Conférence bretonne de la transition énergétique
Forte mobilisation des acteurs bretons

Le Préfet de la région Bretagne, Christophe Mirmand, et le président du Conseil régional de Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, ont réuni, mercredi 29 novembre, la Conférence bretonne de la transition énergétique. L’instance de concertation, autrefois dédiée aux questions électriques, associe dorénavant de nouveaux acteurs, en impliquant plus fortement les territoires et la société civile, et en intégrant tous les champs de la transition énergétique : habitat, agriculture, qualité de l’air, mobilité, adaptation au changement climatique, etc. Ce nouveau format s’illustre à travers une nouvelle identité visuelle : Ambition Climat Énergie.

Un bilan électrique et énergétique régional contrasté en 2016

Alors que la consommation énergétique en Bretagne augmentait constamment depuis plusieurs années, le bilan 2016 fait apparaître une stabilisation globale. Et les sources d’énergies les plus polluantes, les produits pétroliers, sont de moins en moins utilisées (-23 % en 15 ans).

Dans le logement aussi, les consommations baissent, grâce à la mobilisation des acteurs de la rénovation de l’habitat, via les Plate formes locales de rénovation de l’habitat (PLRH) et grâce aux aides financières locales et nationales (programme « Habiter Mieux » de l’Agence nationale de l’amélioration de l’habitat (ANAH), Eco PTZ et Crédit d’impôt pour la transition énergétique).
Parallèlement, le bilan souligne les difficultés rencontrées pour développer massivement les énergies renouvelables en Bretagne, en particulier l’éolien terrestre.

Aujourd’hui, la région reste en situation de forte dépendance électrique : en 2016, la production d’électricité couvrait seulement 14,8 % de la consommation, dont 11 % issus d’énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse et marémotrice).

Des chantiers qui avancent pour répondre au contexte énergétique breton

Un point a été fait sur les chantiers lancés en 2016 pour répondre aux enjeux de la transition énergétique en Bretagne :

  • le lancement du schéma régional biomasse : élaboré par l’État et le Conseil régional, il vise à mobiliser la biomasse à des fins énergétiques, tout en respectant ses autres usages. Le public est associé à son élaboration et peut faire part de ses observations à l’adresse suivante : contribution-srb@developpement-durable.gouv.fr ;
  • le travail collaboratif mené pour contribuer à une nouvelle feuille de route pour l'éolien terrestre à l’horizon 2030, pour laquelle une consultation des membres de la Conférence est en cours jusqu’au 15 février 2018  ;
  • la mise en service du filet de sécurité Calan (56) - Plaine Haute (22). Cette nouvelle ligne électrique souterraine de 250 000 volts, réalisée par RTE, est un des projets indispensables pour sécuriser l’alimentation électrique du territoire, particulièrement au nord et en centre Bretagne, et accueillir la production d’énergies renouvelables.

Passage de l’hiver 2017-2018

La gestion de la sécurité électrique pour l’hiver 2017-2018 s’annonce moins tendue que pour le précédent. La meilleure disponibilité du parc nucléaire, la progression des énergies renouvelables au niveau national et la contribution plus importante des interconnexions européennes permettent de garantir un approvisionnement maîtrisé jusqu’à 5°C en dessous des températures de saison, au plus fort de l’hiver. Toutefois, la vigilance reste de mise pour maîtriser la consommation électrique en période froide, mais également tout au long de l’année. Des outils sont mis à disposition du grand public pour bien comprendre l’approvisionnement énergétique de la Bretagne et contribuer à la sécurisation du réseau :

  • Écowatt et Éco2mix, applications imaginées par RTE, pour être alerté sur les pics de consommation, mettre en place des éco-gestes adaptés et s’informer à tout moment sur le mix et la consommation électrique ;
  • Trak O’Watts, mis en place par l’État, l’ADEME et la Région, en partenariat avec le réseau des Espaces Info Energie, pour devenir acteur de sa consommation énergétique et faire des économies en adoptant les bons gestes au quotidien ;
  • Rénov’habitat Bretagne, réseau public de proximité porté par l’État, l’ADEME et la Région, pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique dans son habitation.

Perspectives à l’horizon 2040

Dans une dynamique de co-construction avec ses partenaires, la Conférence s’engage dans deux nouveaux chantiers en 2018 : l’élaboration de scénarios prospectifs sur le mix énergétique breton à l’horizon 2040 et la construction d’un « pacte (bio)gazier breton ». Ces travaux seront intégrés à la Breizh COP portée par le Conseil régional de Bretagne, pour construire un nouveau projet durable de territoire et accélérer les transitions.

L’ensemble des présentations est disponible sur le site : www.ambition-climat-energie.bzh.

L’éolien à l’honneur : vers une feuille de route à horizon 2030

En 2017, le groupe de la Conférence bretonne de la transition énergétique en charge de l’éolien, composée de 10 structures impliquées dans ce domaine, a été missionné pour identifier les enjeux et leviers nécessaires pour relancer l’éolien terrestre, qui connaît actuellement un ralentissement. À ce jour, la production est de 1 000 MW ; l’objectif de 1 800 MW en 2020 ne sera donc pas atteint.

Sur la base de leur expertise et de l’audition d’une trentaine d’acteurs clefs, le groupe a proposé et partagé une contribution soumise à consultation jusqu’au 15 février 2018. L’objectif est d’en faire une feuille de route bretonne et de susciter l’engagement collectif des acteurs à l’horizon 2030. L’implication citoyenne, le développement d’un modèle durable de l’éolien et la promotion d’une filière industrielle et innovante sont les trois axes de ce projet.

Parmi les actions déjà lancées, un outil de concertation locale pour les maires qui accueillent un projet de parc éolien est disponible sur ambition-climat-energie.bzh : le film « l’éolien en Bretagne par ses habitants et ses territoires ».

À propos de la Conférence bretonne de la transition énergétique

La conférence bretonne de l’énergie, installée en 2010 dans le prolongement du Pacte électrique breton (maîtrise des consommations, production d’enr et sécurisation de l’approvisionnement), a changé de nom en décembre dernier. Co-présidée par l’État et la Région, cette instance de concertation réunit, une à deux fois par an, tous les acteurs de l’énergie en Bretagne : élus et parlementaires, opérateurs, représentants professionnels des énergies renouvelables, CESER, réseau économique et associatif.

Tags : Énergie

Modifié le


Partagez ce contenu