Passage de témoin à la tête de la Région
Jean-Yves Le Drian et sa majorité apportent leur soutien à Loïg Chesnais-Girard

Comme il l’avait annoncé lors de l’inauguration de la nouvelle gare de Lorient, le 20 mai, Jean-Yves Le Drian, nommé ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères au sein du Gouvernement, a fait part, ce jour à Rennes, de sa démission de la Présidence du Conseil régional, en présence de Loïg Chesnais-Girard, son 1er Vice-président, qui devient de facto Président par intérim jusqu’à la séance extraordinaire d’installation d’un nouveau Président, fixé au jeudi 22 juin.

Emmanuel Pain

« Le Président de la République m’a confié une mission importante au service de notre pays et au service de la place de la France dans le monde. Cette responsabilité, je la dois aussi à la Bretagne qui m’a fait, à la confiance répétée des Bretonnes et des Bretons et aux conseillers régionaux avec qui, depuis 2004, j’ai œuvré pour rassembler notre région et lui donner la fierté de son identité et la force de son destin. »

Ce vendredi, Jean-Yves Le Drian a réuni son exécutif puis l’ensemble de sa majorité (53 élus) : « à l’unanimité, ils ont souhaité que mon remplacement soit assuré par Loïg Chesnais-Girard. Cela tombe bien car c’est aussi ce que je souhaitais. Il sera donc le candidat de la majorité régionale le 22 juin prochain avec mon soutien total ».

Jean-Yves Le Drian a évoqué la relation forte et singulière qui le lie à son Vice-président, qu’il a rencontré en 2008 alors qu’il venait d’être élu maire de Liffré, à 30 ans. Le jeune élu n’hésite pas à lui demander s’il peut l’accompagner au Japon où le Président de Région se rend chaque été pour échanger avec les patrons de grands groupes nippons présents en Bretagne, dont Canon, implanté aujourd’hui encore à Liffré.

En toute sérénité

Pour le Président sortant, ce passage de témoin se fait dans la sérénité, « parce qu’il y a autour de moi et, demain, autour de Loïg, une équipe soudée, cohérente dans sa diversité mais aussi dans son unité. » Une équipe compétente, reconnue comme telle, avec à sa tête « un Président de grande qualité, sachant rassembler, mais aussi un Présiden d’une nouvelle génération permettant à la fois d’assurer une continuité et d’apporter une nouvelle impulsion, sur la base des 6 grands chantiers annoncés fin 2015 et déjà bien engagés : Glaz économie, formation, transition écologique et énergétique, équilibre du territoire et désenclavement, capacité de création culturelle en Bretagne ».

Jean-Yves Le Drian reste Conseiller régional

Et Jean-Yves Le Drian d’ajouter : « je quitte la présidence du Conseil régional mais je ne quitte pas la Bretagne, car j’y habite. Je ne quitte pas la Bretagne, car je reste conseiller régional, considérant que ma présence dans l’institution sera à la fois utile à la Région et à moi-même pour être au contact des réalités et de l’évolution de l’action de la Région. Je ne serai jamais très loin car les missions que m’a confiées le Président de la République, pour une partie d’entre elles, sont très concomitantes avec certains enjeux majeurs de la  Bretagne : rénovation de l’Europe, commerce extérieur ou tourisme. »

En cette période, totalement nouvelle dans la vie politique française, le ministre est convaincu que « la Bretagne doit apporter sa tonalité particulière, que ce soit dans sa capacité à innover, y compris au niveau institutionnel, dans sa volonté d’affirmer la décentralisation, dans son ouverture au monde et dans son engagement européen. Ensemble, nous arriverons à faire en sorte que la Bretagne continue à cultiver sa belle identité, sa force, qui est aujourd’hui reconnue par tous en France et ailleurs. »

« On m’assimile parfois à un menhir, a conclu M. Le Drian. L’intérêt du menhir, c’est qu’il est bien enraciné et qu’il tient toujours debout. Je vais pour ma part être un menhir mobile mais ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a jamais de menhir seul, mais des alignements de menhirs. Et bien, c’est ainsi que nous avons choisi de représenter la Bretagne ».

Et maintenant

Président pendant la période de transition qui s’ouvre, Loïg Chesnais-Girard devra, dans un délai d’un mois, convoquer une séance exceptionnelle au cours de laquelle les 83 conseillers régionaux bretons devront élire un nouveau Président à bulletins secrets, ainsi que la Commission permanente.
Indispensable au bon fonctionnement de la collectivité, la Commission permanente se réunit une fois par mois pour mettre en œuvre les décisions prises en début d’année par le Conseil régional lors de sa session budgétaire. Élue à la proportionnelle des groupes politiques représentés au sein de l'assemblée, elle compte 27 membres : y siègent depuis décembre 2015, le Président du Conseil régional, ses 15 vice-présidents, 2 conseillers régionaux de la majorité et 9 de l'opposition.

Tags : Assemblée

Modifié le


Partagez ce contenu

Actualités

Communiqués de Presse

  1. Salon de la conchyliculture et des cultures marines
    Foncier, FEAMP et prospective : Loïg Chesnais-Girard échange avec les professionnels

    Le Président de la Région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, a rencontré les professionnels à l’occasion du salon de la conchyliculture et des cultures marines, véritable vitrine des savoir-faire et des innovations régionales.

    Pêche  Mer 

    Lire la suite


  2. Entreprendre au féminin
    Signature du 3e plan d’action pour l’entrepreneuriat des femmes en Bretagne

    À l’occasion du salon Entreprendre dans l’Ouest, Michèle Kirry, préfète de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, président du conseil régional de Bretagne, Hervé Lelarge, directeur régional de Bpifrance, et leurs partenaires (BNP-Paribas et Caisse d’Epargne) ont signé mercredi 25 septembre 2019, le 3e plan d’action régional pour l’entrepreneuri...

    Économie 

    Lire la suite


  3. Polder de Brest
    Ailes Marines a sélectionné la société Navantia pour la fabrication des fondations du parc éolien en mer de Saint-Brieuc

    Brest - le 16 septembre 2019 – Ailes Marines, en charge du développement, de la construction, de l'installation et de l'exploitation du parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc, a sélectionné la société espagnole Navantia pour la fabrication des 62 fondations des éoliennes en mer qui équiperont le parc.

    Economie maritime  Énergie  Ports 

    Lire la suite