Les territoires innovent pour des centres vivants #1 : les villes-ports

Neuf rencontres mensuelles intitulées « Les territoires innovent pour des centres vivants » se penchent sur l’aménagement du centre des bourgs et villes de Bretagne, jusqu’en juin 2021. Retour sur la rencontre#1 à Lorient : les interfaces ville-port, illustrées par l’aménagement de Loctudy.

visuel Les territoires innovent pour des centres vivants_territoire

Pour dynamiser les centres des bourgs et villes, nous avons soutenu près de 120 projets d’aménagement à travers la Bretagne (avec nos partenaires : l’Etat, l’Établissement public foncier et la Banque des territoires). Tous incarnent une nouvelle approche de l’aménagement des centres, qui intègre à la fois habitat, commerces, espaces publics, mobilités, culture et patrimoine, préservation de l’environnement et se fait avec la participation des citoyens. Le temps est venu de partager les expériences pour inspirer d’autres collectivités prêtes à se lancer à leur tour dans des projets d’aménagement global. C’est l’objectif de cette série de rencontres.

L’interface ville-port, qu’est-ce que c’est ?

Le littoral breton est ponctué de 297 villes portuaires, qui maillent le territoire littoral et participent à l’identité de la Bretagne : il était tout naturel de s’y intéresser pour cette première rencontre. Le concept d’interface ville-port est né, lui, du constat qu’il existe souvent une discontinuité entre le site portuaire et le reste de la ville. Au cœur même des villes ou en périphérie, les ports sont au centre de nombreux projets d’aménagement urbain où l’interface ville-port est devenue un enjeu pour l’attractivité de ces villes littorales.

Conférence : comment renouer le dialogue ville-port ?

Laure Ozenfant, doctorante à l’université de Bretagne occidentale auprès de l’association des ports d’intérêt patrimonial, a présenté ses travaux sur le dialogue ville-port dans les villes portuaires. Un éclairage passionnant sur l’histoire de leur aménagement jusqu’à leurs problématiques d’aujourd’hui. La chercheuse met l’accent sur leur besoin de développer une nouvelle « maritimité ». Objectif : remettre le lien ville-port au cœur de l’aménagement de ces villes littorales aux qualités urbaines et architecturales particulières mais qui ont pourtant, au fil du temps, souvent tourné le dos à la mer.

Initiative : un centre-ville maritime à Loctudy

Un bourg déstructuré et coupé de son littoral, sans centre identifiable et convivial ; une population de 4 000 habitants l’hiver et 12 000 l’été ; un trafic routier ne laissant pas de place aux mobilités douce ; un habitat peu accessible aux jeunes ménages, un modèle économique pêche + tourisme à réinventer… : autant de défis que la petite ville côtière de Loctudy a relevé dans un projet d’aménagement global. Sa maire Christine Zamuner raconte comment la Ville s’est attachée à recréer son lien avec la mer, faire habiter le centre et relocaliser l’emploi, dans un projet intégrant mobilités douces, nouvelle halle commerciale, offre de logements pour les jeunes et équipements comme l’ancienne conserverie de sardines rénové en lieu culturel.

Calendrier des 9 rencontres

  • mercredi 7 octobre – Les interfaces villes-ports, Lorient (Morbihan)
  • Vendredi 13 novembre – Pour des dynamiques commerciales renforcées dans nos centres, Plélan- le-Grand (Ille-et-Vilaine)
  • Jeudi 26 novembre – Connaître son patrimoine pour mieux agir sur l’aménagement de son centre, Auray (Morbihan)
  • Lundi 7 décembre – Quand le développement local s’allie à la création culturelle et artistique, Saint-Georges-de-Reintembault (Ille-et-Vilaine)

    De janvier à juin 2021

  • Favoriser la biodiversité dans nos centres
  • A la conquête de nos cours d’eau dans les centres
  • Rendre lisible et opérationnel un centre grâce aux outils réglementaires
  • Pour des centres vécus : comment s’approprier collectivement un espace ?
  • Agir sur des sites complexes (vacants, pollués, friches) et attirer des promoteurs et aménageurs