Un nouveau dispositif de soutien en faveur des filières pêche et aquaculture du Pays de Saint-Brieuc
Développement local mené par les acteurs locaux (DLAL)

Ce mardi 10 octobre à Saint-Quay-Portrieux, Pierre Karleskind, Vice-président de la Région à la mer et aux infrastructures portuaires, et Joseph Le Vée, Président du Pays de Saint-Brieuc, ont lancé le dispositif DLAL, comme “Développement local mené par les acteurs locaux”. Extrait du FEAMP, ce nouveau dispositif financier vise à accompagner des projets structurants pour le territoire et s’appuyant sur les filières pêche et aquaculture. Étaient également présents Thierry Simelière, Délégué du Bureau du Pays de Saint-Brieuc chargé de la mer et du littoral, ainsi que Gaëlle Nique, Conseillère régionale référente pour le Pays de Saint-Brieuc.

Pierre Karleskind, Joseph Le Vée, Président du Pays, et Thierry Simelière, Maire de Saint-Quay-Portrieux

Accompagner des projets collectifs et innovants pour renforcer et développer les filières pêche et l’aquaculture

Le dispositif DLAL, c'est, en Bretagne, une enveloppe de plus de 17 M€ : 8,5 M€ extraits du fonds européen FEAMP (Fonds Européens pour les Affaires Maritimes et la Pêche), 8,5 M€ de subvention nationale et d’autofinancement public. Il est destiné à soutenir, des projets définis localement, par et pour les acteurs locaux (professionnels, collectivités, associations, établissements scientifiques et de formation).

Lors de la précédente génération, ce dispositif a, par exemple, permis de financer en région des actions aussi diverses que l’identification des sources de pollution des eaux des bassins conchylicoles, le développement de circuit de vente et de valorisation des produits de la mer, la valorisation des métiers auprès des jeunes.

1,96 M€ mis au service de projets innovants sur le territoire du Pays de Saint-Brieuc

Retenue en 2016 dans le cadre de l’appel à candidature régional, la démarche du Pays de Saint-Brieuc, d’un budget total de 1,96 M€, est pilotée par le Pays de Saint-Brieuc. Le DLAL FEAMP permettra de soutenir les projets définis autour de 5 objectifs opérationnels, jugés essentiels à la fois pour la Bretagne et pour le Pays, et déclinés autour de fiches- actions :

  • Assurer le dialogue entre les acteurs maritimes locaux,
  • Développer une expertise sur les interactions entre ressources et milieux côtiers et activités humaines,
  • Préserver l’espace littoral des pollutions et déchets marins,
  • Faire connaître collectivement la pêche et les cultures marines comme des filières d’avenir pour l’orientation scolaire et professionnelle,
  • Dynamiser l’appropriation locale de tous les produits élevés, pêchés et débarqués dans le Pays de Saint-Brieuc,

Les fiches actions répondent aux 6 enjeux identifiés dans le Pays de Saint-Brieuc :

  • Favoriser le dialogue entre les acteurs de la communauté maritime,
  • Acquérir et partager des connaissances sur les ressources marines, les milieux côtiers, les pressions et les usages de l’espace littoral et marin ,
  • Promouvoir les métiers de la pêche et des cultures marines,
  • Explorer les filières et techniques innovantes en matière de production, transformation et commercialisation des produits de la mer,
  • Optimiser la promotion de tous les produits de la mer de la Baie de Saint-Brieuc sur le territoire et à l’extérieur,
  • Trier, gérer et valoriser les déchets maritimes.

Deux fiches actions ont été fléchées de manière prioritaire : il s’agit de celles sur l’emploi pour répondre aux besoins du territoire en matière de création d’emploi, l’économie maritime étant une voie de diversification importante pour le territoire. S’y ajoutent 2 fiches, l’une sur l’animation du programme, l’autre sur les axes de coopération envisagés.

Une Commission Mer et Littoral

Le Pays de Saint-Brieuc assurera la mise en œuvre de cette stratégie avec la Commission Mer et Littoral. Le Pays de Saint-Brieuc aura également un rôle d’animation et de gouvernance indispensable à l’atteinte des objectifs fixés. Il devra notamment fédérer les acteurs de la filière halieutique et les collectivités, en lien avec les dynamiques en cours, impulser et favoriser des partenariats et projets de développement, porter des réflexions et problématiques au sein de groupes de travail...

Les projets déposés seront sélectionnés par la Commission Mer et Littoral, installée ce 10 octobre. Elle est composée d’acteurs publics et privés concernés par les filières pêche et aquaculture qui seront particulièrement vigilants aux aspects suivants lors de l’examen des projets :

  • Effort de mutualisation avec d’autres acteurs locaux et régionaux et d’identification de solutions existantes sur d’autres territoires,
  • Lien avec les pratiques de pêche et d’aquaculture et la Baie de Saint-Brieuc,
  • Projets collectifs et collaboratifs,
  • Qualité des emplois créés,
  • Cohérence avec les schémas locaux et régionaux,
  • Effort qualitatif sur les outils de communication,
  • Caractère nouveau ou émergent sur le territoire du Pays de Saint-Brieuc.

 

Le Pays maritime de Saint-Brieuc

  • Près de 500 marins mobilisés sur plus de 150 navires,
  • Trois types de pêche sont pratiquées : en majorité la petite pêche et la pêche hauturière et, pour une plus petite part, la pêche côtière,
  • Une grande diversité de production halieutique,
  • 3 ports de pêche,
  • 2 criées qui se classent aux premiers rangs nationaux en terme de volumes,
  • Une importante présence d’entreprises de mareyage grâce à la proximité des criées,
  • 10% de la production française de moules de bouchot provient de la Baie de Saint-Brieuc,
  • Près de 100 km de bouchots, plus de 4000 tonnes produites.

 

 

Modifié le


Partagez ce contenu