Coopération Bretagne-Haïti, après l'ouragan Matthew
La Région fait le point avec des élus de Grand'Anse

Le 24 octobre, quelques jours seulement après le passage dévastateur de l'ouragan Matthew sur Haïti, le Conseil régional débloquait une aide exceptionnelle de 100 000 €, au bénéfice de l'ONG Acted et de l'Association des Maires de Grand'Anse (AMAGA), avec laquelle la Bretagne a tissé des liens étroits depuis 2011. Une délégation de ce département, aujourd'hui sinistré, est arrivée ce mardi pour 5 jours de rencontres en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes d'Armor. Première étape à Rennes où Georges Jorel, Président de l'AMAGA, a été accueilli par Forough Salami-Dadkhah, Vice-présidente de la Région à l'international. Ensemble, ils ont fait le point sur la période de reconstruction qui s'annonce mais aussi sur les partenariats déjà engagés en matière de gestion de l'eau, assainissement et déchets, développement agricole, écotourisme et santé.

Forough Salami-Dadkhah a reçu la délégation de Grand'Anse en Haïti DR

Le cyclone a fait plus de 1 000 victimes et laissé près de 14 000 personnes sans-abris dans le seul territoire de Grand'Anse. Six ans après le tremblement de terre de 2010, Haïti, dévastée, doit désormais  faire face aux inondations. La Région a déjà versé 60 000 € à l'AMAGA pour que Grand'Anse puisse engager un programme de relance agricole et de reboisement, la quasi-totalité des récoltes ayant été détruites dans les 12 communes de ce département, situé au sud-ouest de l'île. L'enjeu est d'éviter une détérioration de la situation alimentaire et nutritionnelle dans les mois à venir.

Plus de cinq ans de coopération décentralisée

Après Rennes, la délégation se rendra à Saint-Brieuc et Lannion où il sera question de gestion de l'eau et des déchets et de planification urbaine, d'une part, d'écotourisme, d'autre part. Depuis 2011, une coopération concertée unit en effet Grand'Anse, la Région Bretagne, Lannion Trégor Communauté, Saint-Brieuc Agglomération, le Département des Côtes d'Armor, ainsi que Nantes et Nantes Agglomération.

Au lendemain du séisme de 2010, de nombreuses collectivités françaises ont témoigné leur solidarité à Haïti, en attribuant, pour l'essentiel, des subventions à des ONG. Certaines ont souhaité dépasser l’aide d’urgence en apportant une réponse plus structurée et adaptée à l’ampleur du défi, avec le souci de respecter et, surtout, de renforcer la place et le rôle des collectivités locales haïtiennes.

À l’initiative de Cités Unies France et en réponse à l’appel de l'AMAGA, des collectivités de l’Ouest de la France se sont ainsi coordonnées pour concentrer leurs interventions sur le développement des activités économiques, agricoles et maritimes de ce département.

Un multi-partenariat original, essentiellement basé sur l'appui institutionnel

Il vise principalement à renforcer les capacités de maîtrise d'ouvrage des collectivités de Grand'Anse. Cette collaboration a notamment abouti à :
- l'installation de l'AMAGA dans des bureaux dédiés et la création d'une cellule technique, administrative et financière dotée de moyens ;
- l'élaboration d'un plan de formation des élus et agents des collectivités de la Grand'Anse ;
- la mise à disposition d'un dispositif d'appui et conseil pour l'amélioration des pratiques agricoles ;
- la structuration d'un plan général de formations initiales et continues.

Le Département de la Grand'Anse

Situé dans le sud-ouest d'Haïti, le département de la Grand'Anse se divise en 3 arrondissements (Anse d'Hainault, Corail et Jérémie), 12 communes, dont 9 ont un accès à la mer, et 46 sections communales.
La ville de Jérémie est le chef lieu du département, distante d'environ 300 km de la capitale, Port-au-Prince.
La population est essentiellement rurale avec un habitat dispersé dans des montagnes appelées "mornes". 90% de cette population se consacre à l'agriculture. En raison de son isolement du reste du pays, la Grand'Anse conserve une relative couverture végétale. Par ailleurs, son climat tropical offre à cette terre, riche en ressources, un grand potentiel agro-écologique et dans le domaine de la pêche.
Toutes les communes de la Grand'Anse sont confrontées aux mêmes problématiques d'absence d'eau potable et d'électricité courante, d'assainissement, de collecte et de traitement des déchets, mais aussi d'insuffisances chroniques au niveau des systèmes d'éducation et de santé.
Dans les jours qui ont suivi le séisme de 2010, le département de la Grand'Anse a dû faire face à un afflux massif de 150 000 rescapés venant de Port-au-Prince, dont la prise en charge fut confiée à la seule charge des maires. Les élus locaux ont assuré collectivement cette lourde responsabilité et, à cette fin, l'AMAGA a pris un arrêté en février 2010 permettant de créer un conseil exécutif régional provisoire chargé d'assurer la gestion administrative et économique de la Grand'Anse.

Tags : International

Modifié le


Partagez ce contenu