Carrefour des territoires - 15 mai 2017 à Saint-Brieuc
Construire un nouveau projet de territoire pour la Bretagne

Transitions énergétique et numérique, mondialisation, mutations économiques, dynamiques démographiques : face aux grands défis qui se présentent, quel avenir voulons-nous pour notre région, quel modèle de développement souhaitons-nous pour la Bretagne ? C’est bien là toute la raison d’être du SRADDET. Ce Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires, la Région a pour mission de l’élaborer. Afin de lui donner toutes les chances d’atteindre les objectifs fixés et d’en faire un réel outil stratégique pour l’avenir de la Bretagne, la Région souhaite que ce SRADDET soit le fruit d’une concertation et d’une co-construction, pour qu’il recueille l’adhésion du plus grand nombre. C’est en ce sens qu’elle a organisé à Saint-Brieuc, le 15 mai, le Carrefour des Territoires autour de Loïg Chesnais-Girard, 1er Vice-président de la Région Bretagne, et de Laurence Fortin, Vice-présidente à l’aménagement du territoire. Cette grande journée de travail et d’échanges avec quelque 500 élus locaux, représentants des pays, des Conseils de développement, des agences d’urbanisme, des Parcs naturels… devra permettre de dégager les premières grandes priorités à intégrer au SRADDET.

Thomas Bregardis - RB

Une étape dans la construction du SRADDET

Le SRADDET a été voulu par la loi NOTRe comme un document de planification qui, par son caractère transversal, contribue à la cohérence territoriale à l’échelle régionale. Couvrant un large champ de thématiques, il vise à prendre davantage en compte l’interdépendance des politiques d’aménagement du territoire. Il doit, qui plus est, réunir l’ensemble des schémas régionaux relatifs à la mobilité, à la cohérence écologique, aux enjeux climatiques, à la transition énergétique et à la gestion des déchets.

Le SRADDET vise bien un enjeu de simplification par une clarification des actions des collectivités, une meilleure coordination et donc une efficacité accrue des politiques publiques.

Chargée de son élaboration pour la fin de l’été 2019, la Région Bretagne a choisi, très tôt, d’engager une concertation et d’opter pour la co-construction du SRADDET. Chaque collectivité, à son échelle, est impliquée. Aussi la Région a-t-elle consulté ses partenaires de la CTAP (conférence territoriale de l’action publique) pour percevoir leurs attentes, leurs préoccupations et leurs priorités à l’égard de ce schéma et adopté, en février dernier, les éléments de cadrage pour son élaboration (objectifs, méthode, calendrier...).

Cette journée de travail du 15 mai doit conduire à une hiérarchisation des enjeux, à la définition des priorités du SRADDET.

Une méthode participative

Élus locaux, représentants des pays, des conseils de développement, des intercommunalités, des communes, des acteurs de l’aménagement…: 500 participants aux échanges et ateliers du  Carrefour des territoires de ce 15 mai peuvent s’exprimer en continu grâce à la méthode interactive proposée. À tout instant, les participants sont consultés, interrogés et, par un système de vote, chacun exprime son point de vue.

Vers une vision collective de l’aménagement du territoire

Le périmètre couvert par le SRADDET est large. Il se doit donc de porter des objectifs ambitieux, apportant une réelle valeur ajoutée au développement du territoire et à ses acteurs. Il s’agit de construire une vision renouvelée de l’avenir de notre région et de son modèle de développement face aux grands défis de la mondialisation, des transitions environnementales, des mutations économiques, de la transition numérique...

Ce projet de développement devra donc reposer sur une vision collective des grands enjeux d’aménagement et de développement durables. Mais quelle vision collective ? La journée du 15 mai doit permettre d’en tracer les grandes lignes en interrogeant plusieurs idées. Après un temps de rassemblement pour expliquer la démarche et dresser un état des lieux des 40 dernières années d'aménagement en Bretagne, un travail est engagé au sein d’ateliers participatifs interactifs autour de 4 grandes questions sur l’aménagement du territoire :

Existe-t-il un "modèle breton" d'aménagement et de développement du territoire ?

