Caractéristiques énergétiques et environnementales


LL13

Vue depuis la restauration vers l'espace intérieur du lycée ©Architecte mandataire : Chomette-Lupi et Associés-Architectes - Architecte Associé : Atelier LoyerUn projet inscrit dans son environnement

Le projet crée un nouveau « morceau de ville » marquant l’évolution contemporaine de Liffré. En partie ouest de la parcelle, un majestueux préau à ossature bois désigne l’accueil du lycée et montre par transparence le paysage intérieur de l’établissement. Un « galet de bois » carrefour des lycéen·ne·s et enseignant·e·s en symbolise l’entrée. Au sud, les failles entre les bâtiments constituent des respirations, des corridors écologiques laissant passer le végétal. Un parc intérieur, délimité par le bâti, rappelle le tissu végétal et arboré de la forêt du secteur de Liffré.

LL12

Plan de masse environnemental ©Architecte mandataire : Chomette-Lupi et Associés-Architectes - Architecte Associé : Atelier Loyer

Une sobriété énergétique

Le projet est conçu pour privilégier les dispositions constructives passive, en proposant des conditions d’usage agréables à moindre frais énergétiques. Ainsi, l’insertion dans le site selon les préceptes du bioclimatisme optimise les apports passifs, tant pour le chauffage, que pour l’éclairage ou l’aération. Une production d’électricité par panneaux photovoltaïques installés en toiture vient compléter ces dispositions.

Une architecture climatique

L’implantation et la morphologie des bâtiments du site découlent des exigences fonctionnelles mais aussi des atouts et contraintes du site et du climat, par exemple pour assurer le besoin de solarisation des façades en hiver.

La rue intérieure

Cette rue est composée de sheds (éclairages zénithaux) en toiture et d’un jeu de coursives et de trémies qui apportent de la lumière naturelle zénithale dans les circulations de chaque niveau et un complément en fond de salles de classe par des vitrages prenant leur lumière dans la rue intérieure. Les sheds sont en majorité orientés vers le nord pour apporter un maximum de lumière naturelle sans risque de surchauffe. En hiver, la rue intérieure constitue un espace tampon qui sera chauffé à une température réduite (16°C), et solarisé par les quelques sheds sud qui permettront de tempérer cet espace. En été, les sheds s’ouvrent et remplissent la fonction de cheminée pour assurer le tirage de la ventilation naturelle. Les locaux sont implantés de part et d’autres de la rue et sont tous traversants ; aussi, les salles profondes sont volontairement implantées en façade sud pour profiter au mieux de la lumière secondaire du nord apportée par les sheds. Les salles de classe, grâce à des « cheminées intérieures » bénéficieront d’un apport de ventilation et de rafraîchissement naturel.LL16

Coupe longitudinale des bâtiments G et H et leur rue intérieure ©Architecte mandataire : Chomette-Lupi et Associés-Architectes - Architecte Associé : Atelier Loyer

Compensation de la zone humide

Le projet entraînera la supression de 4 600 m² de zones humides d’intérêt écologique très limité qui ne pouvaient pas être préservées lors de l’aménagement, mais celle-ci sera compensée. A proximité du lycée, la zone humide située en bordure du ruisseau des Galesnais était très détériorée. La commune ayant sur ce secteur un projet d’aménagement de détente, il a été décidé de restaurer cette zone afin de compenser largement la destruction de celle se trouvant dans l’emprise du lycée. Par ailleurs, le site sera rendu accessible au public pour en faire un lieu de promenade.

 

LL15

Vue depuis la rue intérieure des bâtiments d'enseignement ©Architecte mandataire : Chomette-Lupi et Associés-Architectes - Architecte Associé : Atelier LoyerUn projet inscrit dans son environnement

Modifié le


Partagez ce contenu