2e Conférence Bretonne de l'Eau et des Milieux Aquatiques
Le Plan Breton pour l'Eau prend son essor

A l'occasion de la 2e réunion de la Conférence bretonne de l'Eau et des Milieux Aquatiques (CBEMA), ce jour, ses 150 membres ont été invités à réagir et apporter leurs contributions à la première trame du Plan breton pour l'eau. Depuis l'installation de la CBEMA, fin 2014, Région, État, Départements d'Ille-et-Vilaine, des Côtes d'Armor et du Finistère, et Agence de l'Eau Loire-Bretagne ont travaillé de concert pour bâtir ce premier projet, dont l'objectif, 20 ans après les premières initiatives, est de donner une nouvelle impulsion à la politique de l'eau en Bretagne.

Destinée à constituer le document de cadrage du futur Plan Breton pour l'Eau, cette première trame est structurée autour de 4 axes forts : la transversalité, l'efficacité, la logique participative, et la simplification administrative et financière. Ces axes visent à orienter et guider l'action publique, dans une recherche de progrès continu.

Les réactions et propositions exprimées par les membres de la CBEMA ont vocation à enrichir ces 4 groupes d'engagements, au sein de la communauté bretonne de l'eau. Faire mieux et plus vite, pour reconquérir, d'ici 2021, la qualité de l'eau et répondre aux exigences de la directive cadre européenne, du futur Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) et du projet de Plan de Gestion des Risques Inondations (PGRI): c'est tout l'enjeu du Plan Breton pour l'Eau, dont les instigateurs sont convaincus que les réponses doivent être collectives, au service d'une volonté politique partagée.

Déjà, des initiatives sont prises : transversalité, avec le rapprochement des politiques Biodiversité et Eau au travers du Schéma régional de Cohérence Écologique, participation, avec l'appel au volontariat pour travailler sur la gouvernance de l'eau parmi les membres de la CBEMA ou encore la préparation des projets de territoires Eau, en complément des contrats territoriaux initiés en 2014, mais également simplification, avec les premières expérimentations vers un guichet d'instruction unique.

Dans les prochains mois, les membres de la CBEMA seront invités à avancer sur un des volets du Plan Breton pour l'Eau qui reste à écrire, celui de la gouvernance de l'eau en Bretagne. Ils exploreront trois problématiques :

  • Comment améliorer les termes de la démocratie de l'eau, par une gouvernance à la fois plus représentative et plus participative ?

  • Comment renforcer les liens entre les instances de l'eau et celles des autres politiques ?

  • Comment faciliter son appropriation alors qu'elle traite de sujets scientifiques et juridiques complexes, et en évolution constante ?

Les travaux se mènent ainsi à un rythme soutenu dans la perspective d'une adoption du Plan fin 2016.

Véritable laboratoire d'idées, apportant un éclairage pluridisciplinaire et multi-partenarial, avec des expériences locales et des propositions issues du terrain, la CBEMA compte 150 membres, représentant l'ensemble des acteurs publics et privés impliqués dans la gestion de l'eau : élus, usagers, agriculteurs, industriels, conchyliculteurs... Elle constitue l'instance plénière de gouvernance du Plan Breton pour l'Eau.

Retrouvez ci-dessous le propos introductif du Plan Breton pour l'Eau (version du 7 juillet 2015).