Grand chantier
Port de Brest : une réunion publique avant le début des travaux

Premiers travaux, techniques utilisées, entreprises choisies pour les différents chantiers, mesures environnementales... ce sont autant d'interrogations du public sur le projet de développement du port de Brest auxquelles la Région Bretagne et ses partenaires se sont attachés à répondre lors d'une réunion d'information publique organisée jeudi 24 novembre à Océanopolis.


Matthieu Grandel

Cet hiver, le projet de développement du port de Brest entre dans une nouvelle phase, avec le début des travaux à terre.

Après une phase de concertation et des années d'études, c'est donc un chantier de grande ampleur qui va s'ouvrir sur le polder 124, prochainement ceint de palissades. Objectif : la création à horizon 2020 d'un nouveau terminal portuaire adapté à la filière des énergies marines renouvelables et, parallèlement, l'optimisation des accès nautiques au port de commerce.

Avant le début de ces travaux de longue durée, la Région Bretagne, maître d'ouvrage, et ses partenaires (Département du Finistère, Brest métropole, CCI métropolitaine de Brest) a convié les riverains, les professionnels du port et toutes les personnes intéressées par ce projet structurant pour Brest et la Bretagne à une réunion d'information jeudi 24 novembre à Océanopolis (auditorium Marion Dufresne), en présence de Pierre Karleskind, vice-président du Conseil régional de Bretagne en charge de la mer et des infrastructures portuaires.

 

Le projet d'aménagement du port de Brest

Propriétaire du port de Brest depuis 2007, la Région a défini un vaste programme de travaux (2016-2020) destiné à en développer la compétitivité et y accueillir de nouvelles activités industrielles, liées aux énergies marines renouvelables (EMR) notamment. Estimé à 220 M€, le projet comprend deux grandes phases de travaux :

Étape 1 (170 M€) : construction du premier poste à quai EMR et de sa plateforme de manutention ; création d'un casier d'accueil des sédiments ; dragage des accès ; aménagement des 40 ha de la partie terrestre ; aménagements paysagers. Cette étape sera cofinancée par la Région Bretagne (à hauteur d'environ 110 M€) et ses partenaires (Département du Finistère, Brest Métropole, CCI métropolitaine de Brest) ainsi que par une subvention du fonds européen de développement économique régional (FEDER).
Étape 2 (50 M€) : construction du deuxième poste à quai EMR ; stabilisation du nouveau polder de 14 ha.