Nouvelle Maison de la Bretagne Europe
La Région renforce sa présence à Bruxelles

En 2015, Jean-Yves Le Drian affichait sa volonté de “développer la diplomatie bretonne et son attractivité au sein de l’Europe”. La création de la Maison de la Bretagne Europe ancre physiquement cette ambition de disposer à Bruxelles d’un espace uniquement dédié à la Bretagne, mettant fin à de longues années de partage de locaux. Ce nouvel espace, conçu pour accueillir les acteurs et organiser des événements pour valoriser la Bretagne auprès de ses interlocuteurs à Bruxelles, a été inauguré, hier, mercredi 29 mars, par les Vice-présidents de la Région Loïg Chesnais-Girard, Forough Salami-Dadkhah et Lena Louarn.

Les élus régionaux entourés de la délégation permanente et de J. Soulabaille, Présidente de la délégation permanente Bretagne-Europe DR

Idéalement située au 11 rond point Schuman

Comme la grande majorité des Régions européennes, la Bretagne est présente à Bruxelles, véritable carrefour stratégique pour les acteurs européens. Située au cœur du quartier européen, la nouvelle Maison de la Bretagne se trouve à deux pas du Conseil de l’Union européenne et du siège de la Commission européenne, à une dizaine de minutes à pied du Parlement. Elle conserve ainsi un emplacement de choix avec, comme voisine immédiate, la représentation du Pays de Galles avec laquelle la Bretagne entretient des liens particuliers.

Une représentation à Bruxelles, pour quoi faire ?  

Cette nouvelle implantation illustre la volonté de renforcer la présence de la Région Bretagne à Bruxelles. Avec cette délégation permanente, l’enjeu est, tout d’abord, d’avoir une proximité avec les institutions et réseaux européens.

Composée de 4 personnes, cette délégation  a un rôle d’analyse stratégique de l’information et de sa diffusion, tant de Bruxelles vers la Bretagne (actualités, travaux en cours, nouveaux textes, lancement d’appels à projets…) que de la Bretagne vers Bruxelles.

La Maison de la Bretagne a ainsi pour mission de valoriser les politiques régionales auprès d’un réseau de partenaires européens (autres régions européennes, entreprises représentées à Bruxelles, députés européens, directions de la Commission européenne, presse…). Elle contribue au développement des stratégies régionales en identifiant les opportunités liées aux programmes de travail des différentes institutions. En relai des élus régionaux, elle présente et défend les intérêts et positions de la Bretagne auprès des institutions européennes par divers moyens : contributions écrites, auditions, rendez-vous spécifiques, propositions d’amendements diffusés aux députés européens, amendements des avis du Comité des Régions...

Le rôle de la délégation bretonne à Bruxelles, c’est aussi, comme le rappelle Forough Salami-Dadkhah, de “faire en sorte que la Commission européenne connaisse mieux les réalités du terrain” et qu’elle puisse les intégrer à ses réflexions et prises de décision.

Un lieu à l’image de la Bretagne

À travers ce lieu personnalisé, il s’agit d’accroître la visibilité, le rayonnement et l’attractivité de la Bretagne auprès des acteurs européens.

En 2016, la fusion des Régions françaises a créé des mouvements au niveau de leur représentation à Bruxelles. Le Poitou-Charentes a rejoint la Nouvelle Aquitaine et, de fait, l’espace interrégional Bretagne/Pays de Loire/Poitou-Charentes a pris fin. L’opportunité pour la Bretagne de disposer d’une représentation personnalisée et unique.

Un espace dédié, à l’image de la Bretagne, est aujourd’hui le gage d’une meilleure identification par les acteurs avec lesquels la Région souhaite conforter et développer ses relations et ses partenariats.

Ainsi, sur 270 m², la Maison de la Bretagne comporte des espaces modulables pour répondre divers besoins. Elle se compose de 2 salles de réunions, d’un forum pour l’accueil de conférences et d’expositions. Un  espace ouvert de travail a également été conçu pour que les acteurs bretons disposent d’un point de repère lorsqu’ils sont de passage à Bruxelles dans le cadre de leurs démarches auprès des institutions et des réseaux européens.

