Consultation PAC post 2020
Vers une contribution bretonne partagée

Après avoir consulté les Bretons, sous différentes formes, sur l’avenir de la Politique agricole commune (PAC), entre le 18 septembre et le 15 octobre, la Région a organisé une réunion de restitution à Pontivy, le 3 novembre. À cette occasion, Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne, et son Vice-président à l’agriculture, Olivier Allain, ont salué la qualité des discussions et présenté les convictions, volontés et consensus ressortis de ces échanges. Ces derniers viennent nourrir la contribution que la Région Bretagne soumettra au vote de son assemblée, les 14 & 15 décembre prochains, avant de l’adresser à la Commission européenne.

Jean-Yves Gautier

Quelles mesures la politique agricole commune (PAC) doit-elle inclure pour garantir un revenu stable et décent ainsi qu’une activité pérenne aux agriculteurs ? Comment la PAC peut-elle répondre aux enjeux sociétaux ? Alors que la politique agricole commune d’après 2020 se construit aujourd’hui, c’est autour de ces deux principales questions que la Région a invité professionnels et grand public à débattre.

À travers cette consultation, la Région souhaitait enrichir la première contribution qu’elle avait adressée à la Commission européenne en juin dernier, dans le cadre de la consultation publique lancée sur la “modernisation et la simplification de la PAC”. Elle y présentait les grandes lignes de sa réflexion en faisant notamment valoir que la PAC ne permet plus, dans sa forme actuelle, d’atteindre deux des objectifs qui lui sont assignés : assurer la stabilité des marchés et un revenu équitable aux agriculteurs.

Une consultation riche

350 participants aux quatre réunions publiques organisées, entre le 25  et le 28 septembre, à Pleyben, Quintin, Baud et L’Hermitage, une centaine de contributions recueillies sur la plateforme internet                                atelier.bretagne.bzh, des auditions d’organisations professionnelles le 5 octobre : malgré la technicité du sujet, la mobilisation a été importante et a permis de mettre en avant de nombreux point de consensus dans une région où agriculture et agro-alimentaire restent deux piliers de l’économie !

Des points de consensus :

  • La nécessité d'avoir une PAC lisible, accessible ;
  • Le renforcement de la dimension alimentaire de la PAC ;
  • Un budget conséquent à la hauteur des objectifs ;
  • La reconnaissance de la bonne gestion du 2nd pilier par la Région ;
  • La nécessité de développer une définition de l'agriculteur actif et d'y conditionner les aides directes plafonnées et orientées vers la production ;
  • Le renforcement du paiement redistributif ;
  • La volonté d'orientation de la PAC vers la gestion des risques ;
  • Une simplification intelligente dans la mise en œuvre de la PAC,
  • Une meilleure organisation des producteurs,
  • Le renouvellement générationnel ;
  • La cohabitation des différents modes de production,
  • Le renforcement du 2nd pilier ;
  • L’anticipation des évolutions sociétales ;
  • Le changement climatique ;
  • La réduction de la pénibilité du travail.

Une proposition soumise à la Commission européenne

Les différents échanges ont alimenté la contribution bretonne qui sera soumise au vote de l’assemblée régionale, les 14 & 15 décembre prochains. Cette contribution régionale fera ensuite l’objet d’une large diffusion auprès des acteurs français et européens, afin de recueillir l’adhésion du plus grand nombre et peser dans les débats à venir.

 

Modifié le


Partagez ce contenu