ans lorsqu’elle concourra aux sélections régionales dans la catégorie “pépinière - horticulture”. La lycéenne, en Terminale Bac Pro “Production horticole” au lycée de l’Aulne à Châteaulin, est d’abord passée par l’enseignement général puis par une Seconde en aménagement paysager avant de s’orienter vers l’horticulture. Ces acquis seront un plus pour la jeune fille qui se verrait bien poursuivre, dès l’an prochain, par un apprentissage vers le métier de fleuriste. Un métier auquel elle rêvait enfant, puis qu’elle avait oublié avant qu’il ne lui revienne en tête, comme une évidence.

Sa participation aux Olympiades des métiers, c’est le Directeur d’exploitation du lycée de l’Aulne, Stéphane Corre, qui l’y a encouragée. Et Marie se prête au jeu. Cette compétition constitue, pour elle, un bel atout pour sa vie professionnelle future, une expérience “en plus” qui pourrait faire la différence sur le CV et lui permettre de se faire connaître.

Côté préparation, pas de stress. Mais, au-delà des apprentissages du quotidien, la lycéenne profite de temps dédiés, depuis la semaine dernière. Des enseignements spécifiques avec Stéphane Corre pour apprendre à utiliser au mieux les machines, parfaire ses connaissances, bien comprendre tous les rouages du concours et de l’organisation pour ne pas avoir de surprise le jour J. 

Marie, qui se dit curieuse et créative, ne s’est pas fixé d’objectif précis en termes de résultat. La pression montera peut-être à l’approche des épreuves, mais pour le moment elle se dit plutôt sereine.

Morgan Lemonnier, Fougères / Saint-Malo

Étudiant en 2e année de BTS MS comme “Maintenance des systèmes” (option système de production), Morgan est étudiant au lycée Jean Guéhenno de Fougères. Originaire de Saint-Malo, le jeune homme de bientôt 20 ans (23/04/1998) souhaite retourner dans la cité corsaire. Il y a déjà obtenu son BAC pro au lycée Maupertuis et compte bien intégrer, à la rentrée prochaine, la licence pro “gestion de la maintenance” à l’IUT, rue de La Croix Désilles.

Quand on lui demande pourquoi il a choisi cette voie, Morgan n’hésite pas une seconde : il adore la mécanique de précision et l’électricité. Et ce qui l’intéresse d’autant plus dans les métiers de la maintenance, c’est la polyvalence et l’idée que deux journées de travail ne se ressemblent pas. 

Après que ses professeurs aient présenté les Olympiades des métiers en classe, il a très vite eu l’envie et l’idée de s’inscrire aux épreuves de “Maintenance Industrielle - mécatronique”. Se confronter aux autres candidats, montrer de quoi il est capable en venant à bout des épreuves et faire en sorte que tout fonctionne –puisque l’une des épreuves consiste à détecter et réparer une panne- : c’est un défi que Morgan souhaite relever. Et il est convaincu que cette expérience lui servira  et qu’il pourra la valoriser devant ses futurs employeurs.

La particularité de l’épreuve “maintenance industrielle - mécatronique”, c’est qu’elle se dispute en binôme, c’est donc au côte de Marie-Christine Beldjilali, étudiante elle aussi en 2e année de BTS à Jean Guéhenno, qu’il tentera de décrocher son ticket pour les épreuves nationales. C’est l’objectif qu’il s’est fixé…

Actuellement en stage à la TIMAC à Saint-Malo, il se prépare tous les jours au concours à travers les missions quotidiennes qui lui sont confiées : automatisme, câblage -compliqués à souhait-, électricité… tout est réuni. Il consacrera par ailleurs plusieurs jours, à l’issue de son stage, pour s’entraîner spécifiquement avec sa binôme au sein de leur établissement. S’il a conscience qu’il lui reste encore un peu de préparation à faire, Morgan, curieux et volontaire, se dit relativement confiant. Il ne doute pas que le stress montera progressivement au cours des semaines à venir...

Camille Gosselin, Trévérec / Guidel

Au moment de faire un choix sur son orientation, Camille se dit que, faire des pâtisserie avec sa mère, elle a toujours aimé cela mais voudrait-elle en faire son métier ? Pour s’en assurer, elle effectue plusieurs stages de découverte et là, plus de doute… Alors elle se lance. Elle obtient un CAP pâtisserie au lycée de La Closerie à Saint-Quay-Portrieux puis réalise une mention complémentaire à Ploufragan. Aujourd’hui, Camille est en 2e année de BTM (Brevet Technique des Métiers). Elle alterne les enseignements au CFA de Ploufragan et les périodes d’apprentissage à la boulangerie pâtisserie Claire & Romain à Guidel.

Les concours, il y a longtemps qu’elle y pense, sans jamais avoir oser se lancer. Mais, alors qu’elle est en dernière année de formation, elle se dit que les Olympiades seront un bon exercice, une super préparation pour ses examens de fins d’étude. Sans vraiment savoir à quoi s’attendre, elle se dit très attirée par l’ambiance des concours.

Côté préparation, la période de Noël à la pâtisserie Claire & Romain aura été un bon entraînement. Autant dire que pendant ces quelques semaines de fête, elle n’a pas chômé… Mais elle adore ça et ne compte pas ses heures. Maintenant qu’elle a en main les sujets des Olympiades(1), elle va intensifier sa préparation, rester après le travail pour s’entraîner dans l’atelier de son maître d’apprentissage à qui elle n’hésitera pas à demander des conseils. Et puis, quelques jours avant les Olympiades, elle retournera au CFA où elle aura droit, là aussi, à une préparation spécifique.

