Énergies marines renouvelables
Arrivée de l'embase de l'hydrolienne Sabella D10

Avant d'être immergée, en avril 2015, l'hydrolienne Sabella D10 sera montée et assemblée sur le port de Brest, où les pièces de l'embase viennent d'arriver. Ce monstre des mers sera la première hydrolienne raccordée au réseau électrique national. Elle assumera un quart des besoins énergétiques de l’Île d'Ouessant.


Sabella

17 mètres de haut, soit l'équivalent d'un immeuble de 5 étages, pour un poids total de 450 tonnes. L'hydrolienne D10, pour les 10 mètres de diamètre de son rotor (ensemble des pales), prendra bientôt place au fond du passage du Fromveur, entre Molène et Ouessant. En attendant son immersion au printemps prochain, le socle de la machine sera assemblé sur le port de commerce de Brest pendant 3 mois.

Exploiter & respecter les fonds marins

Le Fromveur est un passage où les courants marins sont particulièrement forts. L'hydrolienne doit donc être en mesure d'y résister. C'est la raison pour laquelle l'embase, le  socle de 20 mètres sur 20 qui doit assurer la stabilité de l'hydrolienne, sera lourdement lestée. Cette technique évite aussi une fixation sur le fond, génératrice de déchets nuisibles pour le site. L'hydrolienne sera en effet immergée à 2 kilomètres de l'île d'Ouessant dans une région protégée, le Parc Naturel Marin d'Iroise. L'impact de la machine sur la faune et la flore sous-marines sera particulièrement surveillé.

 

Le potentiel énergétique de la Bretagne
Avec plus de 2000 kilomètres de côtes, la Bretagne dispose de ressources énergétiques importantes. Energies marines (courants, marées), éoliennes (à terre et offshore), biomasse...  Ces technologies contribuent à améliorer l'autonomie énergétique de la Bretagne. L'exploitation des énergies renouvelables est également l'occasion d'impulser une nouvelle filière énergétique, scientifique et industrielle. D’une puissance de 500 MW, le parc éolien offshore de la baie de Saint-Brieuc fournira bientôt l’équivalent de 7 % de la consommation électrique bretonne. A plus long terme, les hydroliennes, et plus encore les éoliennes flottantes, viendront renforcer considérablement les 1 000 MW d’éolien offshore prévus en 2020 par le Pacte électrique breton.

Des travaux d'envergure

Les équipes de Sabella commencent par positionner les trois pieds en triangle. Une fois que les trois pieds seront à leur place et au même niveau, les structures tubulaires seront prépositionnées en vue des opérations de soudure de l’embase qui portera la nacelle. Plusieurs entreprises locales participent à la poursuite des travaux suite à l’arrivée de Sabella D10 sur le port. Par ailleurs, l’assemblage de l’hydrolienne intervient alors que débutent, tout près et sous la responsabilité de la Région, les travaux d’aménagement du polder, en vue d’y accueillir des activités d’assemblage et de stockage des EMR.

Une ferme de 3 à 4 hydroliennes

L'hydrolienne, de construction 100 % française, sera immergée entre avril et juin, à 55 mètres de profondeur lors d'une marée de faible amplitude. Un câble électrique sera ensuite installé entre Ouessant et le site d'immersion pour raccorder l'hydrolienne au réseau électrique. La production de la D10 assurera un quart des besoins énergétiques de l'île d'un millier d'habitants. A terme, une ferme de 3 à 4 hydroliennes Sabella D15 (puissance unitaire maximum de 2MW), couplées à des unités de stockage, sera installée dans ce même passage du Fromveur, et sera en mesure d'assurer une production annuelle couvrant 70% des besoins actuels de l'Île d'Ouessant, qui n'était pas raccordée au réseau électrique continental.

 

Un soutien de la première heure
Très impliqué dans le développement des énergies marines, le Conseil régional de Bretagne est, pour SABELLA, un partenaire de longue date. Depuis 2005, la collectivité aura en effet accompagné toutes les phases de développement des prototypes d'hydroliennes imaginés par Jean-François Daviau et ses équipes. Un soutien qui s’est accentué en 2011, puis en 2013 pour la mise au point du démonstrateur Sabella D10. Au total, c’est une enveloppe de 1,6 M€ (dont une avance remboursable de 650 000 €) que la Région aura investi dans cet ambitieux projet.
plusieurs convois exceptionnels en provenance d'Angers (Allia-groupe CMI, partenaire de Sabella) sont arrivés cette semaine sur le port de Brest.
Le camion grue est prêt à déposer les pieds de l'hydrolienne
Le premier pied de l'hydrolienne Sabella D10 est posé sur le sol brestois. Les équipes devront le faire pivoter de 90 degrés vers le haut.
Les opérations de déchargement de pièces pesant 8 tonnes demandent beaucoup d'attention auw équipes
Une fois les trois pieds à leur place et au même niveau, les structures tubulaires sont prépositionnées en vue des opérations de soudure de l’embase qui portera la nacelle

Sabella