L'implantation à Liffré


LL6
Vue depuis l'avenue de l'Europe ©Architecte mandataire : Chomette-Lupi et Associés-Architectes - Architecte Associé : Atelier Loyer

Une proposition anticipée et cohérente

En 2015, quatre communes ont fait connaître leur disponibilité pour accueillir le futur lycée public. Deux communes n’étant pas dans le secteur cible, seules les deux autres candidatures ont pu être étudiées. Ces deux propositions offraient sur de nombreux critères établis pour départager les candidatures, des offres très satisfaisantes et équivalentes:

  • amélioration importante des temps de trajet des élèves (de plus de 10 mn en moyenne par trajet) ;
  • la disponibilité des terrains et leurs conditions de cession à la Région Bretagne ;
  • les réseaux de communication, la viabilisation des terrains, la qualité du sous-sol, les parkings…

Le choix de la Région s’est porté sur la candidature de Liffré qui se distinguait par :

  • la sécurisation des délais d’instruction du permis de construire, des possibilités d’extensions ;
  • des contraintes moins importantes pour l’adaptation des déposes en car ;
  • des équipements sportifs et de loisirs existants et disponibles à proximité immédiate.

Par ailleurs, la commune de Liffré a depuis 1987 institué une réserve foncière destinée à la construction d'un lycée qui, depuis cette date, a été régulièrement confirmée.

 

LL7

Plan de situation du futur lycée ©Architecte mandataire : Chomette-Lupi et Associés-Architectes - Architecte Associé : Atelier Loyer

Une ville et un lycée au coeur d’un bassin de vie

Structurant de manière forte un territoire, un lycée permet d’assurer aux élèves d’un bassin de vie un accès facilité à l’enseignement, base de l’égalité des chances, notamment en améliorant les temps de déplacement. L’axe de l’A84 et la proximité de Saint-Aubin d’Aubigné et La Bouëxière font de Liffré le centre d’un bassin de vie estimé à 30 000 habitants. Cette localisation en coeur de ville et non en extension urbaine répondra aux orientations d’aménagement définies à l’échelle du Pays de Rennes et visant une répartition équilibrée des équipements sur tout le territoire. Ce choix a conduit la ville de Liffré et la communauté de communes du Pays de Liffré (devenue Liffré – Cormier communauté en 2017) à mener des politiques publiques d’équipement et de développement du territoire compatibles et cohérentes avec cette ambition.

Un campus à proximité de nombreux services

Le lycée public de Liffré sera ainsi situé au sein d’un campus culturel, sportif et éducatif intégrant écoles, collèges, salles de sport, piscine, centre culturel, stade d’athlétisme, terrains de foot, mur d’escalade… Ce lieu vivant, dédié à la vie sociale et à la « construction de l’Humain », situé au coeur de la cité apportera un confort particulier aux élèves et à la communauté éducative qui pourront trouver une offre de services et d’activités à proximité, ainsi que des facilités d’accès quels que soient les moyens de déplacement utilisés, modes doux, transports en commun ou voiture.

 

LL8

Plan de masse du nouvel équipement ©Architecte mandataire : Chomette-Lupi et Associés-Architectes - Architecte Associé : Atelier Loyer

Une accessibilité privilégiée

La desserte des véhicules peut se faire à partir de trois axes majeurs différents : l’avenue du Général de Gaulle, l’avenue de l’Europe et l’avenue du Président François Mitterrand. Plusieurs espaces de stationnement sont implantés en périphérie du campus. D’autres espaces de stationnement pourront être créés à proximité du lycée. Les lignes de bus commerciales pourront desservir le lycée à partir des axes de circulation périphériques. Les possibilités d’aménagement des arrêts peuvent être facilement sécurisées le long de l’avenue de l’Europe et de l’avenue du Général de Gaulle. Un maillage de cheminements doux sécurisés permet, en outre, de connecter le futur lycée public au centre-ville. Les élèves disposeront, pour leurs déplacements, d’une offre de transport public efficace et au cadencement adapté avec le réseau Illenoo. Cette offre de transport public, que la Région reprendra en gestion en septembre 2017, pourra être adaptée en fonction de l’évolution démographique du territoire et des pratiques des habitants.

Modifié le


Partagez ce contenu