La Maison de la Bretagne vise à faciliter leur action en proposant un espace où ils peuvent travailler, s’informer et rencontrer d’autres interlocuteurs. Concrètement, lorsque des acteurs du territoire souhaitent monter un projet européen, la Maison de la Bretagne leur offre un lieu pour réunir leurs partenaires européens.Nous souhaitons que ce lieu permette également de mieux valoriser les projets européens auxquels participent les acteurs bretons.”

La Maison de la Bretagne remplit aussi des missions d’accueil de groupes (élus, acteurs socioéconomiques, publics scolaires et étudiants). Elle leur présente à la fois le fonctionnement de l’Union européenne et la manière dont une Région peut travailler pour être présente à Bruxelles.

PAC, Brexit, qualité de l’eau… : une actualité riche

L’équipe, polyglotte, se compose d’une déléguée permanente, Aude Korfer, qui en assure la coordination, d’une assistante et de 2 chargés de missions entre lesquels sont répartis les différents dossiers. Si tous les 4 connaissent aussi bien la Bretagne que les rouages des relations européennes, tous ne sont pas Bretons d’origine : l’un d’eux est Italien, un autre Belge.
Parmi les dossiers sur lesquels la délégation est particulièrement active en ce moment, en lien avec les services de la Région en Bretagne, on peut citer :

 

  • Agriculture : elle alimente, en amont, la concertation régionale qui sera menée sur l’avenir de la PAC post 2020, grâce à des informations sur le positionnement des États membres, des réseaux européens et des régions phares dans le domaine agricole. Elle contribuera, ensuite, à faire entendre la position régionale auprès de la Commission, du Parlement et des différents acteurs qui suivent les questions agricoles.
  • Brexit : elle veille sur les préparatifs des négociations pour faire remonter les points de vigilance pour la Bretagne. Les enjeux autour de la pêche, du transport et de l’agroalimentaire sont en particulier au centre des préoccupations.
  • Eau : elle valorise le travail collectif mené en Bretagne pour améliorer la qualité de l’eau et anticiper les futures réglementations européennes sur l’eau.
  • Recherche et innovation : elle se positionne sur l’avenir des programmes Horizon 2020 qui s’adressent à la fois aux acteurs de la recherche et aux PME. La délégation travaille en amont de l’ouverture des appels à projets.
  • Transports maritimes : elle  travaille à une meilleure prise en compte des ports bretons dans les réseaux de transports européens et pour qu’ils bénéficient d’un accompagnement plus important de l’Union européenne.

Informations et contacts :

Maison de la Bretagne Europe
11, rond point Schuman
tel : 0032 2 282 61 90
Delegation.bruxelles@bretagne.bzh
Site internet dédié : bretagne.bzh/europe

 

Plus de 900 M€ de fonds européens pour la Bretagne

Parallèlement à l’action menée par la délégation permanente à Bruxelles, les services de la Région en Bretagne gèrent les Fonds européens structurels et d'investissement (FESI), qui leur ont été confiés.

Pour le développement économique de la Bretagne

Le fonds européen de développement régional (FEDER) : 307 M€ gérés par la Région mis au service de la recherche, de l’innovation & du développement économique numérique et des transitions énergétique & écologique.

Pour le développement rural et l'agriculture

Également gérés par la Région, 368 M€ de fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) finance des projets liés aux mutations de l'espace rural et de l'agriculture.

Pour l'emploi et l'inclusion sociale

La gestion du fonds social européen (FSE) est partagée entre l'Etat (122 M€) et la Région (62 M€). Ce fonds vise à soutenir les projets qui contribuent à la qualité et aux niveaux d'emplois, à l'inclusion sur le marché du travail et à la lutte contre la pauvreté : formation des demandeurs d'emploi, insertion professionnelle, sécurisation des parcours, inclusion sociale.

Pour la pêche et l'aquaculture

La Région assure la gestion déléguée des mesures régionales (47 M€) du fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP - 541 M€) pour le développement du littoral breton et des entreprises de la filière halieutique.

Tags : Europe

Modifié le


Partagez ce contenu