Déploiement de la fibre optique en Bretagne
Une nouvelle offre de formation spécifique

Avec l’objectif de couvrir l’ensemble de la Bretagne en très haut débit à l’horizon 2030, la mise en œuvre du projet Bretagne très haut débit (BTHD) est génératrice d’emplois et requiert des savoir-faire spécifiques. Or, les entreprises se retrouvent parfois confrontées à un manque de main d’œuvre qualifiée. Alors que le projet monte en puissance, 8 partenaires ont signé, ce 26 juin, une feuille de route pour l’emploi et la formation autour des métiers de la fibre optique. L’objectif est d’être les plus performants possibles dans la poursuite du projet en ayant recours à du personnel compétent et formé. Lors de la signature du 26 juin, les 8 partenaires étaient représentés par : Georgette Bréard, Vice-présidente de la Région Bretagne à la formation, l’apprentissage et l’orientation, Philippe Siebert, Directeur régional Bretagne de Pôle emploi, Pascal Appedérisse, DIRECCTE Bretagne, Gwenegan Bui, Vice-président de Mégalis Bretagne, Yannick Bunel, délégué régional Bretagne du SERCE, Claire Esculier, Secrétaire générale la Fédération Régionale des Travaux Publics (FRTP), Gérard Berhault, Président de Constructys Bretagne, Annie Rault, Présidente de Prism’emploi Bretagne.

À travers cette feuille de route, l’État, la Région, Pôle emploi, Mégalis Bretagne, la Fédération bretonne des travaux publics, le Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique (SERCE), Constructys Bretagne, Objectif fibre et Prism’emploi, à l’appui du FAF.TT(1), s’engagent dans une mise en relation, performante, entre les besoins en compétences des entreprises et les profils des candidats, actuellement demandeurs d’emplois. Cette meilleure adéquation entre besoins et ressources apparaît, en partie, comme l’un des éléments permettant de résoudre les problèmes de retards connus sur le projet Bretagne Très haut Débit.

150 places de formation créées en 2015 et 2016

Déjà, en 2015 et 2016, 150 places de formation, cofinancées par Constructys Bretagne, Pôle emploi et la Région Bretagne, ont été spécifiquement ouvertes, au plus près des besoins, dans les territoires : Rennes, Lannion, Brest Lorient, Dol-de-Bretagne, Saint-Nicolas-du-Pelem, Saint-Brieuc. Il s’agissait principalement de formation de “monteurs télécom” (soudure de fibre optique, installateur de câbles souterrains et aériens, raccordement final chez l’usager). Une belle dynamique s’est ainsi enclenchée. Et au fur et à mesure du déploiement du chantier, de nouveaux besoins se sont exprimés. Les partenaires souhaitent aujourd’hui mieux les combler. L’ambition de cette feuille de route est donc d’anticiper les processus de recrutement et de formation par un travail partenarial mené le plus en amont possible. Elle est organisée autour de 2 axes :

  • L’accompagnement des entreprises 
    En mars dernier, une enquête réalisée auprès des entreprises identifiées par Mégalis Bretagne a permis de recenser les métiers sur lesquels existent déjà, ou sont pressentis, des tensions en termes de recrutement. Monteur télécom, conducteur de nacelle, technicien réseaux, dessinateur projeteur, géomaticien… : de nombreuses compétences sont nécessaires au déploiement d’un tel projet et toutes n’avaient pas été identifiées au départ.

    Un travail renforcé de diagnostic emploi-compétences permettra de mieux répondre aux besoins de l’économie régionale, de ses filières et de ses entreprises, ainsi qu’aux besoins de ses territoires. Aussi, forts d’une connaissance plus fine, d’une meilleure anticipation des évolutions attendues en matière d’emploi, de métiers et de compétences, en lien, en particulier, avec les transitions énergétique, environnementale et numérique, il sera possible de proposer une offre de formation, cohérente, coordonnée et territorialisée. Pour 2017-2018, cette étape est en voie de finalisation.

    Il s’agira aussi d’accompagner les entreprises dans leur phase de recrutement en améliorant la visibilité des offres, en facilitant leur mise en relation avec les candidats, et en les informant sur l’offre de formation -qui pourra être adaptée en fonction des besoins spécifiques exprimés-. Une implication des entreprises, plus forte, est donc attendue tout au long du processus.