On dit souvent que la Bretagne a pu rattraper son retard de développement grâce au CÉLIB et à sa définition d’un modèle breton qui s’appuie sur un     territoire équilibré, autour d’un maillage de villes moyennes, d’une forte cohésion sociale, d’un esprit d’entrepreneuriat… Mais qu’en-est-il de ce modèle ? A-t-il réellement existé ? Existe-t-il encore ? La    Bretagne connaît-elle des dynamiques de développement si différentes des autres régions ? Quels  seraient les éléments de ce modèle qu’il faudrait consolider, réinventer ou, au contraire, dont il faudrait se séparer ? Et d’ailleurs, est-il opportun –ou même possible– de conceptualiser un tel modèle ? Ou au contraire, ne pas avoir de modèle serait-il risqué à l’heure où la concurrence et la différenciation entre territoires se font plus fortes ?

L'objectif d'égalité se prête-t-il à l'aménagement du territoire ?

Devise de la République et objectif devant figurer dans le SRADDET, que recouvre exactement le terme “égalité” ? Parle-t-on d’égalité des territoires, d’égalité des chances de développement, d’égalité des habitants au sein d’un même territoire ? Parle-t-on d’égalité, d’équité ou d’équilibre des territoires ? Et une fois définie, comment traduire cette promesse d’égalité dans la réalité de l’action publique et de la vie quotidienne des Bretons ?

Quel aménagement pour réussir les transitions ?

Transition écologique, transition énergétique, transition numérique, transition démocratique… le terme de transition s’est imposé comme une évidence ces dernières années, mais de quoi s’agit-il : d’une transition, changement total de modèle, ou de multiples transitions liées à autant de mutations technologiques, climatiques, sociétales… ? Quelle place la transition démocratique occupe-t-elle ? Y a-t-il   consensus autour de l’idée que les transitions sont des évolutions positives, souhaitables ? Quels impacts ont–elles sur les enjeux d’aménagement ? Et, inversement comment le modèle d’aménagement du territoire peut-il accélérer ou non ces transitions ?

Qu'est-ce qu'un territoire performant ?

La performance d’un territoire se mesure souvent en termes de croissance démographique et de   croissance économique. Ces indicateurs sont-ils   significatifs et suffisants ? Au-delà de ces mesures et indicateurs, quelles sont les réalités de la performance en termes de qualité de vie, de cohésion    sociale… ? Existe-t-il une définition unique de la performance ou appartient-il à chaque territoire de  définir ses propres objectifs de performance ?

Un préalable à la définition d’objectifs communs forts

C’est à l’ensemble de ces questionnements que sont confrontés les participants pour aller vers la définition d’un projet d’avenir pour la Bretagne.

Une restitution dynamique des travaux en ateliers et leur mise en perspective sera menée cet après-midi avec la participation de Florence Gourlay, Maître de conférence à l’Université de Bretagne Sud, Anne Musson, Professeure assistante en économie à l’ESSCA (Angers), Martin Vanier, géographe consultant, et du grand témoin de la journée Yves Morvan, Professeur émérite des Universités, ancien Président du Conseil Économique, Social et Environnemental de Bretagne.

Ces échanges devront permettre de dégager certaines priorités et, dans l’esprit de large mobilisation de la COP régionale, ils viendront nourrir la poursuite de la démarche et l’élaboration du SRADDET, ponctuée de nouveaux temps d’échanges tout long de 2017 et 2018.

Prochain rendez-vous à Brest, le mardi 23 mai pour le Forum des Mobilités qui permettra notamment de construire collectivement une vision renouvelée des mobilités en Bretagne à l’horizon 2040.
Programme et inscription sur bretagne.bzh.

Retrouvez ci-dessous le dossier de presse complet.