Assemblée générale de l'association SMILE Smartgrids (réseaux électriques intelligents)
Déjà 160 adhérents et une vingtaine de projets

Dominique Ramard, délégué à la transition énergétique de la Région Bretagne, et Laurent Gérault, conseiller régional délégué à l'environnement, la transition énergétique, la croissance verte & le logement des Pays de la Loire, ont présidé, le 7 février à Rennes, devant plus de 200 participants, l'assemblée générale de l'association SMILE, créée fin 2016. L'enjeu de cette entité interrégionale est de déployer, d'ici à 2020, les services et technologies matures permettant de bâtir un réseau énergétique intelligent à grande échelle, et ce, pour un investissement global de l'ordre de 270 M€ sur 4 ans.

DR

Lancé en avril 2016 après labellisation du Gouvernement, le projet SMILE s'organise désormais en association. Présidée par les Régions Bretagne et Pays de la Loire, à l'origine du projet, la structure regroupe déjà 160 adhérents, publics et privés : start up et entreprises des secteurs du numérique et de l'énergie, syndicats départementaux d'énergie, collectivités bretonnes et ligériennes, gestionnaires de réseau, au premier rang desquels RTE et ENEDIS. Sa mission principale : accompagner les entreprises et les territoires qui portent des projets de réseaux électriques intelligents.

Une nouvelle filière à la croisée des transitions énergétique et numérique

Déjà, une vingtaine de projets se structurent sur 2017 portant sur toutes les dimensions des réseaux intelligents : intégration et stockage des énergies renouvelables, mobilité électrique, maîtrise des consomma-tions, sécurité des réseaux et de l'approvisionnement en électricité, toujours fragile en Vendée comme en Bretagne. À travers ces premiers projets réunissant partenaires publics et privés se dessinent, d'une part, une  organisation territoriale de l'énergie, plus décentralisée et plus sobre en carbone, et, d'autre part, une nouvelle filière économique porteuse d'avenir et d'emplois.

PRIDE/internet de l'énergie, Ouessant/territoire exemplaire, ARCO/autoconsommation collective

> PRIDE donnera le jour à une plate forme neutre et cybersécurisée qui regroupera les données de l'énergie recueillies sur le territoire et par les partenaires de SMILE. Ce projet a pour ambition de démontrer l’opportunité d'un service public régional de gestion des données de l'énergie, cœur du smartgrid, permettant de développer quantité de services et d'applications innovantes.

> Ouessant Ile Verte : l'île finistérienne s'est donnée comme objectif de devenir 100 % autonome en énergie propre, produite localement grâce à un mix inédit -hydrolien, éolien terrestre et photovoltaïque- associé à un pilotage intelligent du système et des demandes. Cette initiative fait converger des entreprises (Sabella, EDF, AKUO ENERGY, ENEDIS...) et collectivités (commune, Association îles du Ponant, Région Bretagne, Syndicat d'énergie du Finistère). Elle concentre des innovations smartgrids en termes d'implication des citoyens, d'autoconsommation, de productions hybrides marines/terrestre, pilotables grâce à du stockage.

> ARCO : Direct Energie et ses partenaires mettent en application une disposition réglementaire récente et explorent un nouveau modèle d'autoconsommation collective. Ce projet développé sur le territoire de la Carène (Saint-Nazaire Agglomération) vise à mettre en place un mode de partage de fourniture d'électricité renouvelable basse tension. Produite localement, à l'échelle d'un ou plusieurs bâtiments, cette solution permet de couvrir ses propres besoins, mais aussi, désormais, ceux des bâtiments voisins.

RTE et Enedis confirment leurs engagements au sein de SMILE

RTE mettra en œuvre, sur 4 ans, un ensemble de solutions constitutives des réseaux électriques intelligents, pour un montant de 30 M€. L'enjeu est de déployer, pour la première fois, 4 postes électriques « nouvelle génération » qui, associés à des innovations technologiques favoriseront l’accueil des énergies renouvelables (jusqu’à 30% supplémentaires) ou encore une gestion plus dynamique du système électrique au service des territoires.Ces outils préfigurent le réseau du futur et répondent à l’ambition industrielle de RTE de créer le 1er réseau électrique et numérique européen.

ENEDIS consacrera 21 M€ à la numérisation des postes sources et à l’accompagnement de projets locaux sur les questions des territoires intelligents en Bretagne et Pays de la Loire. L'opérateur souhaite accélérer l'intégration des énergies renouvelables sur le réseau (300 projets d'énergies renouvelables identifiés sur les territoires SMILE) ainsi que la numérisation de données sécurisées, via 2 millions de compteurs communicants (Linky), 34 postes sources et 2 Agences de Conduite Régionale. Face à l’intermittence des renouvelables, ces « tours de contrôle » permettront, grâce à des outils de prévision consommation/production, une distribution optimisée de l'électricité.

Association SMILE : un CA et un bureau représentatifs de tous les partenaires

Présidence : Régions Bretagne et Pays de la Loire
Vice-Présidences : Nantes Métropole, Rennes Métropole, SYDEV (synd. énergie Vendée), Morbihan Energie
Trésorier : SYDELA (synd. énergie Loire Atlantique)
Secrétaire : la CARENE (Agglo de Saint-Nazaire)
Sont également membres du CA le Syndicat d’énergie d’Ille-et-Vilaine, les Pôles de compétitivité Smart Electricity Cluster (S2E2) et Images & Réseaux, les CCIR Bretagne et Pays de la Loire, RTE et ENEDIS.
Les adhérents sont représentés par différents collèges :
▪ Collège « animateurs économiques et agences de soutien à l’export des entreprises » : Atlansun
▪ Collège « centres de recherche et de formation » : Institut Mines Telecom
▪ Collège « PME/PMI » : NKE Watteco et Vity Technology
▪ Collège « grandes entreprises » : Atlantic et Delta Dore
▪ Collège « collectivités territoriales » : Lorient Agglomération et la CARENE (Saint-Nazaire Agglomération)
▪ Collège « établissements bancaires et financiers » : Caisse des dépôts

Enfin, participent à l'association en tant qu'observateurs : EDF, Engie et Schneider.

Mercredi 8 février à Rennes : 250 participants au Forum de l'autoconsommation - circuits courts de l'énergie

Le cadre économique et réglementaire de l’autoconsommation, qu’elle soit résidentielle, tertiaire ou industrielle, est en pleine évolution. On peut aujourd'hui produire son électricité verte pour couvrir ses besoins, voire partager le surplus avec ses voisins.

Autoconsommation individuelle et bientôt collective : le forum, organisé à la Chambre des Métiers et d’Artisanat d’Ille-et-Vilaine, a été l’occasion d’échanger autour des modèles existants en France et en Europe, de bénéficier de retours d’expérience et d’identifider des outils d’évaluation. L'animation autour de stands et la publication d’un guide de montage de projet vont contribuer fédére une communauté de porteurs de projets.