Rigoureuse et déterminée, Camille ne s’est pas fixé d’objectif précis en termes de résultats. Elle sait qu’elle aura face à elle quatre autres candidats, dont deux qu’elle connaît bien puisqu’ils sont au CFA avec elle… Ce qui n’est sûrement pas étranger au stress qu’elle commence à ressentir.    

(1) Pour 3 des épreuves (pâtisserie, jardin-paysage et cuisine), les candidats ont connaissance des sujets quelques semaines à l’avance car il ne serait pas possible de réaliser la préparation et les recherches nécessaires durant les 2 jours et demi d’Olympiades.

Thibault Guillemot, Landaul / Aucaleuc

Thibault aura 20 ans en septembre, et ce sont aussi ses  stages de découverte des métiers qui l’ont aidé à choisir son orientation : pour lui, ce sera la carrosserie voitures, il a « tout de suite accroché ». Après avoir obtenu son CAP au centre de formation de la Chambre des métiers de Vannes, il intègre le CFA d’Aucaleuc où il est actuellement en Terminale Bac pro Réparation des carrosseries. Il partage son temps entre le CFA et son entreprise d’accueil, la carrosserie Justom à Landaul. Il souhaite poursuivre l’an prochain par une mention complémentaire, un CQP carrossier-peintre.

Alors que l’un de ses enseignants lui propose de s’inscrire aux Olympiades des métiers dans la catégorie Réparation des carrosseries, Thibault hésite. Mais son maître d’apprentissage, qui a lui aussi participé aux Olympiades il y a quelques années, finit par le convaincre.

Et il ne regrette pas. Pour lui, les épreuves sont déjà passées. En effet, pour des questions de logistique et de coût (cabine de peinture…), les épreuves de carrosserie ne se déroulent pas en même temps que les autres à Saint-Brieuc, mais sont organisées en amont, dans un établissement (le CFA d’Aucaleuc, les 12 et 13 décembre 2017). Des démonstrations sont toutefois prévues au cours de la manifestation des 8, 9 et 10 février.

Thibault est très satisfait de l’expérience offerte par les Olympiades. Son maître d’apprentissage lui avait dit : “va là-bas pour t’amuser, découvrir, c’est une super expérience, tu n’as rien à perdre”.

Et il ne regrette pas, cela lui a permis d’apprendre d’autres techniques, de travailler autrement et de découvrir de nouvelles facettes de sa personnalité : durant les épreuves, il s’est rendu compte de sa capacité à pousser son travail pour rechercher la perfection. Le jeune homme est aujourd’hui dans l’attente des résultats mais il est d’ores et déjà satisfait de sa prestation : il a tenu les délais, cela s’est bien passé et il est content de son travail.

 

Les Olympiades des métiers en Bretagne du 8 au 10 février à Saint-Brieuc

Organisées tous les 2 ans depuis 70 ans, les Olympiades des métiers sont une compétition internationale WorldSkills qui permet à de jeunes professionnels ou en formation de mesurer leurs savoir-faire dans plus de 50 métiers.

Alors que près de 60 pays participent à ces “Jeux Olympiques des métiers”, la Région Bretagne organise pour la 7édition consécutive les sélections régionales, l’une des trois étapes du concours.  Les meilleurs de chaque concours régional se retrouveront à Caen, du 28 novembre au 1er décembre 2018. Ils tenteront de gagner leur place dans la “Dream Team” France dont les équipiers participeront aux ultimes étapes : la compétition mondiale -à Kazan en Russie, du 29 août au 3 septembre 2019– ou européenne -à Graz, en Autriche, du 16 au 20 Septembre 2020-.

Plus qu’un concours, plus qu’un salon de l’orientation : un véritable spectacle !

Évalués par un jury de 130 professionnels et enseignants, les 200 candidats promettent de donner le meilleur d’eux-mêmes pour décrocher la médaille d’or du concours régional, le précieux sésame permettant d’accéder aux épreuves nationales. Mais pas seulement… Ils sont aussi des passionnés de leur art et ils vont s’appliquer, pendant ces 2,5 jours d’épreuves, à démontrer toute la richesse du métier qu’ils ont choisi et à transmettre ce qui les fait vibrer.

Avec 15 000 m² de stands sur lesquels s’affairent, durant 20h d’épreuves, ces 200 jeunes talents, c’est un véritable spectacle qui est offert au public : ici, on voit naître un jardin aménagé, là une robe et une veste, à quelques pas de là, la carrosserie d’une voiture est refaite à neuf, plus loin, ce sera les productions de pâtisseries ou d’un menu complet qui attireront les plus gourmets et l’on pourra aussi s’attarder près des chaudronniers qui, en 2016, avaient dû façonner une hydrolienne... 

Un bel outil de promotion des métiers et des savoir-faire

Les sélections régionales, ouvertes au grand public, sont une belle opportunité de faire découvrir à des milliers de visiteurs (ils étaient 13 000 à Saint-Brieuc en 2016), des métiers parfois peu ou mal connus à travers ces réalisations en direct. Un espace d’informations sur les formations ad hoc est également à disposition sur site.

Les Olympiades sont donc un bon outil pour informer la jeune génération et prévoir la relève. Aussi, la Région a-t-elle invité près de 9 000 collégiens à venir assister à l’événement.

C’est aussi, pour les professionnels qui voient leurs jeunes salariés ou apprentis participer ou revenir médaillé, un bel argument de promotion de la qualité de leurs savoir-faire.

Toutes les informations sont sur le site www.olympiades-des-metiers.bzh où sont également mises à votre disposition des photos (rendez-vous dans l’espace presse)