  • L’accompagnement des personnes
    Une information sera faite sur les métiers de la fibre optique, les formations et les entreprises du secteur auprès des professionnels de l’orientation et du conseil en évolution professionnelle, ainsi qu’auprès du public. Une attention particulière sera portée aux personnes les plus éloignées de l’emploi.

    Par ailleurs, l’expérience des deux années passées a mis en évidence deux problématiques : la méconnaissance, par les personnes en formation, des réalités de l’entreprise et du travail qui peut leur être demandé sur le terrain, d’une part, et d’autre part, des perspectives d’emploi parfois trop précaires.    Aussi, en vue d’améliorer leur insertion professionnelle, les stages en entreprises seront favorisés pour les publics en formation. Et, parallèlement, pour améliorer l’attractivité des métiers dans les entreprises et encourager leur recrutement, des parcours professionnels attractifs seront proposés à l’issue des formations (contrats de professionnalisation, contrats de travail durables….).

Suivi et évaluation de la feuille de route

Cette convention est signée pour une durée de 2 ans et fera l’objet d’un suivi. Régulièrement, les 8 partenaires (État, Région, Pôle emploi, Mégalis Bretagne, Fédération bretonne des travaux publics, Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique (SERCE), Constructys Bretagne, Prism’emploi), se réuniront pour faire le point sur les actions et ajuster les orientations.
Parallèlement, dans chaque territoire concerné, l’État et la Région, en lien avec les partenaires sociaux, assureront un accompagnement et un suivi des actions de formation mises en œuvre.

(1) Fonds d'Assurance Formation du Travail Temporaire


Retour sur le projet Bretagne Très Haut Débit

Lancé en 2015, Bretagne Très Haut Débit a pour ambition d’amener le Très Haut Débit, à travers la fibre optique, à 100% des Bretons (particuliers et entreprises) d’ici 2030.
Pour compléter le déploiement de la fibre engagé par les opérateurs privés dans les villes et agglomérations les plus denses, les collectivités bretonnes ont décidé de déployer, ensemble, un Réseau d’Initiative Publique (communément appelé « RIP »). Il s’agit, dans un souci d’égal accès et d’équilibre territorial, de couvrir les villes de taille moyenne et zones moins denses, soit 90% du territoire breton et 60% de la population. La maîtrise d’ouvrage en a été confiée au syndicat mixte Mégalis Bretagne.

Le calendrier prévisionnel du déploiement
La phase 1 (2014-2018)
1re tranche de travaux (2014-2016) :  
    * Déploiement de la fibre optique : plus de 70 000 locaux (foyers, entreprises, services publics) dans 4 villes moyennes (Auray, Carhaix, Lamballe et Redon) et 28 zones rurales.
    * Opérations de montées en débit : 174 opérations (2014-2015) dans des zones très mal desservies concernant 50 000 locaux.
2e tranche de travaux (2016-2018) : 170 000 locaux.
La phase 2 (2019-2023) : 400 000 locaux.
La phase 3 (2024-2030) : 622 000 locaux.

Les métiers de la fibre optique

L’analyse de l’enquête a permis de cibler les métiers en tension en termes de recrutement. Derrière des intitulés plus ou moins explicites, quelles missions recouvrent ces métiers ?

  • Monteur télécom et ses 3 spécialités, plus ou moins séparées selon les entreprises : pose de câbles souterrains et aériens / soudure et test fibre optique / raccordement final chez l’usager.
  • Planteur de poteaux : la fibre optique se déploie aussi en aérien via les poteaux téléphoniques. Il est souvent nécessaire de remplacer les poteaux existants ou d’en planter de nouveaux, là où il n’y en a pas.
  • Conducteur de nacelle : pour accompagner le déploiement aérien de la fibre optique.
  • Quelques postes de techniciens de réseaux câblés de communication et de chefs de chantier sont également demandés.

Et pour la phase d’étude qui précède les travaux, les besoins sont également importants :

  • Piqueteur : il effectue le relevé terrain, retranscrit toutes les informations liées au site sur lequel le réseau doit être mis en place (poteaux, chambres, infos environnementales, logements...).
  • Dessinateur projeteur : en fonction du cahier des charges, il dimensionne le réseau et réalise les plans associés.
  • Géomaticien : il met en place et pilote le Système d’information géographique sur lequel le dessinateur projeteur dimensionne le réseau.