Prêt participatif de développement (PPD)
Plus de 600 entreprises soutenues dans leur croissance

En phase de développement, les entreprises ont besoin de fonds pour renforcer leur trésorerie et financer les investissements nécessaires à leur croissance. La Région et Bpifrance l’ont bien compris en lançant, dès 2005, le Prêt participatif de développement (PPD). Alors que le cap symbolique des 600 PPD accordés vient d’être franchi, Martin Meyrier, Vice-président de la Région à l’économie, l’innovation, l’artisanat & les TPE , et Hervé Lelarge, Directeur régional de Bpifrance, sont allés à la rencontre de trois entreprises bénéficiaires. L’occasion de mettre en lumière un dispositif que les deux partenaires ont su adapter au fil du temps et qui répond pleinement aux besoins des entrepreneurs bretons.

(de g. à d.) Joël Tingaud, PDG de l'Atelier de l'Argoat, Olivier Ballusson, Martin Meyrier, Emmanuel Germain et Hervé Lelarge DR Région Bretagne

Consenti par Bpifrance en partenariat avec la Région, le Prêt participatif de développement (PPD) intervient en complément des prêts bancaires. Il vise à couvrir les investissements ou les besoins en fonds de roulement, générés en phase de développement et plus difficilement accompagnés par les banques.

Créé en 2005, initialement pour les PME (de 10 à 250 salariés) bretonnes, le dispositif permet d’obtenir de 100 000 à 500 000 € de prêt, sans caution ni garantie. Il a depuis été élargi : en 2014 aux entreprises de taille intermédiaire (ETI - de 250 à 5 000 salariés), celles en particulier des filières prioritaires de la Glaz économie, puis, en 2015, aux exploitations agricoles.

Depuis la création du Prêt participatif de développement, 600 entreprises bretonnes de tout secteur ont été accompagnées pour un montant total de 60 M€ (dont 16 M€ de dotations régionales versées), au service de la compétitivité et de l'emploi.
Ces 60 M€ de prêts ont permis aux entreprises bénéficiaires d’obtenir d’autres crédits ou prêts auprès des banques pour un total de 120 M€ (concours globaux levés).

Zoom sur 3 entreprises bénéficiaires

En 2012, L’Atelier de l’Argoat, spécialiste de l’andouille et de l’andouillette à Plélan-le-Grand, a bénéficié d’un prêt de 100 000 € alors qu’il s’engageait dans la création d’un atelier de découpe en vue de tripler ses capacités de production.

La société Hydraumatec Ingénierie, qui fabrique des blocs forés –équipements de contrôle de processus industriel-, a obtenu un prêt de 65 000 € en 2008 pour le déménagement de son activité, de Campénéac vers Ploërmel, sur un site plus grand, lui offrant la possibilité d’accroître sa production et ses effectifs.

Et, en janvier dernier, un prêt de 150 000 € a été accordé à la Société civile d'exploitation agricole (SCEA) Ballusson de Plumieux pour soutenir la restructuration de son atelier de naissage et la rénovation d’un autre bâtiment destiné à l’engraissement des porcs.