Annulation du schéma régional éolien
Non, ce n'est pas la fin de l'éolien en Bretagne

Le 18 avril dernier, le tribunal administratif d’appel de Nantes a confirmé l’annulation du schéma régional éolien adopté en Bretagne en septembre 2012. Résultat d’une large concertation, ce schéma ne pouvait définir à une échelle régionale les zones précises favorables d’implantation des éoliennes. La Région et l’État en Bretagne avaient donc opté pour une approche large qui n’excluait, formellement, que quelques zones soumises à des contraintes particulières, laissant le soin à chaque territoire de préciser, localement, les zones d'implantation adaptées (1). Confiante dans les acteurs locaux, la Région reste déterminée à accompagner un développement raisonné et concerté de cette énergie dont la Bretagne a besoin pour assurer sa sécurisation énergétique. Le Pacte électrique breton, signé par l’État et la Région en 2010, prévoit d’installer 1800 MW d'éolien en Bretagne d’ici 2020. Ayant anticipé cette annulation du schéma régional, la Région travaille depuis le début de l’année, avec l’État, pour relancer les projets éoliens en Bretagne.

Pour Dominique Ramard, Conseiller régional en charge de la transition énergétique, l’annulation du schéma régional éolien ne signe pas la fin de l’éolien en Bretagne : “La Bretagne a besoin des éoliennes pour assurer sa transition énergétique. Aujourd’hui, les éoliennes représentent 60% de la production électrique bretonne, et couvrent 9% de notre consommation régionale. Notre volonté n’est évidemment pas d’implanter de manière inconsidérée des éoliennes partout. D’ailleurs la loi apporte des règles précises, en respect desquelles c’est au niveau local de définir les lieux d'implantation et nous comptons soutenir les élus et les acteurs locaux dans leurs démarches et projets.

Quelles conséquences pour les projets éoliens ?

Le schéma régional éolien était un annexe du Schéma régional climat Air Energie (SRCAE), adopté en 2013 par l’État et la Région. Ce SRCAE fait du développement des énergies renouvelables une priorité pour lutter contre le changement climatique. L’objectif de 1800 à 2500 MW d'éolien en Bretagne à l'horizon 2020 y est inscrit et reste d’actualité.

La Région réitère sa position en faveur d'un développement harmonieux de l'éolien qui, au-delà d’objectifs quantitatifs, intègre les aspects qualitatifs mentionnés dans le "guide régional de l'éolien" (qui constituait la 2e partie du schéma régional) qui énumère une liste de recommandations. Avec l’État, elle a lancé un travail collectif sur l’année 2017, dans le cadre de la Conférence Bretonne de la transition énergétique, pour relancer les projet éoliens.

Et Dominique Ramard d’ajouter “La Région est consciente des oppositions croissantes des associations anti-éoliennes. Et il nous appartient d'imaginer de nouvelles façons de faire pour poursuivre l'implantation des éoliennes là où c'est possible. Cela pourrait passer par une relance de la concertation locale au travers de schémas locaux éoliens que les EPCI pourraient intégrer à leur PCAET mais aussi par une participation locale au financement des projets, pour augmenter les retombées locales directes ou indirectes.
Il suffirait d'une cinquantaine de communes accueillant 12 MW éoliens chacune (soit 5 à 6 mâts) pour apporter 600 MW supplémentaires aux 1000 MW déjà en fonctionnement et aux 200 MW déjà autorisés….

Le schéma régional éolien : qu’est-ce que c’est ?
Défini par la loi Grenelle 2 du 13 juillet 2010 le schéma régional éolien est, en Bretagne, annexé au Schéma régional climat air énergie. Au-delà des éléments réglementaires (objectifs de puissance installée en 2020, cartographie de zones favorables à préciser localement pour un développement de l'éolien), ce schéma  intégrait un guide de  recommandations  à l'attention des acteurs locaux (élus locaux, opérateurs de projets, services instructeurs de l'Etat, riverains de projets de parcs). Son objectif était de favoriser la réalisation de projets de zones de développement de l’éolien (ZDE)(1) et de parcs éoliens dans un cadre qui permette le développement  harmonieux de l’éolien et respectueux des  populations riveraines et de l’environnement.

Pourquoi le schéma a-t-il été annulé ?
En Bretagne, il a été décidé de n'exclure des zones favorables à l’implantation d’éoliennes que les zones soumises à des contraintes radar, à des servitudes aéroportuaires ou encore le périmètre Unesco de protection du Mont-Saint-Michel. Ce positionnement était basé sur une impossibilité de définir avec précision, à l'échelle régionale, les zones pouvant recevoir des éoliennes, compte tenu du trop grand nombre de variables et usages existants localement. Il a été décidé de laisser le soin à chaque territoire, de définir à son échelle et dans la concertation, ces zones précises.

(1)  En février 2013, la loi Brottes a supprimé ces zones d'implantation précises nommées ZDE comme zones de développement éolien.

Tags : Énergie

Modifié le


Partagez ce contenu