Patrimoine naturel
La Bretagne redonne vie à ses milieux aquatiques

Chaque année, la Région Bretagne accompagne une quarantaine d'opérations de restauration de zones humides et de cours d'eau, pour un budget de 500 000 € : des actions menées au sein de « projets de territoires pour l'eau ».

Cours d'eau
BERTHIER Emmanuel

C’est dans le cadre de « projets de territoires pour l'eau » que la Région apporte son soutien aux territoires bretons qui mènent des actions liées à l’eau. Parmi elles, les opérations de restauration de zones humides et de cours d'eau sont prioritaires : elles peuvent bénéficier de financements partenariaux avec l'Agence de l'eau Loire-Bretagne et les Départements au fil de l'année. Ces projets sur les milieux aquatiques sont, par exemple, des travaux de :

  • Restauration de berges et de la ripisylve (formations boisées aux abords du cours d'eau),
  • Arasement ou aménagements de seuils et d'ouvrages pour permettre la libre circulation des poissons,
  • Re-méandrage de cours d'eau,
  • Reconstitution de zones de frayères (zones où les poissons se reproduisent)... 

Le Pen ar Biez a retrouvé son lit à Lannion


La ré-ouverture et la renaturation du cours d'eau Pen ar Biez a transformé le quartier du Stanco à Lannion. La ré-intégration en milieu urbain de ce cours d'eau longtemps recouvert de béton s’est accompagnée de la création de cheminements doux. C’est l’une des actions menées chaque année en Bretagne pour retrouver des milieux aquatiques vivants, dans une approche intégrée, liant eau, urbanisme et cadre de vie.

Chaque année de nouveaux projets pour l’eau

Par ailleurs, des projets en investissement peuvent être financés dès lors qu'ils répondent aux objectifs prioritaires du territoire qui le porte, en lien avec à la qualité de l'eau, la santé des hommes et des écosystèmes aquatiques et littoraux, la prévention d'inondations, la sécurisation de l'alimentation en eau potable... Peuvent ainsi être financés :

  • Des travaux sur des stations d'épuration, réseaux d'assainissement et postes de relevage, notamment sur le littoral pour lutter contre les pollutions bactériologiques
  • La réalisation de zones d'expansion de crue, de bassins pluviaux,
  • le traitement alternatifs des eaux pluviales
  • la restauration des milieux aquatiques

70 projets d’investissement bénéficient ainsi chaque année d'un financement régional.

Un appel à projet régional

Certains projets d’investissement pour l'eau bénéficiant bénéficiant d’une aide régionale sont sélectionnés via un appel à projets annuel intitulé « Plan Opérationnel d'Investissements dans le domaine de l'eau à l'échelle des Sage » Les résultats de l'appel à projets 2018 seront connus en décembre et un nouvel appel à projets sera lancé au printemps 2019. Les projets d’investissement concernent l'assainissement sur certains secteurs prioritaires, la réalisation de zones d'expansion de crues, ou la gestion des eaux pluviales. Les opérations de restauration de milieux aquatiques font l'objet d'une instruction à part et restent financées tout au long de l’année.


Un « projet de territoire pour l'eau », c’est quoi ?

C’est le projet politique d’un territoire qui a décidé de porter un « projet  pour l’eau ». Ce projet  traite de manière globale et transversale les questions d’eau en la mettant au cœur des questions de gestion de l’espace (bocage, zone humide, ou plus généralement trame verte et bleue) d’aménagement du territoire (foncier, planification et urbanisme opérationnel) et de développement local (filières à bas niveau d’intrant, autonomie, valorisation de projets autour du patrimoine local, etc). Le projet de territoire identifie une stratégie, des priorités et des moyens pour y parvenir.

La politique de l'eau

Une mobilisation vieille de trente ans des acteurs de l’eau et du monde agricole en Bretagne, a permis d’obtenir des résultats encourageants en matière de restauration de la qualité de l’eau. Plusieurs générations de programmes d’actions financés à 80% par l’Etat, l’Agence de l’eau, la Région et les Départements ont abouti à la diminution des taux de nitrates dans les eaux ou à la restauration de la continuité écologique sur certains cours d’eau.
Cependant des problématiques demeurent, réparties de façon inégale sur le territoire. En moyenne aujourd’hui, 40% des masses d’eau bretonnes sont en bon état alors que la directive européenne impose 100% en 2027. La marche à franchir reste haute et plusieurs sujets sont des priorités :

  • En Ille-et-Vilaine, seuls 8% des cours d’eau sont en bon état. L’attention est à porter les problèmes de morphologie et de continuité écologique, premier facteur de dégradation, et  sur la persistance de teneurs en nitrates et produits phytosanitaires trop élevés dans certains cours d’eau ;
  • Huit baies sont concernées par des échouages d’algues vertes ;
  • Certains secteurs littoraux voient leurs activités conchylicoles pénalisées par des pollutions bactériologiques

Pour atteindre ces objectifs ambitieux, la Région mène et soutient des politiques de gestion de l'eau dite « intégrée » c’est-à-dire des politiques qui articulent les politiques régionales et locales en matière d'eau et de milieux aquatiques, d'économie et d'aménagement du territoire.